| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

À gauche toute ! La liste emmenée à Laval par Jean-Marc Bédue 51 ans enseignant, se veut résolument à gauche en référence à l’équipe sortante de Jean-Christophe Boyer. Carton rouge, c’est le nom un peu provocateur de cette liste qui rassemble des hommes et des femmes qui se disent de « la gauche citoyenne et écologiste » et qui est soutenue par le Parti de Gauche et le Parti Ouvrier Indépendant. Prétendant incarner en quelque sorte « la vraie gauche », ils sont déterminés à agir - pour citer un film célèbre du «  bon côté de la force » - à l’échelle de la commune, comme il le font déjà dans la société civile. Estimant que les principaux candidats des deux plus grandes formations politiques, c’est “blanc bonnet et bonnet blanc”, Carton rouge entend bien au soir du premier tour des municipales virer en tête à Laval !

- Interview

leglob-journal.fr : Carton rouge, est-ce que cet intitulé est une bonne façon de présenter une liste qui peut apparaître comme "revancharde" ?

Carton rouge : Tout d’abord, l’appellation de notre liste se complète par l’affirmation “place aux citoyennes et aux citoyens” ce qui dépasse la référence sanction du “ carton rouge” . Et puis, comment la gauche authentique pourrait-elle faire silence sur les incessantes agressions de nature économique, anti-sociale et anti-démocratique commanditées par ce qu’on appelle la Troïka (Banque Centrale Européenne, Commission Européenne et Fonds Monétaire International).

Relayées par le pouvoir national, ces politiques mettent directement en difficulté les services publics de tous les pays, notamment ceux des communes livrées à une saignée budgétaire et poussent aux privatisations, contre les intérêts sociaux de l’immense majorité des “gens normaux de la France normale” .

On le voit la vie démocratique se délite ! Elle est confisquée par une caste d’héritiers de portefeuilles. Certains se réclamant abusivement des “valeurs de gauche”, tous sont “co-gestionnaires” des affaires publiques selon les mêmes normes et la même idéologie libérale qui privilégie les intérêts privés au détriment de l’intérêt public, en infligeant aux services publics municipaux les mêmes critères de gestion que les sociétés privées !

leglob-journal.fr : Vous voulez marquer votre différence ?

Oui, nous ne pouvions pas inviter les citoyennes et les citoyens à se réapproprier de la chose publique, dans une dynamique municipale avec nous, sans dénoncer préalablement ce qui constitue le cœur de la problématique des élections municipales.

Au-delà de cette référence à la sanction, Carton rouge est aussi le signe de ralliement de celles et ceux qui ne se résignent pas à subir et qui veulent construire des jours heureux !

« La différence entre messieurs Zocchetto et Boyer ne porte que sur le style ! Tous deux sont des notables qui opèrent dans les parties obscures du pouvoir et leurs préférences sociales vont naturellement aux puissants plutôt qu’aux gens modestes. »

leglob-journal.fr : le programme de votre liste souhaite donner une place importante aux citoyens, comment allez-vous pratiquement mettre en place cette composante dans vos actions si vous êtes élus ?

Actuellement, les décisions les plus importantes sont en effet prises par le maire et deux ou trois adjoints, sur conseil de cabinets privés. La plupart de ces “ amis conseilleurs” , outre qu’ils coûtent très cher à la ville, lui sont extérieurs et sont donc déconnectés totalement des réalités de vie des habitants.

Parce que notre ambition pour la ville est d’en faire aussi un lieu de résistance sociale et de réapprentissage de la citoyenneté républicaine, notre démarche visera à dépasser résolument et définitivement les pratiques de soumission aux exigences des groupes sociaux les plus puissants.

Pour être au service de tous, la ville doit donc s’affranchir des pressions qui seraient dictées uniquement par des intérêts commerciaux et privés. Nous leur substituerons une démarche d’inspiration autogestionnaire, invitant toutes les forces vives organisées à s’investir dans le champ de l’action municipale. Car nous considérons que les partis politiques, les organisations syndicales, les associations, l’ensemble des corps sociaux constitués et représentatifs des diverses couches et catégories sociales de la population lavalloise constituent un riche vivier d’idées, de sens critique, d’énergie, de propositions et de savoirs faire.

leglob-journal.fr : c’est ça la démarche participative ?

Oui, partout où des municipalités ont investi dans la confiance envers ce levier de l’action municipale, c’est “le vivre et décider ensemble” qui a pris sens. Cette ambition démocratique n’a rien de commun avec des mascarades bien connues, consistant à réunir des habitants d’un quartier pour leur demander de choisir l’affectation d’une petite enveloppe budgétaire. Cette façon de laisser le peuple“ d’en bas” répartir le très peu qu’on a bien voulu lui laisser est d’autant plus grotesque qu’en mairie, et en catimini et sans aucune annonce ni concertation préalable, on décide au même moment de privatiser les parkings, par exemple !

C’est sur les grands choix, sur les opérations vérité et clarification des finances publiques et des décisions de gestion, sur les projets d’aménagement des espaces, du logement, des transports, que de vraies instances d’information et de concertation seront mises en place. Et c’est en adossement de ce qui sera exprimé de cette façon que les élus pourront, finalement, voter en toute transparence !

leglob-journal.fr : concrètement comment cela va se passer ?

Par la création d’un observatoire des engagements permettant l’intervention citoyenne, le développement de conseils de quartiers et de commissions extra-municipales, voilà des leviers à construire, auxquels peut s’ajouter le recours au référendum populaire.

D’autre part, les habitants considérés dans leur individualité, devraient pouvoir entrer en interaction avec les services de la Ville de façon plus rapide, plus efficace. D’ailleurs nous veillerons à ce que les personnes qui à titre individuel, réclament, se plaignent, suggèrent, proposent…soient accueillies par des services municipaux dotés de moyens adéquats et de personnels bien formés pour écouter et agir vite et efficacement. Soit en traitant ce qui relève de la simple exécution d’un service dû, soit en créant le lien de concertation entre cette personne et les élus en charge du sujet en cause. Les personnels de mairie ont, pour leur part, des propositions à faire en ce sens ; nous les écouterons aussi !

leglob-journal.fr : votre liste se veut un "rassemblement de lavallois impliqués dans l’action politique, syndicale et associative", est-ce suffisant pour prétendre gérer une ville ?

Oui ! Les syndicalistes ouvriers, les dirigeants et animateurs associatifs, les militants du combat politique ont une expérience de la recherche des faits, de leur observation et de leur analyse dans l’intérêt général. On ne passe pas une vie de combat face à des plans dits “sociaux” dans les entreprises, à contrer des stratégies patronales, ou à défendre l’intérêt des plus démunis dans des institutions publiques ou des instances paritaires, sans apprendre, sans connaître, sans bonification culturelle des individus. Et surtout sans atteindre un certain niveau d’expertise. Contester cela, relèverait du mépris et de l’ostracisme de classe !

« Notre première action sera de voter la création d’une commission d’enquête[...] pour clarifier la situation réelle des finances et du patrimoine de la ville [...] Et aux compétences des services de mairie, nous associerons celles de la Cour régionale des comptes [...] »

Mais les vraies compétences, les plus importantes dans la gestion des affaires publiques, sont celles des fonctionnaires territoriaux, car plus de 120 métiers traversent en permanence l’activité de fourmilière qu’est une ville, dans sa production quotidienne de biens et services à la population.

Aucun élu, dans aucune mairie, ne peut prétendre connaître la réalité locale de tous les métiers concernés. Il ne peut non plus présenter le moindre dossier de projet, même le plus modeste, sans la contribution préalable des fonctionnaires. Du simple employé au cadre supérieur, ils forment la chaîne des compétences aux plans technique, juridique, administratif et financier.

leglob-journal.fr : quel sera le rôle des élus ?

La compétence attendue de la part des élus municipaux réside tout d’abord dans leur capacité à rendre efficace le travail de cette force créative des personnels de la fonction publique et en second lieu, leur compétence consiste à piloter un processus de décisions associant ce travail interne avec les personnels et la démarche démocratique avec les citoyennes et citoyens. Sur ce plan là et partant de ces considérations politiques, toute modestie mise à part, aucun et aucune d’entre nous n’a de leçon à recevoir de celles et ceux qui s’autoproclament “gestionnaires” et “compétents” alors qu’ils ont mis les finances de la ville dans l’état que l’on sait !

leglob-journal.fr : si vous êtes élus, quelle sera votre première action une fois aux commandes ?

Notre première action sera de voter la création d’une commission d’enquête représentative du conseil municipal, chargée de clarifier la situation réelle des finances et du patrimoine de la ville, la légitimité de la dette et les conditions de passation de certains marchés publics, dont celui de la privatisation des parkings. Et aux compétences des services de mairie, nous associerons celles de la Cour régionale des comptes pour assurer la qualité de travail de cette commission. Au plan politique, notre engagement devant la population est de lui rendre compte en toute clarté et sans retenue, de l’ensemble des travaux et conclusions de cette commission d’enquête qui devra statuer dans un délai le plus rapide possible.

« [...] la liste FN, leur tête de liste ne nous fait pas rire : ses propos sont inacceptables car dangereux, par leur nature haineuse et dénuée d’humanité. Le discours du FN est génétiquement marqué du syndrome de guerre civile [...]  »

leglob-journal.fr : de façon plus générale sur quels leviers voulez-vous peser prioritairement ?

Les leviers prioritaires de notre action municipale sont la citoyenneté républicaine qui doit être restaurée sur la base d’une implication démocratique des habitants et la création de l’observatoire des engagements en sera le premier outil.

Il faut lutter contre la précarité en faisant de la Ville de Laval un employeur exemplaire, et valoriser au maximum les compétences internes au service des habitants. Mais aussi défendre, dynamiser et développer le potentiel de services publics municipaux en le protégeant de toutes pressions visant à le privatiser. Enfin, Carton rouge et son équipe réhabiliteront l’action politique au sens noble du terme : les élus se consacreront pleinement à leur mandat sans en rechercher profit.

leglob-journal.fr : que pensez-vous des autres candidats présentant des listes ?

Peu importe ce que nous pourrions exprimer sur des personnes, il nous suffit de constater la similitude de leur idéologie, qui les conduit l’un comme l’autre à considérer la gestion publique sur les mêmes critères comptables que ceux d’une entreprise privée.

La différence entre messieurs Zocchetto et Boyer ne porte que sur le style ! Tous deux sont des notables qui opèrent dans les parties obscures du pouvoir et leurs préférences sociales vont naturellement aux puissants plutôt qu’aux gens modestes.

Monsieur Garot, alors député et Monsieur Zocchetto en qualité de sénateur, ont approuvé ensemble en 2008 le traité de Lisbonne, véritable trahison du NON que le peuple français avait pourtant exprimé très largement lors du référendum de mai 2005. C’est donc leur volonté politique qui s’applique aujourd’hui, avec des répercussions concrètement néfastes sur les moyens de nos services publics et cela les disqualifie tous les deux indissociablement !

Quant à la liste FN, leur tête de liste ne nous fait pas rire : ses propos sont inacceptables car dangereux, par leur nature haineuse et dénuée d’humanité. Le discours du FN est génétiquement marqué du syndrome de guerre civile. La candidature Lutte Ouvrière nous inspire très peu, sauf le regret d’une attitude sectaire qui produit principalement la division quand l’union devrait s’imposer.

leglob-journal.fr : à quelle hauteur estimez-vous votre score ?

Nous ne disposons d’aucun moyen d’estimation électorale au sens scientifique du terme. A ce jour, nous pouvons cependant constater que notre énergie et nos convictions et la qualité de nos candidats ont déjà produit une dynamique d’équipe très forte.

Plutôt qu’une estimation chiffrée impossible à projeter, nous exprimons l’ambition d’arriver le 23 mars en tête de la gauche à Laval. Nous voulons ce résultat pour qu’au second tour la population ait vraiment les moyens de se débarrasser de la politique défendue aujourd’hui par Boyer et d’empêcher Zocchetto de s’installer aux commandes pour la prolonger et l’aggraver encore !


Propos recueillis par T.H.

Titre, intertitres et mise en page sont de leglob-journal.fr



Réagir

Contre les "notables [...] dans les parties obscures du pouvoir [...] "

Publié le: 7 mars 2014
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-mayenne
Laval Politique Cité Gauche Elections
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2018 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS