| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

Par Gildas Charlès

De la démocratie par les réseaux sociaux

Qu’il est difficile parfois l’exercice de s’appliquer à certaines recommandations, telle celle finissant mon dernier billet « L’envie d’avoir envie »...L’actualité tant locale que nationale n’est que peu inspirante avec une énième polémique, la dernière touchant le président de Les Républicains et son cours donné dans une école de [café du] commerce.

La question que je me suis posé à la lecture de ses déclarations touchait à cette contradiction préliminaire où il évoque ce cours comme un espace de liberté tout en exigeant un huis-clos absolu sur son contenu.

Étonnante conception du partage du savoir, mais après tout, vu la qualité des déclarations, il était en effet plus prudent que celles-ci restent connues des seuls étudiants. Seulement voilà, s’agissant d’un cours, ces précautions rendent sans doute moralement illégitime sa retranscription mais non illégale. Et Laurent Wauquiez n’étant pas un perdreau de l’année en politique, nous lui serons gré d’avoir su parfaitement mettre en usage ce qui fait tout le sel des interventions en « off ».

De fil en aiguille, je suis retombé sur cette réflexion que me faisait un observateur avisé de la vie locale : « Et l’influence grandissante des réseaux sociaux qui sont de plus en plus dans le diktat intellectuel et moral... » Alors diktat ou nouvel espace d’expression démocratique ces réseaux sociaux ?

Leur influence est-elle réelle ou est-ce un artefact amplifié par la facilité d’être lu par un plus grand nombre, ce buzz tant recherché, qui assure audience et reprise par les médias plus traditionnels ?

Il semble en tout cas que cela permette à tout le monde de pouvoir participer – ou en avoir l’impression - au débat - quand celui-ci existe - voir d’influer sur l’ordre des choses. Pour une plus grande richesse des échanges ? Il est permis d’en douter, tant les invectives font désormais office d’arguments : gauchisme, droitisme, féminisme, machisme, islamisme, terrorisme, mondialisme, libéralisme ; il n’est plus un domaine sans son dogme et ses thuriféraires.

Vous comprendrez donc que je doute fortement de l’enrichissement de la démocratie par les réseaux sociaux tout autant que je doute de leur capacité à imposer un diktat. Certes ils nous offrent liberté et égalité, mais pour ce qui est de la fraternité, il va falloir attendre l’âge de la maturité.


Réagir

Je vous fiche mon billet #25

Publié le: 22 février 2018
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-société
Politique Droite Virtual Techs GildasCharlès
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
Vous aimerez lire aussi sur leglob-journal
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2018 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS