| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

Au Moyen-Orient, à Dubaï les autorités disposent de 250 000 photos de l’iris de l’œil de personnes expulsées, non tolérés sur le territoire de l’émirat. Des “captures” enregistrées dans un fichier, le plus grand au monde de ce type. La biométrie utilisée à grande échelle a fait des tentatives d’incursion en Europe lors de grands événements.

- Par Édouard L.

Dans cet endroit de la planète, la biométrie a fait son apparition à l’aéroport en 2003 pour le contrôle des passeport et des visa. C’est un professeur de Cambridge qui a mis au point le logiciel grâce à un algorithme spécifique.

A distance - L’iris de l’œil, c’est pourtant l’image la moins facile à obtenir car l’iris est sans cesse en mouvement et sa cornée réfléchissante renvoie la lumière. Plus fort, un programme baptisé « iris in move » pourra photographié le votre à plus de 3 mètres de la même façon que votre passeport biométrique muni d’un nano puce sera lue à distance par les machines des forces de l’ordre sans même que vous vous en aperceviez.

Inquiétant - Grâce à ces techniques de biométrie, les industriels développant ces instruments qui semblent sortis du film minority report tablent sur des marchés mondiaux colossaux. Imaginez donc, finis les mots de passe et autres clefs par exemple, ne serait-ce que pour entrer dans votre ordinateur. Le marché existe potentiellement d’autant qu’il est planétaire et basé sur la peur du terrorisme.

En Europe, ce genre de techniques « invasives » pour l’Homme sont plus difficile à admettre et moins répandu qu’en Asie. Pourtant en 2006, la coupe du Monde de Football qui s’est jouée en Allemagne a utilisé un boîtier portable de capture des empreintes digitales pour trier et sécuriser les entrées dans les stades.

Machinisation -C’est d’ailleurs symptomatique, on parle de « capture » pour « prise de photos ».La biométrie devrait très vite faire son apparition sur le marché européen disent les sociologues en raison de l’absence dans nos sociétés modernes de ce qu’ils appellent les relations de « face à face ».

Car le revers de la médaille de ce progrès scientifique et de la recherche industrielle appliqués au quotidien, c’est le remplacement de l’individu de plus en plus fréquemment par la machine, l’optimisation des coûts, et le recherche de la rentabilité. Ainsi donc la biométrie privatrice de libertés individuelles a malheureusement de beaux jours devant elle.



Réagir

Biométrie pour le tri

Publié le: 16 décembre 2009
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-société
Etrangers Libertés
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2017 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS