| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

Par Julie Vandard

2017, année du renouvellement politique ?

Les Français disent ne plus vouloir de ces « professionnels  » de la politique qui, s’ils le pouvaient, pourraient « mourir sur scène » comme dit la chanson, tant ils restent élus jusqu’à des âges avancés, comme si la retraite en politique n’existait pas.

Mais la question reste « qui ? » pour renouveler la vie politique : une nouvelle génération d’élus issus des partis traditionnels ? Ou dire adieu aux partis politiques et faire confiance à la société civile ?

Car si la France a un nouveau président, l’élection présidentielle a une suite : les législatives. Et une nouvelle question : Emmanuel Macron aura-t-il une majorité ? Il a certes été élu avec plus de 66% des voix, mais nombre d’électeurs ont voté contre le FN sans adhérer à son programme. 

Cette semaine doivent être dévoilés les noms des 577 candidats En Marche ! investis pour ces législatives. Ils devront batailler avec des candidats des partis LR et PS qui essaieront de sauver les meubles, des candidats issus de leur partis mais qui auront peut-être l’investiture Macron.

Dès dimanche soir, des responsables politiques de gauche, de droite et du centre ont lancé des bouteilles à la mer en annonçant être prêts à bâtir une majorité présidentielle, comme s’ils avaient envie de partager sa victoire.

Le renouvellement repose aussi sur la société civile. On en parle à chaque élection, des novices en politique complètent les listes électorales aux municipales, mais ça s’arrête là. Dès que le mandat devient plus important, les élus habituels préfèrent garder leur siège... et leur fief. 

En Marche ! souhaite présenter 50 % de candidats ayant déjà été ou étant déjà élus (et donc étant déjà connus) et 50% de candidats issus de la société civile. La France Insoumise devrait elle aussi présenter de nombreux candidats « issus de la société civile, Jean-Luc Mélenchon s’imagine même déjà Premier ministre d’une cohabitation éventuelle. Il faudra aussi compter sur candidats issus d’initiatives telles #MaVoix. 

Mais les électeurs seront-ils enclins à voter pour ces inconnus et novices ? Préféreront-ils voter pour leur député actuel, ou pour un élu déjà en place briguant un mandat supplémentaire, et qu’ils connaissent mieux ? Un député reste un élu de proximité même s’il vote des mesures nationales, et souvent un élu bien implanté.

En Mayenne par exemple, Yannick Favennec (3e circonscription) se présente à son 4e mandat, Guillaume Garot (1e circonscription) postule pour un 3e mandat, et Guillaume Chevrollier (2e circonscription) pour un deuxième. Ils ont l’avantage du terrain et de leur expérience. A moins que cette longévité politique ne leur pose désormais problème : les citoyens sont favorables au non cumul, et l’idée d’une limitation du nombre de mandats dans le temps fait son chemin.   Mais la tâche la plus ardue sera pour leurs challengers : les candidats issus de la société civile sauront-ils convaincre les électeurs ? Une majorité de candidats déclarés (de la 1e circonscription : Béatrice Mottier, Samia Soultani, ou Philippe Habault) se réclament de cette « société civile » et essaient de marquer leur différence (comprenez par rapport à Guillaume Garot), et bondissent sur le sujet dès qu’on y fait référence.

Mais qu’est-ce qu’un candidat société civile ? Vote-t-on pour sa « virginité » politique, ses compétences ou ses convictions ? Une fois élu, reste-t-il « société civile » où tombe-t-il dans la catégorie « politique » ? Avoir déjà un mandat et un travail, est-ce « société civile » ou pas ?

Les électeurs iront-ils jusqu’au bout du renouvellement tant attendu ou joueront-ils la carte du vote pour l’élu local connu, quitte à retomber dans les schémas politiques d’avant la présidentielle alors que Gauche et Droite traditionnelle n’ont pu accéder au second tour de la présidentielle ?

Voteront-ils pour une personnalité ou pour soutenir un parti ? Ou donneront-ils une majorité au président Macron pour qu’il applique son programme quitte à confier le destin du pays à des novices ? L’élection présidentielle se joue aussi et surtout en juin.


Réagir

Je vous fiche mon billet #16

Publié le: 9 mai 2017
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-société
Politique Gauche Droite Elections Législatives2017
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
A lire également sur votre Journal en ligne
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2017 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS