| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

« Pourquoi le montant du RSA versé en Mayenne serait-il le même qu’à Paris ? » Question qui suggère que le Revenu de Solidarité Active soit modulé en fonction de la zone géographique où se trouve “le pauvre”. L’interrogation de François Zocchetto reproduite dans un encart dans La Gazette des communes du 3 novembre 2014 n’est pas passée inaperçue en Mayenne aux yeux de la CFDT, un syndicat pourtant qualifié de « réformiste ». L’union départementale a répondu en renvoyant le parlementaire à ses chères études.

Par Thomas H.

L’Union Départementale CFDT de la Mayenne suggère dans un communiqué avec une certaine malice à François Zocchetto, le sénateur maire de Laval et avocat d’affaires (il a perçu à cette fin en 2013 la somme de 188 583 euros qu’il a déclaré à la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique) « d’approfondir sa connaissance sur la pauvreté en général et celle des mayennais en particulier ». Elle ajoute qu’« elle lui fera parvenir l’ouvrage d’ATD Quart Monde intitulé En finir avec les idées fausses sur les pauvres et la pauvreté paru en août 2013 (Ed. de l’Atelier »).

Le syndicat n’a manifestement pas apprécié que le Sénateur maire UDI “touche” au Revenu de Solidarité Active, le RSA dont 3 425 personnes, en Juin 2014, étaient bénéficiaires en Mayenne selon l’observatoire économique de l’INSEE. La Gazette des communes dans son article s’interrogeait plus généralement à propos du contour du futur département français estimant que les conseillers généraux étaient « dans le brouillard  ». On pouvait y lire notamment que « les sénateurs réclament l’instauration de grandes régions stratèges et le maintien des conseils généraux  ».

Et le journal de reproduire dans un encart l’avis du sénateur maire de Laval François Zocchetto qui avait réagi dans un discours à la tribune du Sénat juste après la déclaration sur la question le 28 octobre de Manuel Valls.

Et dans l’encart cette question du sénateur mayennais, mis en avant comme titre, certes un peu provocatrice de la part d’un parlementaire qui est appelé depuis des années à déambuler sous les lambris du Palais et des Jardins du Luxembourg et qui doit œuvrer pour le bien commun : « Pourquoi le montant du RSA versé en Mayenne serait-il le même qu’à Paris ?  ». Mais c’est vrai, on vous le demande !

Dans le corps de l’encart, François Zocchetto passe en revue tout une ribambelle de mesures qui militent en somme pour la fin du principe égalitaire et qui sont censées être génératrices d’économies. S’adressant au Premier ministre, il demandait de « l’air pour les collectivités locales qu’il faut laisser respirer ! » et d’ajouter : « nous militons en faveur de lois-cadres autorisant l’exercice d’un pouvoir réglementaire décentralisé ». Voilà qui ne manque pas de souffle !

A « laisser faire les conseils départementaux volontaires » - (ici le sénateur fait référence sans doute à son associé, avocat dans le même cabinet lavallois que lui, Olivier Richefou qui préside le Conseil général de la Mayenne) - et à le lire, il faudrait « revenir aux 39 heures dans le secteur non marchand  », « assouplir le statut de la Fonction publique territoriale », sans oublier de ne pas accorder les mêmes protections à des fonctionnaires qu’ils soient « magistrat, gardien de musée, ingénieur territorial ou inspecteur des impôts. ». L’élu proposait aussi de « rétablir la journée de carence dans la fonction publique ».

Le confédération qui sait prendre la parole surtout quand les élections professionnelles sont à l’ordre du jour, ajoutait histoire de remettre les pendules à l’heure : « le Revenu de Solidarité Active, d’un montant de 509,30€ pour une personne seule, constitue un revenu minimum, bien en deçà du seuil de pauvreté, permettant juste aux bénéficiaires de survivre. »

Donc l’Union Départementale CFDT de la Mayenne « dénonce les propos du sénateur » et va plus loin encore quand elle estime que « pour elle, rien ne justifie que les mayennais en état de pauvreté perçoivent un RSA d’un montant réduit alors qu’ils ont un accès aux services publics plus difficile et que la ruralité mayennaise impose la possession d’un moyen de transport souvent coûteux pour aider au retour à l’emploi. »

« Rien » peut-on lire ne justifie aux yeux de la CFDT, pourtant connue pour être un syndicat réformiste et n’hésitant pas à « dialoguer de façon constructive » avec le patronat, de chercher à revenir sur « un montant uniforme du RSA sur l’ensemble du territoire français ». « Rien », pas même un discours prononcé dans l’ambiance feutrée du Sénat. “Qu’on se le dise !” semble suggérer l’Union départementale de la CFDT en Mayenne.

PDF - 356.3 ko


1 commentaire
  • François Zocchetto : un RSA à deux vitesses ? 19 décembre 2014 09:33, par Joël EPINARD

    Un petit rappel de l’histoire à Mr Zocchetto : après guerre jusqu’en 1965 de nombreuses entreprises (entre autre électronique) ont délocalisé leur activités manuelles vers des territoires comme la Mayenne le coût du travail y étant moins élevé. Ceci à conduit les salariés Mayennais à s’organiser et à s’émanciper pour défendre l’idée que les citoyens Mayennais ne pouvaient être considérés comme des Hommes et Femmes de seconde zone. Les années 1969 à 1980 sont les moments forts de de l’histoire sociale de notre département, ils ont permis sous l’influence d’un monde du travail responsable avec leurs organisations syndicales de faire évoluer cette situation dans deux objectifs : Dans un pays comme la France il ne pouvait coexisté des politiques salariales et sociales antagonisres, d’ou un plan de rattrapage. Le deuxième point portant plus sur les types d’emploi développés, si aujourd’hui nous avons fait avancé ce sujet, à mon avis, rien n’est jamais garanti et je préférerais de loing voir nos élus de la république mobiliser leur énergie pour le développement économique et des emplois de qualités sur nos territoire ; plutôt que d’aller chercher des responsabilité chez des citoyens en grande précarité pour lesquelles ce Monsieur a sans doute oublier qu’il serait plus opportun de développer des mesures d’accompagnement en direction de ces populations plutôt que de les stigmatisées. En boutade : Pour palier à l’ignorance de cet élu, il existe de trés bons manuel sur l’histoire de nos contrées. Enfin si Mr Zocchetto concidère les Mayennais comme des citoyens de seconde zone Je ne voit pas comment il peut continuer à accepter de bénéficier d’indemnités du même niveau que ces cllègues de département plus riches ????

    Répondre

Réagir

François Zocchetto : un RSA à deux vitesses ?

Publié le: 23 novembre 2014
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-mayenne
Laval Réforme Politique Droite
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2018 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS