| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

Des sommes et des subventions. 130 000 euros en moyenne, c’est ce dont dispose un député au nom de la réserve parlementaire - et quand on est président de groupe ou de commission, c’est le double - ce qui n’est pas rien. Certains diront que la réserve parlementaire, c’est du « clientélisme », la possibilité de « s’acheter » des voix en prévisions de futures élections. Ce sont sans doute de mauvaises langues ! La réserve parlementaire jusque-là était soumise à une opacité totale. A présent, et depuis janvier 2014, il est possible de savoir par le menu qui donne quoi et à qui, et c’est donc un progrès incontestable. Encore faut-il avoir accès aux données et avoir du temps pour les analyser. Pour en faire une lecture éducative, il suffit aussi d’avoir envie de se pencher sur la question. Analyser et décrypter, ce que tente leglob-journal.

- Par Édouard L.

20 000, 14 000, 10 000 euros, ce sont les montants les plus élevés des subventions accordées en 2015 par les 3 députés mayennais. Pour des travaux bien moins couteux que la déviation de Moulay par exemple dans le Nord du Département qui aura couté 36 millions d’euros.

Avec comme tiercé pour ces "grosses subventions" dans l’ordre Guillaume Garot (PS), Yannick Favennec (UDI) et Guillaume Chevrollier (LR). Ce dernier a ainsi décidé d’offrir 9 fois 10 000 euros. 10 000 euros, par exemple pour l’aménagement du centre bourg de Saint-Loup-du-Dorat, la rénovation de la petite mairie du Buret, la salle des Fêtes de Nuillé-sur-Vicoin ou bien encore la construction d’une nouvelle station d’épuration à Saint Michel-de-Feins. Beaucoup d’investissements structurants qui vont bénéficier au plus grand nombre.

À gauche, 20 000 euros, c’est la plus grosse subvention accordée par le député Guillaume Garot. Le parlementaire et ancien ministre l’a donnée à la communauté de communes du Mont des Avaloirs pour participer aux frais de travaux d’isolation du bâtiment Centre de ressources intercommunal géré par la collectivité. Là aussi, un peu de beurre dans les épinards.

Pour ce qui est du compte de Yannick Favennec (UDI), c’est la commune du Genest-Saint-Isle qui a reçu 14 000 euros, l’enveloppe la plus importante accordée par le député du Nord Mayenne qui va à la construction d’une troisième tranche d’un lotissement. Un peu d’huile dans le développement du territoire, ce qui devrait ravir Nicole Bouillon la maire de la commune. A-t-elle réclamé de l’aide à son député ou bien l’a-t-il fait spontanément ?

Les heureux nominés aux subventions de la réserve de nos chers députés appartiennent donc à deux catégories, comme l’exige la loi : collectivités et associations. Ainsi ce même Yannick Favennec a également choisi de mettre l’accent sur la jeunesse à hauteur de 10 000 euros de subvention. Pour ce faire, il a fléché l’association de Saint Denis-de- Gastines gestionnaire du festival Au foin de la rue. Un festival en campagne et dans le nord du département, c’est une initiative qu’il faut sans doute encourager, non ?

La musique actuelle donc, très longtemps délaissée en Mayenne, mais aussi le sport mécanique. Le député est devenu « sponsor » » à hauteur de 10 000 euros du Moto club d’Ernée qui a organisé en 2015 les Championnats du monde de la spécialité, une compétition qui a drainé des milliers de spectateurs.

Dans une moindre mesure, mais tout de même, 8 500 euros sont accordé par le parlementaire Yannick Favennec qui n’oublie pas les plus jeunes. Il a permis la création d’une cantine dans un ancien centre de secours à Chatillon-sur-Colmont. 2000 euros reviennent à quatre MAM, des Maisons d’Assistance Maternelle pour encourager la garde d’enfants en milieu rural, ce qui permet aux femmes de travailler. Sans oublier les subventions plus traditionnelles et aux retombées évidentes : 1500 euros pour le fonctionnement de deux écoles confessionnelles à Constest et le Le Horps. Tant pis pour la loi de 1905 !

Le socialiste Guillaume Garot mise aussi sur les jeunes. C’est bien sûr porteur. A Loup-Fougères, c’est la toiture de la cantine qui sera refaite grâce aux 5000 euros que l’ex-ministre a bien voulu flécher en 2015. Mais à Chalons-du-Maine, la même somme a été dirigée sur des travaux d’accessibilité et de sécurité de l’église. Quand à la Fédération des Association Laïques basée à Laval et présidée par Michel Rose, un très proche du député, elle a reçu 1000 euros. En 2016, la FAL devait organiser des festivités pour saluer sa naissance et son implantation en Mayenne.

Député Les Républicains, Guillaume Chevrollier n’oublie pas, lui non, plus son électorat qu’il faut, et après tout c’est bien normal, comme les autres bichonner grâce à des fonds publics. Ce sont 2000 euros qui ont été donné à deux écoles privées pour qu’elles fonctionnent à Sainte Suzanne et L’Huisserie ; 2000 euros aussi - plus étonnant - à l’association Cardamine qui défend l’environnement à Saint-Berthevin.

Quand on est député, il faut aussi donner de l’argent aux associations caritatives, sinon les signaux seraient troublés et on ne comprendrait pas pourquoi elles seraient oubliées, alors qu’elles en manquent cruellement. Ainsi Les Restos du cœur de Laval (1 500 euros) sont aidés par Yannick Favennec et non Guillaume Garot, ce qui apparait comme paradoxal ; la banque alimentaire, créditée de 2 000 euros attribués par Guillaume Chevrollier ; quand à Guillaume Garot, le député socialiste, il se veut pour le moins œcuménique dans son action en donnant la même somme (2 500 euros) au Secours Populaire mais aussi à son pendant religieux le Secours Catholique. Sans doute une question d’équilibre...budgétaire !

Dans cette affaire de réserve parlementaire, c’est aussi en regardant les récipiendaires, ceux qui sont « choisis », c’est-à-dire les heureux bénéficiaires donc, que l’on apprend aussi beaucoup de son député. Élu par des voix spécifiques qui se sont prononcées en sa faveur, il doit être question de « renvoyer l’ascenseur », l’ascenseur politique, celui qui lui a permis d’être hissé à ce poste de parlementaire tant convoité. Ces renvois se font aussi en espèces sonnantes et trébuchantes comme on disait autrefois.

L’entretien de la flamme passe donc aussi par l’argent. Mais il y a aussi pour l’attribution le versant personnel qui entre en ligne de compte. Le choix des destinataires de la manne financière est assez révélateur des centres d’intérêt de l’homme politique ou de la femme ; mais en Mayenne, il n’y a pas de femme députée siégeant à l’Assemblée Nationale.

Ainsi cette subvention de 3 500 euros accordée par Yannick Favennec au Comité de fêtes, de la jeunesse, des sports et loisirs de Carelles, ce village qui accueille tous les ans l’élection de Miss Mayenne. On peut y voir de belles et souriantes prétendantes au titre de Miss qui défilent sur un podium, en robe longue ou en maillot de bain. Cela draine un public assez conséquent et l’événement est festif, convivial et populaire ; c’est certes un plus en milieu rural où la désertification culturelle est parfois assez rude.

On le voit le montant alloué dit beaucoup du député, de ces fréquentations, de son périmètre immédiat, de ce qu’il estime important ou pas, de ce qui l’intéresse aussi. Cela peut-être également un moyen de rééquilibrer une image ou de la modeler, ou même de la conforter. L’apparence est à parité avec le fond.

La réserve parlementaire - ces sommes petites ou grandes d’argent, issues de l’argent du contribuable - n’est donc pas distribué sans réflexion. Il s’agit de s’impliquer. Tellement vrai que le député Guillaume Garot a même décidé en l’annonçant officiellement de réunir pour la réserve de 2016 un jury citoyen pour l’aider à choisir qui sera gratifié. L’implication doit aussi, à notre époque et c’est nouveau, être partagée pour pouvoir être mieux comprise et admise.

L’opacité a donc fini par s’estomper autour de la réserve parlementaire. Le savoir est tendance, mais un certain clientélisme moins affirmé aura hélas toujours de beaux jours devant lui. Plus de clarté et de transparence en général, c’est un bien commun qu’il faut défendre pour la démocratie. C’est-à-dire finalement pour nous tous.

En savoir plus >


Réagir

Ce que les subventions de la réserve parlementaire disent de votre député en Mayenne...

Publié le: 16 mars 2016
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-mayenne
Politique Gauche Droite Elections
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
A lire également sur votre Journal en ligne
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Lisez leglob-journal - Nous contacter par mèl : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2017 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS