| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

Faut-il “revenir” sur des projets d’aménagements communaux alors que les dotations de l’État sont en baisse ? Faut-il forcément revoir sa voilure parce que la Dotation Globale de Fonctionnement commence à devenir moins florissante pour les budgets des communes ? En Mayenne, la ville de L’Huisserie aux portes de Laval, avec ses 4200 habitants, située dans la première couronne n’a pas l’intention de changer de cap et maintient par exemple son projet de construction de médiathèque. Des « projets très couteux » s’indigne L’Huisserie Le Renouveau, une association très politique qui n’hésite pas à tacler dès qu’elle le peut la majorité élue aux commandes de la municipalité.

Par Édouard L.

L’ancien maire Christian Briand devenu entre temps Conseiller départemental d’opposition avait initié le projet. Le nouveau, son ancien premier adjoint a repris les manettes et la couleur politique dominante, à gauche, bien que celle-ci ne soit pas clairement annoncée. En face l’opposition est visiblement soutenue par l’UDI et l’UMP. Le « Groupe de soutien de l’équipe municipale d’opposition » l’Association L’huisserie le Renouveau, qui brandit dans un récent tract l’épouvantail du « où va notre argent ? » utilise beaucoup la question mais apporte peu de réponse. « Les dotations de l’État sont en baisse...cependant, l’équipe majoritaire ne revient pas sur ses projets pharaoniques, démesurés.  » Et de citer : « la médiathèque et l’aménagement de la place des enfants de l’an 2000. »

Le maire Jean-Marc Bouhours qui souhaite lui « Préparer l’avenir », c’est le titre d’un récent « édito » publié dans le Bulletin d’Informations Municipal (BIL) assure que « la situation financière de la commune est saine, avec notamment des charges courantes maitrisées. (…) Coté investissements l’année 2015 est une année importante avec l’acquisition de la maison de santé, (...) la concrétisation de la médiathèque, équipement de qualité accessible à tous (…) un aménagement durable où l’homme est placé au cœur du projet  ».

C’est un cabinet d’architecte de Rennes qui a été choisi pour adosser le bâtiment à l’Espace du Maine, un lieu de rassemblement culturel qui accueille salles de spectacle et de musique. Et plusieurs visites de médiathèque ont été effectués, afin de pouvoir s’inspirer de ce qui se fait ailleurs et de mieux. La médiathèque fera en centre ville « 541 mètres carrés au sol, autour d’un patio sur une parcelle totale de 1745 mètres carrés ». L’opposition crie au loup en interrogeant bruyamment : « qui paiera ? Nous tous ?  » et d’ajouter « encore...  ».

Pas facile donc d’être une opposition peu inventive et de faire vivre son antagonisme de façon efficace. Elle ajoute : « une médiathèque, OUI, mais pourquoi un espace de 550 m2 pour une population de 4200 habitants ? Pour quel BUDGET [ le mot est écrit en majuscule] d’investissement et de fonctionnement ? D’autres communes ont su remettre en cause ou différer leurs projets suite à une conjoncture économique défavorable. » Et d’ajouter : « NOUS demandons un référendum local pour que tous les Huisseriens et les Huisseriennes puissent donner leur avis ».

Remise en cause du mandat populaire et de sa légitimité et recours à une interrogation par le moyen référendaire. Classique ! Remarquez aussi comment il est utilisé les noms des habitants et comment il semble utile de les appeler par leur “vrai nom” comme si cela donnait plus de poids à la démarche.

Les éléments de réponse et de langage sont contenus dans « l’Édito » du maire qui parle de « maintien du taux d’imposition sans augmentation et d’économies « possibles » (…) en « nous associant [il s’adresse à ses administrés] aux groupements de commandes proposées par Laval Agglomération  » (…) afin de « préserver notre capacité à investir pour la commune dans les années à venir. ». Mais, il est un fait que l’on ne connait pas le coût de la “ fameuse” médiathèque de la discorde.

Alors s’interroge l’association qui fait feu de tout bois, « comment vont-ils encore financer ces projets ?  » Car l’Association L’huisserie Le Renouveau évoque une « autre dépense déraisonnable pour [la] commune : l’aménagement de la place des enfants de l’an 2000 pour un montant de 700 000 euros. Voici encore un nouveau projet voté par l’équipe majoritaire ! »

Minorité, majorité, le duel des mots comptent. L’ambiance aussi et la tonalité des phrases qui font appel à la peur et la crainte sont symptomatique d’une stratégie de communication peut-être inavouée. La peur de ne pas pouvoir y arriver voilà qui est significatif. Le fait également que cet argent « nous » appartient et que « nous  » devons être capable d’en disposer comme « nous » le souhaitons est assez intéressant. Un « nous » qui n’a rien de fédérateur, ni d’inclusif au contraire. C’est même un « nous  » d’exception, qui divise. D’un côté il y a le « nous » qui freine et de l’autre le «  ils » qui incarnerait la majorité municipale et qui semble vouloir avancer en investissant pour le futur.

Touchons un mot aussi à propos de la Maison de santé qui « va être livré fin 2015. A ce jour, écrivent les opposants à l’équipe municipale, il n’y a toujours pas d’accord entre les professionnels de santé et la mairie. Pourquoi la municipalité n’a-t-elle pas répondu aux interrogations de l’Agence Régionale de Santé ? » questionne l’opposition dans le tract qui ajoute que les 300 000 euros de subvention de la part de l’ARS ne pourront pas être obtenue « tant que le projet ne sera pas entériné. Si les locaux restent inoccupés, il y aura des surcoûts : des frais de fonctionnement, pas de rentrée de loyers, etc. »

Là aussi sur ce dossier très clivant les mots comptent également. Et toute la thématique repose sur le financement : le manque à gagner, la subvention qui échapperait, bref tout gravite là aussi autour du porte-monnaie. Pas un mot en revanche sur le fond du dossier. Sur les médecins qui freineraient pour des raisons financières et rien sur la nécessité d’une Maison de santé « un équipement très attendu  » selon le maire de L’Huisserie. Une Maison de santé capable de regrouper des professionnels qui rassemblés dans un même lieu pourront être rassurés pour travailler plus sereinement qui sait et pourront peut-être s’installer plus facilement, rompant ainsi avec l’épineux problème de la démographie médicale.


Réagir

A L’Huisserie, « l’équipe municipale majoritaire ne revient pas sur ses projets pharaoniques, démesurés »

Publié le: 5 mai 2015
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-mayenne
Politique Impôts Cité Elections
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
A lire également sur votre Journal en ligne
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2017 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS