| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

La convention ruralité ne se mettra pas en place en Mayenne. L’AMF53, l’association des maires de France dans le département a refusé de signer cette convention-cadre qui, selon le Directeur académique des services de l’Éducation nationale en Mayenne, « aurait permis d’éviter chaque année la Carte scolaire couperet ». Denis Waleckx s’explique sur leglob-journal, sur ce qu’il considère finalement comme un échec - Entretien.

Entretien

- leglob-journal : Vous n’avez pas souhaité communiquer du tout autour de cette convention sur laquelle vous avez travaillé depuis septembre 2016, pensez-vous que c’était la meilleure méthode ?

Denis Walecks : Je veux vous dire que je récuse le fait que je n’ai pas pu être transparent dans cette affaire, j’ai travaillé avec les partenaires à cette convention cadre et il s’est agi d’une réflexion collective, comme l’a dit le Préfet de la Mayenne, pour « sortir du moyen terme de cette carte scolaire » anxiogène et considérée comme un couperet par beaucoup de maires. Beaucoup craignent que l’école puisse pâtir de la Carte scolaire. Et cette convention pouvait être un moyen de faire différemment, mais cela n’a pas été compris.

- Leglob-journal : vous n’avez pas souhaité inclure dans le cadre des partenaires, comme vous dites, les syndicats d’enseignants et les parents d’élèves, pourquoi ?

Vous savez, j’estime que je représente en tant qu’Inspecteur d’Académie les enseignants, et c’est ce que j’ai dit aux syndicats d’enseignants qui m’ont interpellé sur ce point. Sur la méthode, encore une fois, il s’agissait de négocier, pas de faire un forum ou bien de consulter ; les parents d’élèves, les usagers de l’École, étaient représentés. Il y avait la Caf, la Msa.

- Leglob-journal : Pourquoi est-ce-que cela n’a pas fonctionné ? Pourquoi les maires n’ont-ils pas signé cette convention ?

Ce qui a pu être bloquant, je pense, c’est que l’État a proposé de réfléchir à des regroupements quand c’était « possible et opportun ». C’est ce qui était écrit dans la convention. « Opportun » cela veut bien dire ce que cela veut dire. C’est le terme « opportun  », notamment, je pense, qui a posé débat, c’est l’irrationnel qui a primé. Pourtant, je pense que ce texte était attendu par beaucoup de maires.

L'inspecteur d'académie, directeur académique des services de l'Éducation nationale en Mayenne, Denis Waleckx

Lire aussi : En Mayenne, le sort de l’École fixé « en catimini » par une convention

- Leglob-journal : Ce veto de l’AMF53, l’Association des maires de France en Mayenne, c’est rédhibitoire ?

(Hésitations) Écoutez, on peut toujours tout envisager, mais à l’heure actuelle, c’est la prime à l’inaction, c’est mon regret ; d’autant qu’on aurait pu avoir pour la Mayenne un petit bonus de la part du ministère. En effet, les départements qui signent cette convention obtiennent des postes en plus. On aurait pu avoir quatre ou cinq postes supplémentaires. Il faut regarder l’intérêt de nos élèves.

- Leglob-journal : On a beaucoup reproché à cette Convention ruralité d’être un moyen de fermer les petites écoles en milieu rural ?

Il y a des écoles, à terme, des structures, qui, si on n’a pas de vision stratégique, vont fermer, c’est certain. Prenez l’exemple de Larchamp, nous avons maintenu deux classes dans l’école publique avec pourtant peu d’élèves. S’il avait été question de fermer une classe en raison d’un nombre d’enfants insuffisant, c’est l’école qui aurait fermé. Mais, vous savez, ce n’est que repoussé. En fait l’image de l’administration que je dirige, l’inspection d’Académie, j’ai le sentiment que c’est souvent la fermeture plutôt que l’ouverture, c’est ce qui apparaît souvent, même dans la presse.

Peut-être avons nous été victimes de cette appréciation, de ce ressenti. C’est ce qui a peut-être joué !

- Leglob-journal : La convention ruralité, si on vous comprend bien pour c’était pour aider le monde rural, alors pourquoi ces craintes et cette censure des maires ?

Vous savez si on ne fait rien du tout, tout le monde perd. Nous avons à faire en Mayenne à une baisse démographique importante. Et constante. Nous aurons l’an prochain 750 élèves de moins. Mais je n’ai pas voulu le dire aux intéressés, autour de la table, aux élus, parce que je ne souhaitais pas donner l’impression que je voulais ou que j’aurais pu faire pression sur eux. Pour moi, il fallait mettre en place cette convention. L’AMF53 pouvait prendre ses responsabilités quitte à accompagner cette convention. Elle ne l’a pas fait. Aujourd’hui, c’est beaucoup de regrets.

Recueillis par Thomas H.


Réagir

Denis Waleckx et la convention ruralité non signée : « c’est la prime à l’inaction »

Publié le: 22 mars 2017
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-mayenne
École Éducation Ruralité
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
A lire également sur votre Journal en ligne
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2017 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS