Je vous fiche mon billet #24

Par Gildas Charlès

L’envie d’avoir envie

2018 est là, très heureuse année à vous, et surtout une bonne santé, c’est important la santé. À ce propos, ayons une pensée pour ces malheureux bébés qui ont eu la malchance de voir leur biberon garni à la salmonelle.
Soyez rassurés, notre système sanitaire et notre système médical devraient vous permettre de passer au travers de cette infection qu’est la salmonellose sans trop de désagréments.

Vous aurez ainsi la chance de pouvoir, l’âge venu, lire les innombrables échanges entre pro et anti-Lactalis.
C’est plus savoureux qu’un en-cas au lait reconstitué à l’eau insuffisamment chauffée. (Astuce : la salmonelle est fourbe mais résiste difficilement à une température supérieure à 65°C)

Toujours à propos de bébés, et plus particulièrement de leur conception, nous apprenions récemment que le taux de natalité en France continuait à baisser, et ce pour la 3e année consécutive. Pour 2017, le taux de fécondité atteint 1,88 enfant par femme, contre 1,92 en 2016, mais – restons fiers – il demeure le plus élevé d’Europe.

Laval attractivité

Pourquoi cet à-propos ? Parce qu’il en était question lors des vœux de la municipalité de Laval, présenté par François Zocchetto. Son souhait est que Laval poursuive son développement, et pour l’atteindre, il faut une démographie positive.

zocchettovoeux2018-2-2.jpg

Or, il fait le constat qu’actuellement, malgré tous ses efforts et ceux de son équipe, Laval perd des habitants, sans doute par manque d’attractivité.
Aussi invitait-il à contrer cette baisse par un renforcement de la natalité. Il faudra juste noter que l’assistance majoritairement présente avait pour elle d’avoir abandonné depuis un moment les joies de l’enfantement.

Mais comme le disait le slogan « En 2018, Laval grandit avec vous », il ne sera pas dit que la majorité ne ferait pas tout pour rendre plus attractif Laval. Même si l’État baisse les dotations aux communes, François Zocchetto rappelait qu’il avait sorti la ville de ses emprunts toxiques, réduit les impôts et moult choses à porter au crédit de son équipe.

Le clivage avant-maintenant

Loin de lui l’idée de flagornerie face à l’opposition, mais il fallait reconnaître que c’était mieux maintenant, et que désormais était venue l’heure des grands projets : ZAC Ferrié, ZAC de la gare pour les plus notables. Par contre pas d’évocation du futur collège Fernand Puech II… (A noter, dans la vidéo rétrospective de 2017, la si décriée passerelle de la gare eut le droit à une place non négligeable)

Et sinon ? l’absence étonnante des élus de l’opposition – à une exception près sauf erreur de ma part – alors qu’il s’agit des vœux des élus du conseil municipal. Pourtant cela aurait été l’occasion de rencontrer des lavallois, de discuter de leurs envies et de leurs souhaits pour l’avenir. Est-ce une forme de renoncement de leur part, ou le manque d’un « leader  » représentatif comme sût l’être Guillaume Garot (qui était là, lui) ? Pour la défense de l’opposition, notons que l’équipe de la majorité était loin d’être au complet.

Il reste deux ans avant les prochaines municipales, suffisant pour que se reconstruise l’opposition ou que naisse un groupe de citoyens volontaires. Avec l’envie d’avoir envie…

Laisser un commentaire