Apéritif ostentatoire

Une bonne idée...

Une bonne idée…Des envies d’être reconnue comme une ville égale à Rennes ou à Brest. Des internautes souhaitent que Laval se donne rendez-vous pour un « apéro géant » qui pourrait être organisé avec l’aval de Guillaume Garot.

Par leglob-journal

Le Député-maire PS interrogé localement a déclaré : « C’est une idée très sympa, je suis favorable à tout ce qui renforce la convivialité. Alors tant que la sécurité est assurée, ça me va…»

Derrière cette proposition émanant d’un internaute lambda, une envie sans doute de voir sa ville se hisser dans la modernité, et l’air du temps. Plus simplement de faire comme ailleurs et, peut-être, de mettre un peu de piment dans la ville.

Au pied du  » mur « 

Une proposition qui s’appuie sur les réseaux sociaux, nouveaux instruments de communication qui permettent à tout un chacun de s’inventer des « amis » en se retrouvant au pied du « mur » celui de Facebook par exemple. Cela démontre également que derrière la simple envie, la réponse peut être à la hauteur de la sollicitation sur le net et c’est significatif.

En deux jours, la première fois que l’idée a été lancée plus de 500 personnes se seraient inscrites. Après 15 jours, on aurait atteint près de 2500 intentions de participer à cet « apéro géant ». A en croire ces chiffres, le désir de convivialité et de rapprochement semble immense. A moins que ce soit l’ivresse du moment qui dicte le flacon de l’instant !

Mais par delà l’offre d’« apéro géant », c’est bien le désir de rassemblement qu’il faut percevoir. Rassemblement qui ne semble pas être perçu par tout le monde de la même façon. Les services préfectoraux sollicités localement ont bien laissé percevoir leur appréciation de la notion de rassemblement.

« Autoriser ou encadrer », c’est par cette alternative qu’a été appréciée l’idée. Il faut dire qu’à Rennes il y a eu quelques buveurs allongés dans un état comateux…Une idée pourtant anodine selon le lanceur de l’« apéro géant » d’occuper l’espace public, censé appartenir à tout le monde. Mais rien n’est donc moins sûr en la matière.

Démonstration de force

Car chacun voit midi à sa porte. Le Parti de gauche a récemment pris position en dénonçant la résurgence du principe de la procession ostentatoire organisée, alors que la Gauche de Guillaume Garot est en responsabilité, sur l’espace public par ce qu’il est convenu d’appeler « les autorités religieuses ».

Le 2 avril dernier « en fin d’après-midi, près de 800 chrétiens de tous âges ont suivi Mgr Scherrer et la Croix du Christ, depuis l’église St-Vénérand jusqu’à la cathédrale de Laval. » écrit le Diocèse de Laval sur son site Internet.

L’histoire ne dit pas si le rassemblement avait été préalablement  « autorisé ou encadré ». En tout cas la riposte fut immédiate de la part des élus de l’opposition au Conseil municipal de Laval qui ont fustigé le Parti de Gauche en écrivant les mots de « sectarisme et d’intolérance ». Diable !

La notion de rassemblement serait donc à géométrie variable dans son acceptation surtout si elle se réfère à la sphère publique et à la sphère privée qui ont fâcheusement tendance depuis quelques temps à vouloir se faire concurrence. Bien sûr, les occupations de l’espace public par des « manifestations à caractère sociale » ont autant le droit de « cité » que d’autres à caractère festif, ou bien confessionnel. Mais ce qui les distingue, c’est bien l’utilisation qui en est faite. Et le symbole finalement qui se cache derrière l’apparence.

Laisser un commentaire