| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

MUSIQUE - Chaque année à la Pentecôte, le village de Chailland, la petite cité de caractère en Mayenne, célèbre la chanson française, avec un festival où une trentaine de groupes se produisent sur plusieurs scènes. Les bénévoles, sans qui rien n’est possible, sont dans la dernière ligne droite pour la septième édition, dimanche 20 mai, d’Un Dimanche avec Brassens et Cie. Reportage.

Par Julie Vandard

Ce mardi matin-là, Jean-Paul cherche les clés du camion. « On en a besoin pour transporter les toilettes sèches. Je suis sûr que mes collègues les ont cachées exprès » dit-il en souriant. A Chailland, l’ambiance est très conviviale chez les organisateurs. Un peu les copains d’abord, comme dit la chanson...Chaque année depuis sept ans, dimanche 20 mai, la petite cité de caractère vit au rythme d’Un dimanche avec Brassens et Cie. Un rendez-vous musical pour les amateurs de chanson française : amateurs dans le public, mais aussi sur scène.

Plusieurs scènes sont installées dans le village - Photo Festival de Chailland

Coté organisateurs, on est content, la mayonnaise prend. « On a eu aussi quelques pros mais la plupart du temps, les groupes qui participent aiment chanter. Certains sont plus aguerris, d’autres débutent.  » Et le bouche-à-oreille fonctionne bien : les musiciens viennent du département mais aussi de Loire-Atlantique, de Maine-et-Loire ou de Bretagne.

 Les organisateurs attendent entre 2000 et 3000 personnes à Chailland dimanche 20 Mai, sur les scènes disséminées dans le village - Photo leglob-journal

Un Brassens, fédérateur et intemporel

Les deux premières années, le festival n’était dédié qu’à Georges Brassens. «  C’est un artiste fédérateur, pour toute la famille. Il a un registre qui peut être revisité plus facilement que d’autres comme Brel ou Barbara pour qui c’est plus difficile. Et ses chansons sont intemporelles. » La troisième année, le répertoire «  a été élargi, pour ne pas nous lasser et ne pas lasser le public. » Pour l’édition 2018, Barbara, Nougaro, Gainsbourg, Bashung, Lavilliers, Souchon, Trénet, Barrier, Renaud, Brel, Vian, Perret et Boby Lapointe seront aussi à l’honneur. Et pour les prochaines éditions, pourquoi pas plus de femmes ? L’idée est lancée chez les organisateurs.

Plusieurs scènes sont installées dans la commune. Les groupes jouent quatre chansons maximum, et changent de scène toutes les heures. La journée se clôturera cette année avec le concert de Sale petit Bonhomme : trois musiciens et une comédienne qui retranscrira les morceaux en langue des signes. Egalement, depuis deux ans, le festival grandit et débute désormais le vendredi soir dans la commune voisine de Saint-Germain-le-Guillaume, avec un apéro concert d’ouverture avec deux groupes, au restaurant La Santorée.

Une journée familiale, pensée pour dépenser peu

Alors pourquoi un tel rendez-vous ? Au départ il y a l’ARC, l’association créative chaillandaise, qui s’occupe de théâtre. Dans la bande, plusieurs personnes connaissaient Ballade avec Brassens, à Rennes et St Brieuc. « On est allés voir, et on s’est dit que ce serait sympa de faire quelque chose d’équivalent à Chailland. » A Rennes, l’évènement se déroule « dans un petit square. Mais à Saint-Brieuc, c’est dans le centre-ville, c’est très sympa. » Le beau village de Chailland se prête tout naturellement à la flânerie, permettant aux spectateurs de découvrir les ruelles du village

La signalétique est passée dans les mains expertes des bénévoles pour un petit nettoyage et une remise à jour. Ici un futur panneau avec le logo « accès handicapé » - Photo leglob-journal

L’autre grand principe d’un Dimanche avec Brassens et Cie, c’est d’être un évènement familial. Les concerts et les jeux en bois de l’association Créajeux de La Bigottière sont proposés gratuitement. Côté restauration, l’approvisionnement est local et à petit prix : « On veut que la journée ne coûte pas cher aux visiteurs, et que les familles dépensent peu. » De plus, le centre-bourg est totalement piétonnier pour l’occasion. « Cela permet de se promener en toute sécurité. »

A Chailland, et au-delà

Le dimanche avec Brassens séduit « entre 2000 et 3000 personnes. Le public est de plus en plus nombreux et éloigné.  ». L’évènement est soutenu par la mairie et la communauté de communes qui met notamment à disposition sa grande scène. Sur trois jours, 120 bénévoles s’occupent de toute la logistique, le montage et le démontage, le ménage, l’accueil des artistes et des visiteurs. «  De plus en plus, le festival s’ouvre, les bénévoles ne sont pas forcément des habitants de la commune. Cela crée aussi du lien. »

Brassens anime également la commune l’hiver. « C’était aussi le but : faire vivre la salle du théâtre le reste de l’année. Avec l’argent récolté lors de la journée Brassens, on organise trois ou quatre concerts en hiver. On a eu Joël Favreau le guitariste de Brassens, Akilamin, La Croqueuse, Touttim, etc. » Quelques fois, des projets annexes viennent aussi se greffer à l’évènement : des écoles ont déjà participé avec comme objectif de venir chanter au festival ; et il y a les fidèles comme la chorale d’Ernée-Chailland qui vient chanter à chaque édition, depuis le début.

Les organisateurs réfléchissent déjà à proposer aux écoles de musique du secteur de participer l’an prochain. En attendant, ils terminent les préparatifs. La signalétique a été rafraichie, les toilettes sèches — « les plus belles de l’Ouest ! » — sont prêtes elles aussi. Et les goodies à l’image du chat, la mascotte de la journée, sont prêts : après les tee-shirt, cette année le chat ornera des tabliers. Espérons que le soleil sera au rendez-vous… Et que Jean-Paul aura retrouvé les clés du camion !

Dimanche soir, le groupe Sale Petit Bonhomme clôturera le festival : trois musiciens et une comédienne qui interprète les chansons en langue des signes - Photo Sale Petit Bonhomme

• Infos pratiques - Un dimanche avec Brassens et Cie, dimanche 20 mai à Chailland. Restauration possible à partir de 12h. Concerts à partir de 13h30 jusqu’à 19h. Concert de clôture sur la grande scène, à 20h30 avec le groupe Sale petit bonhomme : le concert sera signé (langue des signes). Jeux en bois toute la journée avec Créajeux. Et vendredi, concert d’ouverture à Saint-Germain-le-Guillaume. Gratuit. Sur Facebook : chercher Festival Un dimanche.

Avec : The Bartwood, Les Loups, La Plume à l’Orteil, Michel Benquet, Jipé, David Leurent, Fam’n’co, Marc Buttier, Alain et Jean, Keskecé, les Spy, Daniel Rivière, 3 XL, Les Vélos Pliables, Les Modestes, En Brassens émoi, Les Passantes, Les Passants, Cordes mixtes, Jarnicoton, Les Vilaines Mayonnaises, la Chorale d’Ernée-Chailland, Daniel, Patrice Grousset, Christine Gourdet, Ambiance Piano-voix, Myriam & Jacqueline, le Neveux de Gebe, Rue des Aminches.


Réagir

A Chailland, "Un Dimanche avec Brassens et Cie" et des chansons de caractère

Publié le: 16 mai 2018
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-cultures/idées
Histoire Musique(s) Ruralité JulieVandard
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
Vous aimerez lire aussi sur leglob-journal
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2018 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS