| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

Le 07-07-17, c’est à cette date que Jean Christophe Boyer a décidé d’annoncer qu’il se « retire de la vie politique locale ». Simple coïncidence ou bien moyen mnémotechnique pour mieux s’en souvenir ? Un retrait, en tout cas, qui sonne comme un coup de théâtre dans la vie politique locale. « C’est un moment très important pour moi » explique le chef de file de l’opposition municipale qui fut maire élu sous l’étiquette du PS et président de l’agglo de Laval. C’est « un virage politique » comme il dit.

Jean-Christophe Boyer tire sa révérence

- Par Thomas H.

Avec un peu d’émotion, il annonce sa décision de « quitter la vie politique locale » qu’il dit avoir prise depuis plusieurs mois « avec sérénité ».

Dans une conférence de presse qu’il a choisi de positionner à la Halte fluviale à Laval, il développe, seul, son argumentaire face aux journalistes. Il estime, - sans doute en réponse à celles et ceux qui le lui ont reproché - qu’il a « plutôt envie d’agir que de plaire, et ajoute-t-il, quand on est élu, on est obligé de slalomer de façon permanente entre les élections. C’est quelque chose qui ne me convient pas et qui ne m’a jamais plu ! ».

À Paris, il va travailler à développer, sans en dire plus, « une boite de com’ pour les entreprises et les grands groupes ». Jean-Christophe Boyer dit ne pas avoir de regret, ni de remord apparemment. Il fait un constat toutefois à propos de son départ :« j’ai conscience que ce n’est pas un service que je rends en partant. » à ceux qui restent au conseil municipal.

2020, année des élections municipales et d’une éventuelle alternance : ce n’est apparemment plus dans son calendrier et plus près de nous, les sénatoriales de Septembre non plus. Il se retire de la vie politique locale, mais cela ne veut pas dire qu’il ne donnera pas un coup de mains aux copains.

Alors qui pour le remplacer dans le rôle de « chef de file de l’opposition » au conseil municipal ? Personne encore, apparemment.

Jean-Christophe Boyer, 51 ans. Ancien maire PS de LavalC’est lui qui prenait le plus souvent la parole et il a conscience que « notre présence, à Guillaume Garot quand il siégeait et à moi, écrase un peu ; mais les élus qui restent ont un mode de fonctionnement à trouver. Une chose est certaine François Zocchetto va perdre son meilleur ennemi ! » Il sourit un peu et ajoute encore : « le collectif est puissant, il faut qu’il vive. Le plus beau cadeau que je puisse leur faire, c’est de ne pas leur donner de conseil... ».

Il s’agit d’un départ pas d’un abandon explique-t-il. « J’ai fait beaucoup de sacrifices, j’aime faire les choses à 100% ! » quitte à parfois « heurter ». Homme de paroles, il connaissait sur le bout des doigts ses dossiers. Ironie de l’histoire, leglob-journal avait demandé il y a quelques mois à Jean-Christophe Boyer de dire dans un texte écrit à la première personne ce qu’il ressentait en tant qu’élu, ses doutes et ses questionnements. Nous lui avions demandé aussi de nous dire également pourquoi l’image de « l’homme de com’ », fausse selon lui, et qui lui collait tant à la peau, prévalait sur le reste. Cela n’avait pas pu être fait. Aujourd’hui, leglob-journal publie l’intégralité du « communiqué de presse » qu’il a envoyé. Un texte écrit à la première personne du singulier. Comme une réponse de sa part, mais à retardement.

Je me retire de la vie politique de Laval ». Je viens d’envoyer aujourd’hui ma lettre de démission du Conseil municipal à François Zocchetto.

Après 15 ans d’engagement au quotidien, 6 ans d’un mandat intense et beaucoup de sacrifices, je souhaite retrouver de la liberté et de la simplicité dans ma vie à Laval.

Laval est la ville que nous avons choisie avec Rachel ; deux de nos enfants y sont nés, nous continuerons à vivre ici. Je construis depuis plusieurs mois une nouvelle activité professionnelle à Paris qui occupe désormais une grande part de mon temps. Quand je rentre, je veux profiter de ma famille, de mes enfants, encore jeunes, et de mes amis.

Je suis très heureux d’annoncer ce retrait après la belle campagne et une belle victoire de Guillaume Garot. Elle marque la solidité de nos valeurs et d’une façon de faire la politique.

Je suis fier et heureux d’avoir exercé les fonctions d’élu et de maire. Je n’ai eu qu’une exigence ; mettre mes compétences et mon énergie au service de notre Ville et de ses habitants avec des réalisations importantes, comme la place de la Trémoille ou la passerelle de la gare, qui tant critiquée sera, je l’espère appréciée.

Il y a aussi des moments de plaisir plus personnels comme Laval on Air, les groupes de musique lavallois rassemblés au théâtre ou les longues discussions pour réimplanter Thalès ou faire venir Coriolis ou Bridor. Je conserve des contacts réguliers avec beaucoup de ces chefs d’entreprise, c’est un signe de la qualité des liens noués.

Partout où je me suis engagé, je l’ai fait avec sincérité et honnêteté. Je n’ai pas toujours été compris. J’ai sans doute une grande part de responsabilité dans cette incompréhension.

Je remercie les Lavallois de leur confiance et de leur soutien dans les bons comme les moments les plus difficiles. Je remercie les élus municipaux et de l’agglomération, de notre équipe et de toutes sensibilités. Je remercie les agents et collaborateurs de la Ville, de l’agglomération et des sociétés qui leur sont liées, dont je sais que mon exigence a parfois pu les heurter.

Cette décision est murie depuis longtemps. Les raisons sont professionnelles et personnelles. L’atmosphère parfois difficile au conseil municipal n’a pas influencé ma décision. Cela dit, j’ai aussi une pensée pour François d’Aubert ; je comprends mieux ce que cela signifie d’avoir été maire – même si dans mon cas, deux ans seulement - puis se retrouver dans l’opposition.

Je ne ferai plus de communication sur la vie municipale et les projets de la mairie. Mais Je souhaite continuer à réfléchir sur l’homme et sa place dans une société qui se durcit. Je tourne la page politique tout en restant plus Lavallois que jamais.


Réagir

Jean-Christophe Boyer partant : « François Zocchetto va perdre son meilleur ennemi »

Publié le: 7 juillet 2017
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-mayenne
Laval Politique PS
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
A lire également sur votre Journal en ligne
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2017 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS