| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

En Mayenne, on aime bien les premières ! C’est très souvent valorisant. Sauf que là, c’est un peu différent. Alors que Philippe Jéhan a finalement consenti à se rendre à la convocation de la Police Judiciaire à Angers, leglob-journal revient sur cette perquisition menée au siège de la FDSEA à Laval après le dépôt d’une plainte contre X avec constitution de partie civile de la Fédération française des Industriels Charcutiers Traiteurs. Presqu’une révolution, cet perquis’, car le syndicat professionnel agricole qui se croyait jusque-là pratiquement intouchable est bel et bien dans le collimateur de la Justice. Surtout que son Président qui crie à l’acharnement judiciaire vient aussi d’être entendu par le SRPJ à Angers mais cette fois sur d’autres faits plus récents.

- Par Thomas H.

C’est sûr, l’information ne fait pas les gros titres de l’hebdo qui vient d’être lancée par la FDSEA ! Mais à force comme on dit de tirer sur la corde, il fallait bien que cela arrive ! L’organisation agricole omnipotente en Mayenne a d’ailleurs été ébranlée sur sa base. Du coup les principaux dirigeants de la Fédération départementale des Syndicats d’Exploitants Agricoles en Mayenne, ces derniers mois, se sont tenus à carreau. Y compris d’ailleurs son numéro 1.

La proximité de la justice et les multiples griefs qui lui sont reprochés cette fois lors des manifestations de juillet 2015 - notamment la dégradation du bien d’autrui, le recel de vol, mais aussi menace ou intimidation sur une victime pour éviter qu’elle ne porte plainte - ont été ressenti comme une douche froide. Entendu ce début janvier par le Service Régional de la Police Judiciaire, à Angers, Philippe Jéhan clame publiquement son innocence, comme il le fait depuis des mois d’ailleurs, en argumentant qu’on s’acharne sur sa personne.

Si l’étau se resserre un peu plus et que la justice le cerne, il faut rappeler tout de même qu’une « cinquantaine de personnes proches de la FDSEA de la Mayenne  » ont également été entendu dans le cadre de cette plainte déposée par la Fédération française des Industriels Charcutiers Traiteurs pour des faits plus anciens remontant à 2011.

Convoqués discrètement et "asticotés" par le magistrat instructeur, tous ces dirigeants syndicaux ont été questionnés. Il y a eu par exemple l’ancienne Présidente de la Chambre d’agriculture de la Mayenne qui vient d’entrer au Conseil régional, mais aussi son prédécesseur, ainsi que des agriculteurs et des responsables de toutes les filières de la FDSEA et des Jeunes Agriculteurs.

La perquisition a eu lieu le 15 octobre 2014 « un peu à l’arraché », dans l’espace temps, car le juge d’instruction avait surement dû se rendre compte que l’information ouverte 3 ans plus tôt et confiée par le président du Tribunal comme le veut la procédure, allait s’éteindre. Alors bien-sur il fallait aller au plus vite et organiser un nouvel acte d’instruction pour faire perdurer l’information ouverte et la reconduire pour trois ans. Ce qui fut fait.

En tout cas, les gendarmes sont intervenus en force dans la Maison des Agriculteurs, le beau batiment vert clair près du Campus, sans prévenir et sans crier gare. À la grande surprise des salariés présents ce jour-là et qui ont vu débarquer des forces de l’ordre, sans savoir précisément pourquoi.

Des gendarmes à la recherche de la moindre informations permettant d’étayer la plainte contre X déposée par la Fédération française des Industriels Charcutiers Traiteurs. Tel était la mission donnée par le juge aux représentants de la gendarmerie, acteurs de la police judiciaire.

La dizaine de gendarmes - en présence du colonel de Gendarmerie de la place, et du magistrat en charge de l’enquête - fouille consciencieusement pendant plus de 2 heures les bureaux et jusqu’au sous-sol abritant les archives de la FDSEA.

Fait remarquable, la perquisition a eu lieu une quinzaine de jours avant que ne se déroule une grande opération de communication de la FDSEA, celle du 5 novembre 2014 où il était question, autour de Laval, de filtrer tous les véhicules aux différents ronds point à l’entrée de la ville et par la même occasion de bloquer tous ses accès. Du coup, la manif’ ne devait finalement pas mobiliser énormément d’agriculteurs.

La plainte avec constitution de partie civile a été déposée à la suite d’une manifestation pendant l’hiver 2011 au péage de la Gravelle sur l’autoroute en direction de Rennes. Des camions avaient été interceptés et de la marchandise avait été vidée et parfois brulée par des manifestants. Des faits relativement anciens qui remontent à presque 3 ans et qui dans un premier temps avait été écartés par le Procureur de la République de Laval. « Je m’en souviens, oui... j’avais classé sans suite... »

La perquisition effectuée quelques temps avant que la prescription ne s’éteigne, a donc relancé l’action judiciaire et permet au juge de poursuivre ses investigations. Quant à la deuxième épée de Damoclès qui pèse sur le N°1 de la FDSEA, entendu dans le Maine-et-Loire à la demande du nouveau Procureur de la République, ce n’est pas fait pour rassurer les troupes.

« Les agriculteurs ont été abattus sur le terrain, il faut à présent qu’on relève la tête » analysait il n’y a pas si longtemps le président de la FDSEA de la Mayenne, Philippe Jehan. Celui-là même qui vient d’être entendu en ce début d’année 2016, loin de Laval par des policiers cette fois, des enquêteurs du Service Régional de la Police Judiciaire à Angers.

Lire aussi : Agriculteurs, priés de bien se tenir ?


Réagir

16 mois mois après la perquisition à la FDSEA en Mayenne : une menace de plus plane sur le N° 1 du syndicat agricole

Publié le: 15 janvier 2016
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-mayenne
Agriculteurs Syndicats Justice
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
A lire également sur votre Journal en ligne
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2017 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS