| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

Les parrainages des candidats à l’élection présidentielle : de nombreux élus en Mayenne sont dans l’expectative. Des maires sont coincés entre l’envie de pas donner leur soutien car il sera rendu public par le Conseil constitutionnel et celle d’aider les petits candidats. Il y a surtout la crainte de perdre leur coté apolitique, c’est-à-dire le « sans-étiquette » qui les fait s’interroger.

- Par Thomas H.

« Je ne sens pas un débat autour de moi à ce sujet, quand je rencontre des maires de petites communes  » analyse Michel Angot, le maire de Mayenne. En jouant le jeu de la parole libre et assumée ce qui est rare en Mayenne, Michel Angot annonce sans ambages son parrainage, « c’est pas compliqué, c’est Macron ! ». Le maire de Mayenne, classé à gauche, mais qui n’est pas encarté au PS estime que ce n’est pas possible pour lui de «  voter Hamon qui à fait ch... le gouvernement pendant quatre ans ! ». Et il ajoute, être «  tout blanc ou tout noir, ça n’existe pas ! Et il y a que Macron qui peut battre Le Pen alors... »

Des maires en milieu rural qui justement « craignent énormément la montée du Front national » confie une observatrice avisée de la vie des élus en Mayenne. Les maires en Mayenne depuis longtemps «  ils se disent sans étiquette pour la plupart, pour maintenir de la cohésion dans les équipes locales ». Des élus doublement inquiets qui, cette année avec la nouveauté de la transparence des parrainages, voient mal que leurs noms apparaissent sur le portail officiel du Conseil institutionnel. « Attendons de voir ce qui va se passer dans le contexte actuel », cela semble le mot d’ordre en Mayenne.

Une secrétaire générale de mairie estime, elle, que ces demandes, cela « fait partie de la démocratie » et avoue que son maire en reçoit régulièrement dans la boite mail de la mairie. Une trentaine de sollicitations depuis le début de la campagne électorale. « Surtout des petits candidats dont on n’entend jamais parler ». Elle préfère d’ailleurs dire « présentation  », plutôt que parrainage qui fait selon elle « un peu trop religieux ».

Plus de radioactivité, mais la poussée du FN

En 2000, pas très loin de ce village des Coëvrons, il avait été question à Izé s’installer dans la roche du massif granitique un laboratoire d’enfouissement de déchets radioactifs. Ce qui avait provoqué une bronca sans précédent dans le secteur, en principe plutôt calme. 17 ans plus tard, les craintes de la radioactivité se sont dissipées, mais ce qui inquiète, c’est la poussée du FN depuis les dernières élections dans ces paysages ruraux où étrangers et migrants ne sont guère visibles.

Le maire d’Izé - « de droite sans être encarté » - vient d’accorder son parrainage à celui qui souhaite faire entrer « un berger à Élysée » selon son slogan. Jean Lassalle est député des Pyrénées-Atlantiques. « J’étais prêt à parrainer François Fillon, explique Marc Bourges mais il avait déjà 700 promesses ! C’était pas la peine. » L’agriculteur-maire estime qu’il « faut laisser la possibilité à tous de s’exprimer, peut-être aura-t-il des idées qui pourront être reprises, cela fait partie de la démocratie. » Quand on lui demande, pourquoi ce choix : «  Jean Lassalle n’a pas la langue de bois, il a fait la grève de la faim pour son département, peu de députés le feraient. Et il fait parti de ceux qui peuvent prétendre obtenir les 500 promesses nécessaires, il faut l’aider ! Mais cela ne veut pas dire que je vais forcément voter pour lui ! »

Dans les Coëvrons, toujours selon Marc Bourges, la communauté de communes avec ses 37 communes, est « filloniste à 70 %, alors forcément avec ce qui se passe actuellement, ça demande réflexion ! » dit-il. Le premier magistrat d’Izé explique que des élus attendraient de voir comment le feuilleton PénelopeGate va tourner. Et dans le cas d’un retrait de l’actuel candidat de la Droite, beaucoup seraient prêt selon lui à parrainer le candidat qui sortirait du chapeau. Une sorte de réserve. « On fait de plus en plus dans la stratégie » commente le maire d’Izé.

Un moyen d’élimination

Tout au Sud du département de la Mayenne, à Renazé, le maire sans étiquette a décidé de ne « parrainer personne ». C’est comme ça. Ce n’est pas tant le fait que cela soit rendu public par le Conseil constitutionnel qui le gêne, mais bien selon Patrick Gauthier simplement parce que « je ne sais pas quelle interprétation en sera faite ! ». Donner un parrainage « cela ne veut pas dire que l’on va voter pour ce candidat, mais l’opinion publique ne le voit pas comme ça » ajoute le maire de Renazé qui estime que « le discours parisien des politiques [l’]agace un peu ; avec ceux qui se disent politiques, le gros souci, c’est leur égo. ».

Tous les cinq ans, les candidats à l’élection présidentielle s’échinent donc à réunir les 500 parrainages d’élus qu’ils soient parlementaires, maires, conseillers départementaux et régionaux. Une seule promesse par personne. Des signatures qui sont nécessaires pour valider la participation des candidats au scrutin national. C’est aussi un moyen d’élimination.

L’interpellation des concitoyens, cela fait peur aux élus concernés par les parrainages. Les paramètres du jeu pour cette élection présidentielle ne sont plus tout à fait les mêmes que par le passé, surtout pour les maires très proches de leurs administrés dans les petites communes et qui disent « se débattre au quotidien avec des préoccupations bien éloignées de celles des candidats » à la Présidentielle. « Il n’est pas certain qu’avec cette transparence imposée par la loi, la candidate du FN puisse disposer aussi facilement de ces fameux sésames » rapporte un élu. La période officielle de recueil de ces signatures a commencé le 25 février. Elle s’achèvera le 17 mars.

En tapant mayenne dans le moteur de recherche du portail du Conseil constitutionnel ci-dessous, découvrez qui parraine qui dans le département.


Réagir

En Mayenne, des parrains réticents à adouber des candidats

Publié le: 4 mars 2017
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-mayenne
Politique Elections Présidentielles2017
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
A lire également sur votre Journal en ligne
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2017 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS