| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

HISTOIRE - Sait-on que le père d’Ubu avait été un des élèves de l’ « excellent maître d’armes  » Félix Blaviel ? Et a-t-on une idée de comment s’est faite la rencontre d’Alfred Jarry avec cette fine lame du 101e régiment d’infanterie qui va devenir « un personnage emblématique de Laval à la Belle époque ? » Jean-Yves Gougeon nous le révèle dans ce cahier de l’Oribus, en nous plongeant dans l’univers de la IIIe République. Celle de Dreyfus, et des duels à répétitions. Avec un Alfred Jarry, sous les drapeaux, qui vivra quelques années à Laval à la caserne Corbineau. Un hors-série signé Jean-Yves Gougeon qui « À travers la biographie de Blaviel apporte, écrit son auteur, une contribution à plus d’un siècle d’escrime lavalloise ».

- Par Thomas H.

’est pendant cette période de l’Histoire de France où l’armée est divisée sur fond d’antisémitisme avec l’affaire du Capitaine Dreyfus, «  à la fin de 1884 que Maître Blaviel voit arriver en sa salle d’armes à Laval, écrit Jean-Yves Gougeon, le jeune "Parisien" et écrivain Alfred Jarry incorporé depuis le 11 novembre sous le matricule 667.

Alfred bien qu’éloigné de Laval depuis des années y revient régulièrement pour voir son père et sa sœur Charlotte. » poursuit l’auteur. Mais il n’y vit pas. Sa sœur aînée écrira d’ailleurs qu’ « à Laval, on est bourgeois ; c’est pour cela qu’Alfred n’y voulut pas rester. »

Grande et petite Histoire

Jarry fera donc des navettes entre Paris et Laval. Cette ville rapporte Jean-Yves Gougeon, que Félicien Challaye, professeur de philosophie, décrit en 1903 « comme une petite bourgade provinciale, catholique et bourgeoise (…) trouvant un contraste saisissant entre la lenteur de la vie provinciale et la rapidité avec laquelle circulent les moindres bruits !  »

L’auteur de cette compilation sur Félix Blaviel à travers Alfred Jarry, et leur relation via l’escrime, nous raconte avec des images d’époque, la grande et la petite Histoire de ces deux personnages lavallois. Le créateur d’Ubu et « l’homme à l’accent chantant du Sud-Ouest ».

Mais comment est venue l’envie à Jean-Yves Gougeon d’écrire sur Blaviel ? Simplement par Alfred Jarry qui allait débuter sa carrière d’écrivain par Les Jours et les nuits, roman d’un déserteur, son premier roman, un « ouvrage dans lequel Alfred Jarry recompose son expérience militaire » nous raconte l’auteur qui explique que ce hors-série lui a été inspiré par le « dernier ouvrage d’Alfred Jarry, La Dragonne (...) ». Intrigué par le titre puis en lisant le roman, Jean-Yves Gougeon découvre que Jarry avait du être une fine lame à tout le moins. Et même « un fin connaisseur de l’art de l’escrime pour inventer par l’intermédiaire de son principal personnage qui se bat en duel, une neuvième parade – une sorte de botte secrète – alors qu’il n’en n’existe que huit. ». C’est alors le déclic.

Félix Blaviel et Jarry, à droite, croisant le sabre de guerre - photo BM Albert Legendre

L’amoureux de l’Histoire locale qu’est Jean-Yves Gougeon, auteur de cette recherche patiente, découvre alors en épluchant les archives en Mayenne que «  les noms d’Alfred Jarry et du Maître d’armes Félix Blaviel figurent en bonne place  » sur « des affichettes annonçant des "Assauts d’armes" dans notre bonne ville de Laval (…) » Et c’est l’entrée en écriture qui aboutit au hors-série.

Dans cet ouvrage abondamment illustré, on trouvera des témoignages historiographiques, des sources répertoriées comme c’est le cas à chaque fois dans l’Oribus, mais pas uniquement. Jean-Yves Gongeon à fait aussi un vrai travail de journaliste. Ainsi, il cite notamment la fille aînée de Blaviel, Marceline Brault-Blaviel qu’il a rencontrée et qui lui a expliqué que selon elle « Monsieur Jarry n’était pas un honnête homme...  » À vous de découvrir pourquoi.

« Le duel : tout-à-l’égout moral »

On apprend donc beaucoup, en plus de Félix Blaviel, sur Alfred Jarry ; cet écrivain, natif de Laval, grand sportif, adepte de beaucoup de disciplines dont « le cyclisme, le tir au pistolet », entre autres : en revanche sur le « Jarry escrimeur » comme l’appelle Jean-Yves Gougeon, « nous sommes bien moins renseignés ». Voilà qui est réparé à présent.

Celui qui estimait que « le duel est une invention merveilleuse (...) le moyen de supprimer ce qui vous encombre (…) le tout-à-l’égout moral » mourra le 6 novembre 1907. Et avec l’arrivée du XXe siècle et du progrès technique, l’engouement pour les duels et l’escrime devaient s’éteindre aussi petit à petit à Laval.

Dans le Journal de Laval et de la Mayenne, en cette fin d’année 1907, un simple entrefilet annoncera le décès de Jarry. Jean-Yves Gougeon reproduit cette coupure de presse, où on peut y lire simplement ces quelques lignes à la rubrique "Nécrologie" : « on annonce la mort inattendue, à l’hôpital de la Charité, à Paris, de M. Alfred Jarry, un jeune écrivain, qu’une pièce ironique et caricaturale, Ubu roi, rendit un instant notoire. Le défunt est originaire de Laval. » De nos jours, on imagine les gros titres qu’aurait suscité dans la presse locale cette information capitale pour Laval et la Mayenne.

Dans une lettre adressée au Maire de Laval Jean-Yves Gougeon écrit qu’à Laval « Le 9 décembre [2017, NDLR] en l’Hôtel des ventes de Maître Bruno Hiret seront vendues des panoplies d’épées de salle et de duel, ainsi que deux sabres d’infanterie "briquet". Ces armes ayant appartenu au Maître d’armes Félix Blaviel, Maître d’armes d’Alfred Jarry ». L’auteur de la lettre au maire de Laval poursuit : « Elles sont rattachées à l’histoire de notre ville. » Aussi demande-t-il à François Zocchetto s’il n’est pas possible à la ville de les acquérir, « pour enrichir, dit Jean-Yves Gougeon, la riche collection d’œuvres, manuscrits, photos… qu’elle possède déjà sur l’un de ses enfants les plus célèbres. »

Dernière minute : Panoplies et sabres ont finalement été achetés 1500 euros par la ville de Laval lors de cette vente aux enchères. Sur la photo ci-dessus, une des panoplies vendues devant l’un des descendants de Félix Blaviel.

Ce hors-série de l’Oribus est vendu dans les librairies et maisons de la presse lavalloises.


Réagir

Félix Blaviel et le « Jarry escrimeur » - Un hors-série de Jean-Yves Gougeon

Publié le: 5 décembre 2017
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-cultures/idées
Laval Cultures Histoire Littérature
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
Vous aimerez lire aussi sur leglob-journal
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2018 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS