| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

e référent départemental du mouvement En Marche !, de novembre 2016 à mai 2017, s’appelait Aurélien Page. Il a été porte-parole du candidat Macron en Mayenne durant toute la campagne présidentielle. Sa mission a consisté à structurer et coordonner les actions du mouvement, « bien aidé par un comité de pilotage d’une quinzaine de personnes » dit-il. Et au soir du dimanche 7 mai, En Marche 53 !, c’était près de 800 adhérents et 5 comités locaux (Laval, Château-Gontier, Évron, Mayenne-Gorron et Pré-en-Pail). Aujourd’hui, En Marche !, c’est devenu un parti politique La République en Marche, un Président et des députés élus. Récit d’un parcours politique d’un nouveau genre.

- Par Aurélien Page

J’ai 27 ans, je travaille dans l’univers du numérique à la fois comme salarié et auto-entrepreneur. Ce premier engagement politique ne pouvait avoir lieu qu’en Mayenne, étant très attaché à ce département.

J’ai adhéré à En Marche ! en avril 2016, dès sa création. J’étais alors à Paris. Une fois rentré dans le 53, j’ai créé un comité à Laval en octobre puis j’en suis devenu le référent en novembre. Malgré des valeurs de gauche assumées, une dimension sociale, très importante chez moi et que j’admets, dans mon esprit des notions conceptuelles comme la justice sociale, l’égalité des chances prennent tout leur sens. Malgré ses valeurs fortes, je suis un partisan depuis dix ans, du dépassement des vieux clivages partisans entre gauche-droite. En 2007-2008, j’ai suivi attentivement la campagne de Bayrou et la création du MoDem. Puis les logiques partisanes et l’égo ont repris le dessus. J’ai donc pris ma carte au PS mais là aussi, je ressentais cet enfermement idéologique, cette incapacité du parti à voir le monde tel qu’il est. Puis Emmanuel Macron est arrivé.

Lui enfin, il osait dire les choses, avec un franc parler salvateur, même si les mots choisis ont parfois été très maladroits à l’image de l’épisode « des illettrés de chez Gad ». Outre sa jeunesse, il sortait tellement du lot, que j’étais sûr que les plus belles fonctions de l’État lui étaient promises.

Macron était pour moi quelqu’un de transgressif, et je le rejoignais sur cette nécessité de bouger les lignes, de casser les codes du vieux monde politique. Alors le 6 avril 2016, à l’annonce de la création d’En Marche !, je n’ai pas hésité. J’ai sans doute fait partie des premiers adhérents du mouvement. Sa « start-up » était alors lancée, j’avais la conviction profonde qu’il allait faire très mal au vieux monde, à ces femmes et hommes politiques d’un autre âge qui se croient propriétaires du pouvoir. La vieille élite pouvait trembler. Macron et sa horde de jeunes optimistes, pragmatiques, mondialistes et porteurs d’espoirs allait arriver d’ici peu pour les renverser. Je faisais alors partie prenante de ces jeunes.

Après la création du comité de Laval en octobre, le QG national d’En Marche ! m’a contacté. Il manquait un référent en Mayenne. J’ai sauté sur l’occasion, un CV, une lettre de motivation et deux jours plus tard, je recevais les identifiants pour me connecter sur la plateforme En Marche ! en tant que référent départemental.

Jean Arthuis a dû se sentir blessé

Ministre des finances sous Chirac de 1995-1997, sénateur, député européen, président du conseil général de 1992 à 2014, Jean Arthuis est un homme politique respecté. Il a très tôt manifesté son soutien à Emmanuel Macron. Pour un débutant comme moi, c’est un parcours qui pouvait à juste titre quelque peu m’impressionner. Surtout que la Mayenne étant son fief, j’étais certain que j’allais devoir compter avec la présence du « Président Arthuis  ».

J’ai eu droit très tôt à un vif accrochage avec lui. J’avais expliqué à Ouest-France, les raisons de mon engagement et je m’en étais pris « aux notables de notre département responsables selon moi de sa stagnation  ». Il a dû se sentir blessé. Un message sur mon portable, une colère froide, puis un échange téléphonique qui se solde par un raccrochage au nez mutuel. On fait vraiment mieux comme premier échange !

J’étais alors désireux de ne pas m’écraser, et de lui montrer qu’il avait face à lui une personne de caractère. Par la suite pour le bien du mouvement et pour son développement, nous avons eu des relations cordiales, et respectueuses. Le mouvement a profité, en effet, de ses réseaux d’élus. Comme en témoigne, les nombreux parrainages d’élus mayennais pour Macron. Tout comme, la venue du candidat Macron en Mayenne qui aurait été impossible sans lui.

Puis son rôle au cœur du mouvement s’est accru du fait de la transformation quasi obligée d’un mouvement d’adhérents à celui d’élus. Si j’étais le référent officiel, il est devenu le référent officieux. Organisateur de meetings, et organisateur du déplacement de Macron en Mayenne avec son équipe ; si j’étais bien content de les trouver pour alléger mes tâches, ma liberté d’action s’en est trouvée fortement altérée. D’ailleurs, Jean Arthuis a toujours parlé de moi comme « le coordinateur  » du mouvement, une appellation, un qualificatif qui en dit long.

Cette mainmise a connu son point d’orgue le 28 février, à l’occasion du meeting à Angers d’Emmanuel Macron. Alors que tous les référents du Grand-Ouest ont eu la possibilité soit d’exprimer leur message de soutien ou au moins de figurer en bonne place, c’est lui Jean Arthuis qui a pris la parole pour la Mayenne. J’avais eu quant à moi avec un collègue du comité de pilotage, les pires difficultés pour nous trouver une place. Un strapontin sur les hauteurs s’est avéré suffisant. Je n’aurais donc pas eu droit de saluer Mme Macron ni de l’embrasser.

Emmanuel Macron en Mayenne

Il est venu en Mayenne, le 28 février. Une arrivée en gare du Mans, un service d’ordre, des officiers de sécurité un peu partout, des dizaines de journalistes, une attachée de presse éloignant et réprimant les journalistes trop pressants, un candidat bien habillé, des élus et non-élus qui jouent des coudent, passent les cordons de sécurité pour parler à Emmanuel Macron, voilà c’est donc ça le tableau pour le déplacement d’un candidat favori à la Présidentielle.

Comme d’autres, je l’attends à la Chapelle-Rainsoin. Il arrive, descend de son Renault Espace dernier cri aux gyrophares très voyants. Je me présente, il me lance un « merci à vous !  » puis se fait accompagner jusqu’à une salle où il retrouve des jeunes agriculteurs pour échanger sur leurs situations et parler de son programme.

Ce qui m’a sauté aux yeux, c’est l’intensité du regard de Macron, il est capable de vous transpercer du regard. Je l’avoue, le concède, cette capacité, cette aisance déconcerte, décontenance ! On en viendrait à perdre ses mots. Oui, il impressionne ! Le futur Président est là !

Les observateurs de son déplacement l’attendaient au tournant, lui l’ancien haut fonctionnaire et banquier d’affaires allait parler agriculture toute la journée. Objectivement, il a su le faire. Il a montré sur toutes les questions, une connaissance pointue des dossiers. Le midi, il s’est prêté à l’habituel moment convivial avec les membres du comité de pilotage et les élus mayennais. Chacun a eu droit à son selfie. Toute l’équipe d’En Marche !53 était ravie. Mais ce fut une journée qui a montré à tous la nouvelle étape que connaissait le mouvement.

Après avoir fait le plein d’adhérents pour porter la bonne parole macronienne, il était temps de récupérer des élus et profiter de leurs réseaux. Durant cette journée, Macron a beaucoup échangé avec eux. D’ailleurs beaucoup plus qu’avec les adhérents et les personnes engagées dans le comité de pilotage. Pour moi, ce fut une première et profonde déception !

La suite du récit d’Aurélien Page, l’épisode 2, très prochainement sur leglob-journal


Réagir

En Marche ! pendant six mois en Mayenne, une aventure politique - par Aurélien Page

Publié le: 23 juin 2017
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-mayenne
Actuel Politique En Marche !
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
A lire également sur votre Journal en ligne
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2017 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS