En meeting à Rennes, Benoit Hamon en sa «maison»

Dans la salle beaucoup de jeunes au milieu de plus anciens

Reportage de Thomas H.

4000 personnes à Rennes. Au Liberté. «Je suis content d’être à la maison, en Bretagne» (rires de la salle) a dit d’emblée le finistérien qui veux croire encore en sa qualification. Avec humour, il est à l’aise, même si la scène style défilé de mode, prévue par son équipe de campagne, était bien trop grande pour lui.

«Un nouveau Président»

«Le 8 mai nous nous réveillerons avec un nouveau Président…je dis nouveau volontairement…vous me comprenez! (rires)»

Un slogan à double interprétation...
Un slogan à double interprétation…

Benoit Hamon égrène les «tentations réactionnaires» de Le Pen, Fillon et Mélenchon, «tous alignés sur le Kremlin. Ils disent « banco discutons avec Poutine », c’est irresponsable! J’y vois une pente réactionnaire et régressive extrêmement inquiétante!» Sur la Syrie, il questionne : «Il y a Daech d’un coté et Bachar El-Assad de l’autre. Depuis quand on hiérarchise l’horreur? »

«Fillon, c’est un énorme coup porté à la démocratie. C’est un discours réactionnaire, face à la Justice, aux journalistes. Imaginez-le comme président de la République en France? (sifflets) Ce n’est plus la droite républicaine!» Hamon analyse : «La dégradation du débat politique? Macron y cède aussi. Sur la colonisation, une fois, il est tic et le lendemain il est tac. C’est un clignotant! »

Hamon Tour, ou bien en 2022!
Hamon Tour, ou bien en 2022!

 

 

Hamon continu : «Si j’égrène le programme économique de Macron, c’est tac, tac, tac… Je cherche un tic!…Ce qui est bien, c’est qu’il bouge, il n’est pas statique!» (rires) Le public est conquis.

 

 

A Pierre Gattaz le patron des patrons, il lance : «le président du Medef me dit dans plusieurs lettres que j’ai reçues qu’il faut aimer les entreprises! Mais c’est comme dire aimer les poissons, car dans les poissons, il y a les requins et les sardines». (rires)

Hamon poursuit : «Les requins jettent les salariés comme de vieux mouchoirs, et je n’en veux pas! Je suis pour la cogestion qui améliore à la fois les conditions de travail des salariés et la compétitivité des entreprises!» «Vous savez, on élit pas un beau candidat mais un bon candidat! »

Une estrade, tout en longueur pour Benoit Hamon, le candidat du PS
Une estrade, tout en longueur pour Benoit Hamon, le candidat du PS

 

«L’Europe, nous sommes à un moment charnière! À Jean-Luc je dis : comment tu va financer la transition énergétique sans l’Europe? Il faut, et c’est ce qui nous différencie Jean-Luc , ne pas jeter l’Europe aux orties, reprendre le chemin européen par plus de démocratie et moins de technocratie. Il ne faut pas mettre la barre haute par les menaces, mais par les solutions!  Avant l’Europe, c’était la guerre, je ne veux pas ça!»

«Prendre soins de la démocratie»

«Le service public de l’audiovisuel n’aura pas de débat avant le premier tour! Prendre soins de la démocratie, c’est aussi ne pas avoir peur des journalistes. Nous avons besoin de la presse pour faire vivre notre démocratie!»

(c) Photos leglob-journal

Laisser un commentaire