| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

En Mayenne, la rentrée scolaire 2015 s’annonce encore difficile. Il est prévu 24 fermetures de classe, la disparition de deux écoles et autant d’ouvertures seulement. La carte scolaire pourrait autoriser quelques modifications à la marge en septembre. Fermer pour arriver à ouvrir, c’est maintenant habituel, selon le système de vase communiquant instauré en Mayenne faute de dotation de poste d’enseignants suffisamment réclamés par l’administration selon les syndicats, alors que « l’École est la priorité de la Nation » ! Mais au delà de ça, ce sont aussi les instances démocratiques qui sont apparemment mises à mal depuis des années.

- Par Thomas H.

La carte scolaire 2015 - mais aussi les précédentes - a quasiment été élaborée sans concertation avec les instances syndicales, ce qu’ils déplorent. La rétention d’informations aurait fonctionnée à plein si l’on en croit le communiqué qu’ils ont rendu public, avec la distribution des documents de travail au dernier moment, la veille par exemple pour la carte scolaire 2015. De simples données brutes, des chiffres sur les effectifs, auraient été envoyés « par mail le 20 mars et arrivées au courrier le 26 ».

Aussi les représentants du personnel de l’Éducation nationale en Mayenne n’en finissent pas de dénoncer et de condamner ce qu’ils appellent « une obstruction systématique de la part de l’a Directrice Académique », « l’absence d’informations » et le « déni de dialogue social et de communication ».

Témoin cette dernière lettre en date du 19 mars envoyée au Recteur de l’Académie de Nantes, avec copies au Préfet de la Mayenne, à la Direction départementale du Travail, à l’Inspecteur du travail en charge du secteur de la Mayenne, à l’Inspecteur de la santé et de la sécurité au travail et bien-sur à la Dasen - Inspecteur d’Académie - maintenant Directrice Académique des Services de l’Éducation Nationale. C’est cette dernière qui est au centre de la problématique.

Selon les signataires du courrier qui ont le « regret de faire part des dysfonctionnements au sein du Comité d’Hygiène et de Sécurité et des conditions de travail de la Mayenne », tout tourne autour d’un compte rendu qui avait été normalement corrigé par le Secrétaire général de l’Inspection académique de la Mayenne après avoir été rédigé comme il se doit par un représentant du personnel. Compte rendu qui n’a pourtant pas pu être adopté, la Dasen ne le souhaitant pas. Pour les représentants et élus syndicaux, ce refus ce fut « la goutte d’eau qui fait déborder le vase » !

Il faut dire que le compte rendu en question, autour de la visite effectuée dans un établissement scolaire du Nord-Mayenne le 3 mars 2015 faisait apparaître de la part de l’administration et de façon flagrante un « manque de confiance » affiché et des demandes de la hiérarchie qualifiées de «  tatillonnes » par les enseignants. Un véritable carnet de doléances. L’équipe éducative avait été "entendue" par petits groupes, séparément donc et sans effet d’entrainement.

Pourtant visé et amendé par le Secrétaire général de l’Inspection Académique, le compte rendu en question, dont l’adoption était inscrite à l’ordre du jour du CHSCT départemental a été refusé par la n° une de l’Éducation nationale en Mayenne. Refus d’approbation au motif « qu’elle n’avait pas eu le temps d’en prendre connaissance et de rédiger des modifications. »

Devant le refus qualifié dans la lettre d’ « intransigeant » les syndicats qui disent de pas avoir été dupes, ont décidé de quitter la réunion pour protester contre ce qu’ils qualifient de « nouvel incident, après les dépassements de délai de transmissions des précédents comptes rendus de visites (parfois 5 mois), [et] les retards de transmission de questionnaires aux personnels des établissements visités. (…) »

Des faits déplorés par les signataires de la lettre officielle envoyée au Recteur avec copies aux Représentants de l’État en Mayenne qui constituent pour les représentants des enseignants « une nouvelle entrave au fonctionnement du CHSCT. ».

Le courrier est pour l’instant sans réponse. Ça coince un peu, on s’en doute. Mais derrière l’acte épistolaire, derrière la lettre au Recteur apparaît clairement le malaise. « Un malaise qui dure » semble-t-il à en croire les syndicats. Ils leur arrivent de se plaindre très souvent du dialogue qui parait « sclérosé, de questions qui sont souvent sans réponses claires, d’un manque de flexibilité ».

Les signataires qui ne sont les seuls à se plaindre écrivent d’ailleurs dans le courrier au Recteur de l’Académie de Nantes, comme dans une sorte de cri d’appel diplomatique : « nous vous serions reconnaissants de bien vouloir rappeler à la présidente du Comité d’Hygiène et de Sécurité et des Conditions de Travail de la Mayenne les obligations qui sont les siennes et la nécessité - insistent-ils - de créer les conditions d’un dialogue social harmonieux indispensable au bon fonctionnement de cette instance (…). »


Réagir

Éducation : un "déni de dialogue social" dénoncent les syndicats d’enseignants en Mayenne

Publié le: 2 avril 2015
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-mayenne
Syndicats Politique Éducation
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2017 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS