| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

Par Gildas Charlès

Case

Oui après la Bulle dans laquelle je pourrais m’être enfermé, je souhaitais évoquer avec vous la Case dans laquelle je suis rangé par ceux qui me lisent, voir me jugent, et par moi-même ; il faut bien que je me pose quelque part. En effet, usant grâce à leglob-journal de la possibilité d’une libre expression, j’ai tiré selon mon ressenti un fil d’idées assez cohérent, mais qui peut paraître parfois contradictoire.

Cette contradiction apparente, je l’ai maintes fois exprimée ; elle est liée à mon souhait de susciter le débat, reprenant le principe que, de toute expression, quelque chose peut être retiré, positif ou négatif, donc constructif : de cette confrontation d’idées peut aboutir une vision d’ensemble cohérente.

J’avais évoqué cette notion « Ni droite, ni gauche », en référence aux deux tendances politiques ayant eu à gouverner la France ; les événements récents liés à cette présidentielle me laissent l’impression que cette approche semble vivre ces derniers jours.

Le renvoi, le rejet même de certains pratiques politiques, cette envie finalement d’arriver à une synthèse « Et droite, et gauche  », marque une tendance à revenir enfin vers un vote « Pour » plutôt que « Contre ».

Mais cette conception d’une nouvelle approche politique va tellement à l’encontre du modèle si bien établi, binaire, manichéen, Gauche-Droite, que ceux qui y croient encore n’ont de cesse de démolir - je n’ai pas d’autre mot - toute tentative dissonante. Leurs candidats sont si inaudibles - « affaires » « bilan à porter » - que pour exister, il leur faut essayer d’entraîner les autres dans leurs déroutes. Au risque de se perdre dans leurs propres contradictions.

Voir se rapprocher des personnalités de droite et de gauche dans la cadre d’un mouvement politique naissant serait donc pire que de faire venir dans un gouvernement de droite des personnalités de gauche ? Vous la voyez maintenant cette case ? Celle dans laquelle vous vous devez d’être rangés politiquement. Vouloir revenir sur une réforme de gauche, c’est être de droite, et inversement.

Il ne peut être possible de réfléchir, d’imaginer une idée sans qu’elle soit connotée politiquement. La si rassurante propension, qu’ont nombre de nos élus à s’enfermer dans des carcans idéologiques, les contraint au final à l’immobilisme, même en se revendiquant haut et fort de la rupture...

Les partis classiques s’interdisent les approches que je considère comme pragmatiques, reprenant ce qui peut être considéré comme favorable à un développement équitable de la société, à son écoute, par elle et pour elle.

Cette présidentielle 2017, comme les législatives qui suivront, seront à nulles autres pareilles. Il n’est qu’à voir les difficultés des deux principaux candidats, pourtant élus lors des trop fameuses primaire citoyennes et ouvertes, à obtenir l’adhésion d’une majorité de Français à leur programme.

L’heure d’une nouvelle donne politique, d’une nouvelle conception de faire la politique est-elle arrivée ? Les semaines à venir devraient nous apporter une réponse. Sera-t-elle porteuse d’un avenir radieux ? Ou devons-nous attendre de nouvelles surprises ?


Réagir

Je vous fiche mon billet #12

Publié le: 15 mars 2017
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-société
Politique Elections Présidentielles2017
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
A lire également sur votre Journal en ligne
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Lisez leglob-journal - Nous contacter par mèl : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2017 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS