| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

Alors que le département de la Mayenne comptait officiellement 317 006 habitants recensés au 1er Janvier 2013, un chiffre qui entre en vigueur au 1er Janvier 2016, essayons de nous projeter et de nous interroger : quelle population en 2040 en Mayenne ? Dans 24 ans, au train où vont les choses la population mayennaise atteindra-t-elle le record de 1861 année où l’on a recensé 375 153 habitants ?

- Par Édouard L.

Pas certain, car l’INSEE, l’Institut National de la Statistique et des Études Économiques, prévoit une hausse de 40 000 habitants d’ici à 2040. Pas assez donc.

En tout cas la population mayennaise pèse actuellement 9% de celle des Pays de la Loire et serait « affectée négativement par les flux migratoires  » d’ici à 2040 selon les experts. Un phénomène d’arrivées et de sorties, ou bien si vous préférez un phénomène de vie ou de mort. En 2012, le département comptait 307 453 habitants avec une croissance démographique modérée.

Modéré, c’est bien le terme qui convient pour caractériser la Mayenne. Les flux migratoires sont en cause. Pour exemple entre 2007 et 2010, pour 4 500 départs vers l’Ille-et-Vilaine, la Mayenne a reçu 3 500 habitants entrants de ce département. Là aussi une histoire de déficit. Et c’est la même chose avec des départements moins attractifs. Sur la même période, 3 500 Mayennais se sont installés en Maine-et-Loire, et 2 900 Angevins seulement ont rejoint la Mayenne. Problème d’exéat.

L’un des éléments du casse-tête, c’est toujours notamment la difficile équation à trouver qui pourrait aboutir au maintien des jeunes dans ce département à « taille humaine ». Les jeunes de 15 à 25 ans sont bien difficiles à sédentariser. Une collectivité territoriale située au sud du département s’y est essayée il n’y a pas si longtemps grâce à des programmes de l’Union Européenne. L’Europe est souvent décriée mais les subsides intéressent. L’idée, c’était de profiter de subventions de l’Europe pour mener des actions ciblées en faveur des jeunes. Est-ce que cela a été suivi des faits ? Difficile à évaluer.

D’autres collectivités territoriales, il y a plusieurs années en arrière ont eu elles aussi des actions volontaristes pour favoriser notamment l’implantation de grandes écoles d’ingénieurs permettant des études qualifiantes pour des étudiants originaires de la Mayenne.

C’était sans compter sur l’effet attractif dit “exogène” l’attirance de jeunes extérieurs au département. Peu de mayennais furent comptabilisés en effet parmi les promotions de futurs ingénieurs formés sur place. Les subventions publiques octroyées notamment par le Département de la Mayenne à ces écoles ont donc servi à former de jeunes adultes qui ne restaient pas dans le département une fois leur études terminées. Il y a quelques années, la Chambre régionale des comptes devait le souligner dans un des ces rapports.

Selon les statisticiens de l’INSEE, les jeunes de 15 à 25 ans donc sont toujours à classer en Mayenne dans la case « déficit ». L’offre étudiante existe mais elle semble apparemment insuffisante pour se comporter comme stabilisateur et contrer l’envie - bien légitime finalement - d’aller voir ailleurs et d’"élargir ses horizons". C’est d’ailleurs un des dossiers récurrents pour les élus politiques même si il a été un peu mis sous le boisseau ces dernières années.

A l’horizon 2040 constatent donc les analystes de l’INSEE, le nombre de naissances pourrait être plus élevé si les jeunes pouvaient plus facilement encore « apprendre et vivre au pays  ». Mais ce n’est pas le cas. Les analyses de l’Institut Nationale de la Statistique et des Études Économiques et du coup ses projections sont plutôt teintées de pessimisme.

La population du département a dépassé le seuil symbolique des 300 000 mayennais, ce fut le cas lors du recensement de 2008 avec une augmentation annuelle en Mayenne de 2000 habitants chaque année. Mais ce n’est guère plus finalement que la population de la Corse !

Si il y a un flux migratoire de jeunes qui sortent du département, problème majeur, il y a dans le même temps fort heureusement des nouveaux arrivants, mais revers de la médaille qui s’installent en Mayenne en étant «  un peu plus âgés en moyenne que la population déjà présente » ; il s’agit de plus de 60 ans, nous disent les observateurs attentifs de l’INSEE.

Les nouveaux entrants contribueraient à accentuer le vieillissement et accéléreraient donc le nombre de décès. Quant aux jeunes, partis, et qui ne reviendraient pas, ils seraient autant de pertes sèches pour le développement économique. Voilà qui n’est pas foncièrement une bonne nouvelle.

La Mayenne serait donc, somme toute, ce qu’on appelle un « département vieillissant ». C’est difficile à entendre, pas très glamour et encore moins valorisant pour un département, il ne faut pas se le cacher, en déficit d’image qu’il est bien difficile de combler malgré les efforts de médiatisation importants de ces derniers mois. Le problème de manque de médecins généralistes est symptomatique.

Car ces jeunes qui partent ou qu’on ne parvient pas à retenir, c’est selon, pourraient développer bien évidemment le nombre des naissances, et donc favoriser un renouveau. Quant aux arrivées, essentiellement des retraités qui choisissent de retourner au pays et qui finissent donc leur vie en Mayenne, même s’ils consomment, ils contribueraient indirectement à amoindrir le dynamisme démographique de la Mayenne à l’horizon 2040.


Réagir

Quelle population en Mayenne en 2040 ?

Publié le: 2 janvier 2016
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-mayenne
Politique Cité Vie Mayenne
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Lisez leglob-journal - Nous contacter par mèl : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2017 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS