| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

« Une orange posée délicatement sur un plateau vert ! », c’est ainsi, et de façon très imagée et poétique, que l’architecte décrit ses choix pour résumer les partis-pris de la construction du nouvel équipement scolaire inauguré le samedi 21 Avril 2018, à Blandouet-Saint Jean, petite commune d’un peu plus de 640 habitants dans les Coëvrons. Blandouet Saint-Jean : sa place de la mairie, ses commerces, son église…et donc depuis quelques mois sa nouvelle école publique !

Par Jean-Pierre Le Scornet

Située en sortie de bourg, en léger contrebas de la Route Nationale, comme plantée dans un écrin vert avec pour perspective une magnifique trame bocagère, le cadre choisi par la municipalité pour arrimer ce nouvel équipement dans la commune ne souffre d’aucune discussion. Le plus distrait des automobilistes ne peut pas le rater… Le choix de la couleur, un orange vif, renforce sa visibilité et sa force symbolique.

Cette école que les enfants, les enseignants, les élus locaux, ont choisi d’appeler École Victor Hugo, devait se voir comme le nez au milieu du visage (du village). Pari réussi et qui traduit, non seulement la fierté pour la commune de disposer un équipement de cette qualité, mais qui constitue aussi un beau pied de nez à celles et ceux qui accordent le mot rural avec déclin, résignation, fuite des services publics, territoire oublié de la République !

Deux salles de classe, un salle de motricité, une salle périscolaire, une cuisine nickel chrome pour préparer les 40 repas journaliers, essentiellement avec des produits issus de circuits courts…rien ne manque, pas même l’association des parents d’élèves mobilisée comme un « beau diable » en appui aux enseignants ou en support pour renforcer le lien social, et le Vivre Ensemble dans la commune. « Un beau jour pour Blandouet Saint Jean ! » : c’est ainsi que Solange Schlegel a débuté son discours inaugural sous un soleil radieux. Dans la vie d’un(e) maire, d’une commune de cette taille, inaugurer une école est un évènement exceptionnel, et comme cela a été rappelé la dernière fois que cela s’est produit dans la commune, c’est au début du siècle dernier !

C’est vrai qu’en Mayenne depuis maintenant plusieurs années, on est plus habitué à entendre parler de fermetures de classes que d’ouvertures ! Cette inauguration est de ce point de vue un fait marquant presque iconoclaste, voire étrange dans le contexte ambiant.

L’investissement pour une commune de cette taille est important : un peu moins d’un million d’euros, heureusement fortement soutenu par l’État, la Région, le Conseil départemental, la CAF…

C’est un choix de conviction pour le conseil municipal du village sur l’utilité d’investir dans le domaine de l’éducation, plutôt que dans un terrain de camping, ou des aménagements de voirie. Avec le recentrage aujourd’hui de beaucoup de compétences majeures (économie, emploi, urbanisme, aménagement..) dans le giron des EPCI, la dernière compétence « noble » des conseils municipaux est la compétence « affaires scolaires ». Il révèle en tout cas un vrai choix politique.

L’école reste, et est, le cœur battant des communes, rurales en particulier. Ce sont des lieux d’enseignement des savoirs, des lieux de fabrication du citoyen de demain d’abord. Ils sont aussi des lieux d’animation et vecteur de lien social, de solidarité, d’entre-aide pour les habitants. Ils sont une chance pour une commune. Une école qui ferme, c’est un attrait en moins pour un territoire, et des enfants qui parcourent la campagne en bus ou en voiture individuelle.

Jour de fête pour l'inauguration de l'École publique Victor Hugo

« L’école reste, et est, le cœur battant des communes, rurales en particulier » - (c) Photo leglob-journal

La présence des écoles dans le secteur rural est depuis quelques années sous le feu de l’actualité. Chaque rentrée scolaire est marquée par des fermetures de classes au grand dam des élus et des parents qui manifestent régulièrement sous les fenêtres de l’inspecteur d’académie.

Faut-il regrouper d’avantage pour donner plus de moyens à des établissements plus grands dans l’intérêt de l’enfant, c’est dans l’air du temps ! La classe unique, dispersée dans de vastes zones rurales, est-elle la panacée en matière d’apprentissage. Que penser dès lors des conventions ruralité proposées par le ministère de l’Éducation Nationale aux élus ? Certains y voient un chantage face à un État qui chercherait à récupérer des postes. D’autres y voient une manière de protéger un monde rural fragilisé par une démographie en perte de vitesse ?

Anticiper l’avenir, où le subir ? Ce sont les vrais sujets, qui méritent un débat de fond, au-delà des postures et des slogans et pour sortir du bras de fer qui se joue chaque année, à chaque rentrée scolaire. Convention ou pas, il serait indispensable que les uns et les autres partagent un état des lieux, travaillent ensemble, en intelligence, à la meilleure façon d’organiser le maillage scolaire. Facile à dire ou à écrire sur le principe, beaucoup plus complexe à organiser sur terrain et à construire dans les faits. Et pourtant, il s’agit de l’avenir de nos enfants d’abord mais aussi de cohésion et d’équilibre des territoires.

Indicateur ou pas de cette capacité à collectivement se mobiliser pour traiter ces sujets : le peu de personnalités politiques présent à l’inauguration de cette école de Blandouet-Saint-Jean. Agenda surchargé, engagements antérieurs, indifférence, autres…je laisse aux lecteurs le soin de se faire son opinion, mais le banc des « officiels  » était plutôt désert pour cette inauguration. Il y avait sûrement de bonnes raisons de ne pas y être. Les parents d’élèves eux étaient bien là, de même que les enfants, pour célébrer la nouvelle École Victor Hugo, cette « orange posée délicatement sur un plateau vert ! ».

Jean-Pierre Le Scornet* Jean-Pierre Le Scornet, conseiller régional des Pays de la Loire et vice-président de Mayenne Communauté avait répondu présent à l’invitation de la municipalité de Blandouet-Saint-Jean.


Réagir

L’école publique de Blandouet-St-Jean, symbole vivant de la ruralité oubliée

Publié le: 23 avril 2018
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-mayenne
École Éducation Ruralité 53 JeanPierreLeScornet
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
Vous aimerez lire aussi sur leglob-journal
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2018 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS