| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

Presqu’un avant goût de la commission d’enquête parlementaire demandé par le groupe Nouvelle Gauche à l’Assemblée nationale, les auditions de la commission des affaires économiques et sociales du Sénat. La chambre haute du parlement français a entendu sur deux jours à la fois la directrice générale de la DGCCRF, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des Fraudes et le groupe Lactalis, le N°1 sur la sellette depuis décembre 2017 dans cette affaire de lait contaminé à la salmonelle. Beaucoup d’interrogations et de reproches de la part des élus de la République, sénatrices et sénateurs, et finalement peu de réponses concrètes.

Par Thomas H.

Presqu’un Lactalis Bashing. Car les sénateurs n’ont pas ménagé - même si cela a été fait avec courtoisie et qu’ «  il ne s’agissait pas d’un tribunal  » -, Michel Nalet le représentant du groupe mayennais Lactalis impliqué dans cette affaire de lait contaminé à la salmonelle.

« La population française est en droit d’attendre que la sécurité alimentaire soit effective et notamment pour ce qui concerne les nourrissons  » explique en préambule la présidente de la commission, la sénatrice (LR) Sophie Primas.

En ligne de mire, « sur le fameux site de Craon » a-t-on pu entendre, « la gestion de la présence de salmonelles dans des produits laitiers, […] et des dysfonctionnements dans le respect par [tous les] acteurs de leurs obligations en matière de sécurité sanitaire des aliments. »

À Michel Nalet, plutôt égal dans ses explications, plusieurs sénateurs ont reproché l’absence d’Emmanuel Besnier devant la Représentation nationale. « Manque de courage ? » a questionné l’un d’eux , estimant que le PDG se dérobait à ses responsabilité. La présidente de la commission devait d’ailleurs conclure en résumant qu’en raison du « culte du secret, et ce refus de venir devant nous, comprenez Monsieur Nalet que cela exacerbe un peu les esprits. »

« Droit de réserve »

« Je ne peux pas vous laisser dire ça » ou bien «  nous sommes traités d’irresponsables par certains, c’est inadmissible ! » a souvent dit lors des ses interventions Michel Nalet. Sur l’absence de son patron devant la commission sénatoriale, il a esquissé une réponse qui n’a pas eu l’air de satisfaire franchement les sénateurs : « Dans le contexte, a-t-il déclaré, il n’a pas souhaité être là, je l’ai encore eu ce matin au téléphone...Cela peu paraître curieux, mais ce droit de réserve est légitime […] » Michel Nalet s’est ensuite engagé à ce que Emmanuel Besnier puisse rencontrer les sénateurs dans les semaines qui viennent. Et « nous nous engageons à répondre à toutes vos interrogations qui sont nombreuses. »

Michel Nalet attentif aux nombreux reproches des sénatrices et sénateurs, et la Présidente de la commission, Sophie Primas (LR) - capture vidéo

« C’est clair, net et précis  ». Michel Nalet a utilisé cette formule réthorique qui permet d’enfoncer le clou. Sans être pour autant convaincant. Le président de l’Association des victimes du lait contaminé à la salmonelle a d’ailleurs réagi dans un communiqué de presse : « Devant la représentation nationale, le Groupe Lactalis s’est une nouvelle fois exonéré de ses responsabilités et n’a pu donné aucune explication sur ce qui s’est passé dans son entreprise […] »

Quentin Guillemain continue : « Le groupe Lactalis a envoyé son directeur de la communication pour communiquer mais pas pour répondre aux questions précises des sénatrices et sénateurs sur cette affaire : Quand et comment est arrivée la bactérie ? Qu’a-t-il été fait entre 2005 et 2017 par l’entreprise pour s’assurer de la disparition de la bactérie ? Quels contrôles ont été réalisés ? Quand l’entreprise respectera-t-elle enfin la loi ?  »

« vendus en promo »

«  Je ne peux pas vous laisser dire ça », a dit Michel Nalet à propos des lots qui seraient passés sciemment au travers des rappels et dont certains ont été « vendus en promo » ajoutant qu’«  à titre personnel, ça me blesse ! » rappelant ses « 28 ans dans l’entreprise ». Un sénateur a souligné que Michel Nalet était aussi un lobbyiste, en tant que président d’EDA-Euromilk, « A high-level dairy think tank, where today’s dairy expertise meets with the vision of tomorrow’s challenges and opportunities for our dairy sector. » En clair, un groupe de réflexion sur les produits laitiers qui « collecte, analyse, relaye et partage l’information sur le secteur laitier notamment en direction de l’Union européenne ».

« Ici, a déclaré solennellement un sénateur, dans cette institution, nous fabriquons une seule loi qui s’applique à tous, que nous soyons riches ou pauvres. » Cette remarque rassurante était dirigée vers le communiquant représentant Lactalis à propos de la non publication des comptes du groupe laitier. « Publier, c’est la loi, que nous soyons d’accord ou pas ! La loi s’applique d’ailleurs au plus petit souvent avec vigueur [...] » a ajouté un autre élu de la République. Nichel Nalet : « on ne refusera pas […] l’objet de cet amendement, [Celui de la Loi Sapin 2, NDLR] ordonne une publication totale [des comptes]. Nous souhaitons néanmoins protéger le secret des affaires. Pourquoi certains groupes familiaux ne pourraient pas avoir une publication protégée ? a questionné le représentant de Lactalis, ajoutant que la publication des comptes ne résoudra en rien la crise de la filière laitière.  »

La directrice générale de la DGCCRF, Virginie Beaumeunier devant les membres de la commission au Sénat - capture vidéo

« En 2005, déjà 141 nourrissons avaient été malades en raison de produits issus de cette même usine de Craon, c’était déjà la solmonelle. 2005-2017 pourquoi ne pas avoir renforcé les contrôles ? [...] » lance une sénatrice. On assiste presque à un «  procès d’un système » les mots ont été prononcés, en tout cas celui d’une certaine façon de concevoir l’industrie agroalimentaire. Un autre sénateur rappelle que « ce qui s’est passé chez Lactalis est très grave. Ne jetons pas tout sur ce groupe, mais quand même. En Allemagne, des graines qui venaient d’Égypte ont provoqué la mort de onze personnes. La population est en droit de réclamer une sécurité alimentaire effective  ».

Un bon point

La veille la DGCCRF, devant cette même commission, s’est vu reprocher en substance de ne pas avoir suffisamment anticipé les contrôles dans l’usine de Craon analyse un élu car « on savait qu’il y avait des problèmes récurrents dans cette entreprise ». Un autre vient de faire remarquer que «  la DGCCRF a connu une baisse de 700 postes en 10 ans » et explique que « le Lean-management mis en place depuis 5 ans à Craon a abouti à des conditions de nettoyage fortement dégradées dans l’usine. »

Le siteLactalis Nutrition est l’objet d’un contrôle d’agrément sanitaire tous les 3 ans a expliqué Virginie Beaumeunier, la directrice générale de la DGCCRF, mais elle est vue régulièrement par les services vétérinaires. « Ce contrôle devait intervenir le 5 décembre après le déclenchement de la crise, ce qui est une coïncidence. »

Se tournant vers Michel Nalet en fin d’audition Sophie Primas la présidente de la commission sénatoriale après avoir dit au cadre de Lactalis qu’elle « n’avait pas malgré vos explications compris les canaux de distribution que vous aviez utilisés pour organiser votre communication », devait cependant lui adresser un bon point : «  Je note votre volonté de travailler avec l’Observatoire des marges et des prix et aussi le fait qu’ Emmanuel Besnier, - et vous vous y êtes engagés devant nous -, sera devant les sénateurs dans les semaines qui viennent ».

Plusieurs heures d’auditions. Et un certitude. L’enquête préliminaire en cours au Pôle Santé du parquet de Paris ne devrait que déboucher sur l’ouverture d’une information judiciaire, avec la nomination d’un juge d’instruction, tant les zones d’ombres dans ce dossier sont nombreuses et encore sans réponse.


Réagir

Devant le Sénat, le lait contaminé : presqu’un Lactalis Bashing

Publié le: 24 janvier 2018
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-mayenne
Justice Agroalimentaire Lactalis LactalisDossier
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
Vous aimerez lire aussi sur leglob-journal
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2018 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS