| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

Michel Ferron ancien conseiller général PS d’Argentré se devait de réagir à la résurgence du dossier de Parc multimodal d’Argentré ré-examiné le 14 Décembre 2016 par le conseil départemental de la Mayenne. « La "légitimité" de cette réaction repose sur ma volonté d’exprimer le ressenti d’un élu "retraité" qui n’a pas décroché, notamment sur un sujet qui l’a fortement mobilisé durant ses anciens mandats » estime Michel Ferron.

Entretien

- leglob-journal : C’est un projet qui a pris corps en 2006, examiné en séance publique a l’époque et qui faisait l’unanimité, non ?

Michel Ferron : Oui, à cette date, il y avait eu approbation unanime par les 32 élus du conseil général de la Mayenne de l’époque pour un projet de parc multimodal pourvu d’un accès par ferroutage, situé sur la commune d’Argentré, en prolongement de la Zone Industrielle de la Carie. Cet équipement était destiné à devenir un pôle important du Grand Ouest, ayant pour vocation à développer une activité économique basée sur la logistique, d’ailleurs un grand groupe industriel de la région d’Orléans les Éts Deret étaient d’ores et déjà sur les rangs pour venir s’y installer. Le projet s’annonçait d’une grande envergure. Une superficie de 200 ha avec à la clé, disait-on, près de 800 emplois.

- leglob-journal : Pourquoi souteniez-vous ce projet ?

Solidaire de l’assemblée départementale, je l’ai soutenu en raison de son opportunité pour l’avenir économique du département, tout en me retrouvant en position d’interface entre les décideurs et les citoyens. Je décide alors de privilégier une attitude d’écoute et de médiation à l’égard des élus et des habitants du canton, avec deux interrogations récurrentes : quel projet économique crédible et dynamisant pour la zone envisagée ? quelles modalités d’information et de communication mettre en place pour répondre aux inquiétudes qu’inspire l’opacité du dossier ?

Le 6 octobre 2006, une réunion publique d’information se tient à la salle des Fêtes d’Argentré, en présence de François d’Aubert, maire de Laval et de Jean Arthuis président du Département devant une assistance de 300 personnes venues de l’ensemble du département de la Mayenne. Cette rencontre s’avère manifestement prématurée, car les responsables politiques et économiques du projet ne disposent pas d’éléments concrets permettant de répondre aux questions du public.

- leglob-journal : du coup cela se passe on l’imagine de façon difficile, non ?

Oui, et le retour sur le terrain est rude : un collectif de riverains - regroupant propriétaires exploitants et résidents de la zone impactée - se réunit régulièrement en présence du maire d’Argentré, du conseiller général local et du coordonnateur technique de Laval-Agglo. Par la suite , il s’agit de l’évolution classique à tout dossier de ce type, à savoir, désignation des bureaux d’études, études préalables et environnementales, dossiers d’études d’impact et Déclaration d’Utilité Publique, enquête publique, etc. En parallèle, le dossier délicat des acquisitions foncières et des indemnisations est mené sous la conduite du Syndicat Mixte du PDELM (Parc de Développement Economique Laval-Mayenne) : l’évaluation des préjudices s’établit sur les bases d’un accord préalable de non spoliation intégrale, c’est la « valse des euros », les rancœurs et déracinements, etc, sans la moindre perspective d’une installation d’entreprise. En effet Deret, tapi dans l’ombre, attend toujours, nous dit-on…

- leglob-journal : Et puis que se passe-t-il après ?

En 2011-2012, un tournant s’opère avec l’abandon du raccordement ferroviaire entraînant une démotivation des élus, se contentant par compensation de l’établissement d’une base de fret ferroviaire sur la commune de St Berthevin. Puis en 2014, le département avec Olivier Richefou a sa tête décide alors de se désengager ; il sera conforté dans ce retrait l’année d’après par la promulgation de la loi NOTre) au profit de Laval-Agglo.

- leglob-journal : Et puis nous y voilà donc, le 14 décembre 2016, le dossier refait surface, sur une interpellation des élus élus minoritaires du Département ?

Oui, à la suite de l’interpellation du président Richefou par les élus de la minorité La Mayenne dynamique et solidaire , la construction d’un troisième échangeur financé à parts égales entre le Département et l’Agglo de Laval est annoncée lors de la session budgétaire du conseil départemental. Le désengagement du Département au profit d’une tutelle par Laval-Agglo avait constitué une première étape dans la chronique d’une mort annoncée, la communauté d’agglomération ne s’étant pas donné les moyens pour sortir d’un enlisement, préjudiciable à la crédibilité des responsables politiques locaux.

Aujourd’hui l’annonce de la construction d’un échangeur avec financement à parts égales entre le Département et Laval-Agglo peut être considérée comme l’amorce d’un changement de cap. Pour autant, un échangeur permettant d’accéder à une zone vide de toute installation ne manquerait pas d’apparaître comme un simple effet d’annonce débouchant sur un nouveau tournant ubuesque.

Techniquement, la mise en place de cet échangeur est de nature à changer la donne, certes, en favorisant l’arrivée d’entreprises sur cette zone d’activités, scandaleusement réduite jusqu’à ce jour à une vague piste d’atterrissage pour extraterrestres.

- leglob-journal : A vous comprendre, vous estimez qu’a lui seul cet aménagement ne résout pas grand chose, c’est ça ?

Oui, car il reste les deux questions en suspens : la cohérence territoriale au service de quel projet économique ? Et puis quelle politique d’informations en direction des habitants concernés par le nouveau périmètre et à destination de l’ensemble de la population mayennaise, compte tenu de l’ampleur départementale du projet ? Enfin un nouveau recadrage sans lendemain aurait pour effet de déséquilibrer l’attractivité territoriale entre l’Est et l’Ouest de Laval.

Car, force est de le constater, 10 ans après son lancement, la réalisation du Parc n’a pas connu le début d’une concrétisation ; après la légitime (et copieuse) indemnisation – sur des fonds publics – des propriétaires déplacés, la réserve foncière de 160 ha est restée à l’état d’une friche scandaleuse, laissant la place à un nouveau « lapinodrome », après celui de la zone de Vaiges.


3 commentaires

Réagir

Argentré : vers « un nouveau "lapinodrome" après celui de Vaiges » ?

Publié le: 21 décembre 2016
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-mayenne
Politique Industries Entreprises
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
A lire également sur votre Journal en ligne
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2017 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS