| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

RÉACTION - L’annonce par le ministre de la Transition Écologique et Solidaire Nicolas Hulot de différer l’objectif de baisser la part du nucléaire à 50 % de l’électricité française en 2025 « une mauvaise nouvelle » pour Michel Lemosquet, le président du COEDRA Mén* qui estime que « cet objectif était important car il montrait le chemin et fixait de fait la part des Énergies Renouvelables à mettre en place. Mauvais signal et coup de frein » nous le dit sur leglob-journal le spécialiste mayennais.

- Par Michel Lemosquet

C’est un mauvais signal en pleine COP 23 et à l’aube des discussions sur la PPE (Programmation Pluriannuelle de l’Énergie). C’est aussi un coup de frein à l’élan de mobilisation en faveur de la Transition Énergétique, et qu’on le veuille ou non, cette décision c’est donner raison à tous ceux qui s’opposent à cette loi de juillet 2015 qui avait été pourtant largement débattue.

Les opposants à la Transition Énergétique ont pour stratégie de tout faire pour bloquer le déploiement des Énergies Renouvelables et sauvegarder l’hégémonie du nucléaire. Ils attendent des jours meilleurs en espérant vivement le départ du ministre de la Transition Écologique et Solidaire Nicolas Hulot et son remplacement par un autre ministre plus compatible avec leur vision.

Une véritable dépendance à l’atome

On savait les discussions très tendues sur ce sujet dans le gouvernement, et on n’ignorait pas les pressions multiples opérées dans les coulisses ces derniers mois. Mais, c’est par l’utilisation de scénarios de RTE (Réseau de Transport de l’Électricité) que l’objectif 2025, pourtant inscrit dan sla loi de 2015, est devenu caduque prétextant que la baisse importante de la part du nucléaire induirait un recours aux énergies fossiles augmentant du coup les émissions de GES (Gaz à Effet de Serre) ! C’est quand même extraordinaire : ceux qui ont œuvré pour compliquer le développement des Énergies Renouvelables viennent nous dire aujourd’hui qu’en 2025 elles ne produiront pas assez pour combler la baisse de production nucléaire !

Lire aussi : Michel Lemosquet : « 40% de renouvelables en 2030, nous ne sommes pas sur la bonne trajectoire »

Alors bien sûr le nombre de réacteurs nucléaires à fermer sera d’autant plus important que la consommation d’électricité baisse (même avec le développement de la mobilité électrique). Cette tendance lourde est une bonne nouvelle et doit se poursuivre grâce à une meilleure efficacité énergétique et au développement de l’autoconsommation. La meilleure énergie reste celle que l’on ne consomme pas…

L’approche française de l’électricité est vraiment particulière et dans les sphères de l’État et d’EDF, il y a encore une véritable dépendance à l’atome qui n’existe pas dans les autres pays hormis peut-être la Russie.

Gagner la bataille du climat

Retarder la baisse du nucléaire, c’est au contraire mettre en péril les filières des Énergies Renouvelables et de l’Efficacité Énergétique et prendre le risque de recourir aux énergies fossiles pour pallier les défaillances du nucléaire vieillissant dont le nombre de pannes est en augmentation.

Tout le monde sait qu’on ne gagnera pas la bataille du climat en repoussant l’échéance de diminution de la part du nucléaire. La France a le meilleur potentiel européen de renouvelables (Biomasse, hydraulique, éolien, solaire, géothermie, énergies marines)…mais leur développement a été et demeure beaucoup trop lent ! C’est la véritable question. Et la réponse, c’est d’accélérer…

Soyons quand même conscients que si par malheur un accident grave survenait dans notre parc nucléaire, nous n’aurions pas d’autre choix que de fermer rapidement et massivement un nombre important de réacteurs comme le Japon a été contraint de le faire après Fukushima.

*COEDRA Mén : Collectif d’Opposition à l’Enfouissement des Déchets Radio-Actifs et de Maîtrise de l’énergie


Réagir

50 % de nucléaire dans l’électricité française en 2025... c’était avant !

Publié le: 10 novembre 2017
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-société
Industries Santé Environnement Lemosquet
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
A lire également sur votre Journal en ligne
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2018 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS