| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne


Des députés européens ont prôné un encadrement plus strict des lobbyistes qui interviennent à Bruxelles. Il a été demandé leur enregistrement obligatoire sur un registre qui soit commun à toutes les institutions européennes. Il était temps !

- Par Thomas H.


u Parlement européen les députés de la commission des Affaires constitu-tionnelles ont approuvé à une vaste majorité il y a quelques mois un texte d’un rapporteur finlandais préconisant cet enregistrement obligatoire qui va permettre de laisser des traces et une transparence financière. Car des milliers de lobbyistes aux intérêts divergeant gravitent autour des pôles de décision européens. Comme le Parlement, la Commission, ou bien le Conseil européen. Autant d’organes décisionnels prépondérants qui ont un impact sur la vie quotidienne des populations des 26 pays de l’Union Européenne.

Indéniable progrès - Représentants de simples sociétés ou de multinationales, d’organisations professionnelles, de cabinets d’avocats puissants, d’instituts de recherche et d’Organisations Non Gouvernementales qui peuvent peser, au total pas moins de quelque 5.000 lobbyistes et assimilés ont, selon le registre du Parlement, un accès régulier aux eurodéputés. De quoi ne plus savoir où donner de la tête.

En fait le nombre de lobbyistes intervenant à Bruxelles, qui demeurait incertain faute d’enregistrement systématique jusqu’à présent, pourrait atteindre les 15.000 estimait la Commission en 2007. Fichtre !

Vers un cadre réglementaire

Seul le Parlement a depuis plusieurs années "son" registre avec inscription obligatoire. Les autres non. Le Commissaire européen en charge des questions d’éthique, car il s’agit bien de cela en fait, avait annoncé en mars 2007 le lancement d’un système d’enregistrement pour les lobbyistes auprès de la Commission, ce qui devait impliquer le respect d’un code de conduite. Mais sur la base du volontariat.

Le Parlement européenIl avait alors été estimé qu’aucune nouvelle législation n’était nécessaire pour l’instant, mais que la Commission envisagerait des mesures contraignantes en 2009 si le volontariat s’avérait insuffisant. Voilà qui est fait.

Les modalités de ce registre commun ont été définies et arrêtées. Les informations financières devront être révélées par les lobbyistes inscrits. Car les groupes de pression ne se contentent pas de parler, d’expliquer et d’orienter pour avoir un accès au vote !

Cela "représente un pas décisif vers une nouvelle culture de la transparence à Bruxelles", a affirmé le député socialiste allemand qui préside la commission des Affaires constitutionnelles. "A l’avenir, des règles strictes vont être appliquées au lobbying", a-t-il assuré. N’était-il pas temps ?


Réagir

"Culture de la transparence"

Publié le: 29 mars 2010
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-cultures/idées
Actuel Europe
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2017 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS