| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

- Par leglob-journal.

Du chaos sûrement ne peut naître que des situations extrêmes. On l’a vu au fil de ces dernières années depuis que la guerre en Irak a été déclenchée. Nous avons pu le mesurer depuis, tous les jours. Le chaos s’est exporté, il s’est déplacé, de l’Orient à l’Occident.

Georges W. Buch et Tony Blair sont partis, mais les dégâts et les « dommages collatéraux » semblent irréparables. Nous pourrions aussi en vouloir - même si cela ne sert à rien - à ceux qui n’ont pas fait grand chose fait pour prévenir et qui savent maintenant que guérir est très compliqué.

Au désordre, à la désorganisation s’est ajouté des actes de guerre civile en Irak puis en Syrie. Et à sa confusion liberticide et de mort, s’est rajouté la haine interethnique, saupoudrée de façon insistante et tenace de religion, prétexte à embrigadement idéologique. Des ingrédients mortifères qui ont fini par s’exporter.

A Laval, a déclaré le sénateur-maire de la ville lors d’un rassemblement citoyen qui a mobilisé 2000 personnes sur le parvis de l’Hôtel de ville, « ces tueries aveugles sont le reflet d’individus dont le caractère méprisable n’est dépassé que par l’obscurantisme et l’inhumanité de ceux qui les inspirent. »

« En guerre contre un terrorisme totalitaire »

Sommes-nous entrés en guerre pour autant ? Et ces attaques du Vendredi 13 menées par des assassins au nom d’un certain islam ont-elles un caractère de déclaration de guerre ? Pas de façon classique. Le mot de guerre est juridiquement inapproprié. Mais force est de constater que cela y ressemble, et qu’il s’est agit d’une nouvelle et terrible bataille qui a été menée sur le front de Paris, où tout a basculé en l’espace de quelques secondes et en plusieurs endroits de la capitale.

France, c’est la guerre ? - © Chappatte dans The International New York Times (15 janvier 2015)

Paris a été plusieurs fois touchée par des attentats meurtriers – rappelons-nous ceux de la rue des Rosiers, de la Rue Copernic, ou de la rue de Rennes pour ne citer que ceux-là – à chaque fois les cibles étaient plutôt clairement identifiées comme ce fut le cas dernièrement en Janvier pour les attentats de Charlie Hebdo ou de l’Hyper Cacher. Et au final des actes de tueries et de carnages pour que ceux qui ont pour mission de terroriser la masse, la faire trembler de façon collective puissent passer leur message. Cette fois, il est possible de penser que c’est l’Universalité de la vie occidentale qui a été ciblée. Sa jeunesse insouciante et souriante, les rassemblements festifs et sportifs. Le vivre ensemble naturel.

Notre nation est impliquée dans des frappes en Syrie et également dans des opérations militaires au Mali. Contre l’obscurantisme et ses dérives, et à juste titre. Touchée par les attaques, c’est aussi la République tout entière, en tout cas ses valeurs de démocratie qu’elle prône, qui ont été visées. Et c’est donc l’Humanité qu’on a mis dans le viseur pour déstabiliser. Car les individus qui ont utilisé les explosifs pour se transformer en bombe vivante, aux abords du Stade de France à Saint Denis, s’en sont servis pour frapper à l’aveugle. Et ceux qui ont investi la salle de concert du Bataclan, les armes à la main, avaient comme dessin de tuer le plus grand nombre, suivant en cela les préceptes de ceux qui élaborent la “doctrine de la foi”, le cahier des charges de l’intervention de la terreur en Europe.

Proximité d’intérêt

Proche et lointaine à la fois, Paris, la “ville monde” est par rapport au reste de la France, et aux régions, assez éloignée dans sa façon de vivre. On pourrait le penser aussi face à ces terribles évènements. Mais grâce aux images en boucle des télévisions reproduisant l’effet 11 septembre, qui fut lui aussi loin et proche à la fois, la proximité d’intérêt a joué à plein.

Loin et proche des attentats, tous les Français et même ceux de l’étranger - de façon globale - se sont sentis concernés. D’ailleurs dans le village global du monde connecté, et grâce aux autoroutes de l’information, des pays se disent que cela pourrait aussi se jouer sur leur sol ; les États-Unis et Obama, nos alliés dans les frappes en Syrie ont été les premiers à réagir en apportant un soutien à la France.

Frapper, mais au fait pour quoi réellement ? est-on en droit de s’interroger. En tous cas la France sous le choc, médusée, mais debout bien que chaos, vient de vivre un épisode plus que douloureux de son Histoire de France.

Dessin reproduit avec l’aimable autorisation du dessinateur de presse Chappatte que vous retrouverez régulièrement dans leglob-journal.


Réagir

Attentats de Paris : l’exportation du chaos

Publié le: 14 novembre 2015
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-mayenne
Actuel Politique Vie International
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
A lire également sur votre Journal en ligne
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2017 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS