| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

Non à Le Pen, République et Insoumission à Macron, pouvait-on lire ce mardi avant le second tour sur les trois banderoles portées par une vingtaine de militants France Insoumis dans le quartier populaire de Saint Nicolas à LavalAccusé de ne pas avoir donné de consigne claire pour le second tour, Jean-Luc Mélenchon apparaît comme « le candidat qui n’aurait pas pris la mesure du danger du 7 mai  » en s’éloignant du Front républicain qui depuis le premier tour appelle à battre le FN. leglob-journal a demandé, à quelques jours du second tour, aux représentants de La France Insoumise en Mayenne de bien vouloir clarifier leur position, qui peut, c’est vrai, dissoner. Claude Piou, un des responsables de La France Insoumise en Mayenne est sur leglob-journal.

- Par Claude Piou*

Au nom de La France insoumise de la Mayenne, nous comprenons la réaction de ceux qui s’inquiètent du risque au 2e tour de voir Mme Le Pen gagner l’élection et nous sommes beaucoup à nous poser des questions : ça « électrise » tout le monde !

La position de La France insoumise est nette sur le FN : pas une voix pour Le Pen ! C’est déjà une campagne qu’il faut mener auprès d’une partie de notre électorat qu’on a réussi à détourner d’un « vote FN de colère » que Mme Le Pen essaie de capter en recopiant parfois mot à mot des pans entiers de notre programme pour mieux tromper l’électorat populaire.

En effet La France insoumise a su mobiliser des jeunes et des électeurs de classes populaires qui rejetaient la politique (voir les scores dans certains quartiers) : sans le choix proposé par Jean-Luc Mélenchon, le score du FN aurait sûrement été bien supérieur, comme le signalaient de nombreux sondages, il y a quelques semaines. C’est évidemment comme ça qu’on peut faire baisser le vote FN : en offrant une réponse positive et démocratique à la colère populaire plutôt que la laisser se porter sur la haine de l’autre !

Il ne faut pas que le vote de tous ces électeurs en colère retourne vers Le Pen… et ce n’est pas en leur faisant la morale et en leur enjoignant de voter Macron qu’on y parviendra.

Faut-il appeler clairement à voter Macron ?

Chacun se pose la question et y apporte sa réponse en conscience mais nombreux sont ceux qui ne peuvent s’y résoudre ! Si nous donnions officiellement cette consigne de vote, nous donnerions à Le Pen le statut de seule opposante réelle au « système » pour la suite, et rien ne dit que ce serait efficace : depuis 20 ans, cette stratégie de « tous unis contre le FN » est un échec, puisque ce dernier ne cesse de progresser !

Montrer qu’on soutiendrait M. Macron reviendrait à légitimer la politique menée depuis 30 ans, une politique qui alimente le vote FN. En agissant ainsi, ne contribue-t-on pas à banaliser le FN ?

Le flot d’injures sur ce thème qui s’abat sur nous vient précisément de ceux qui ont tout fait pour attiser le vote Le Pen ! D’abord la politique libérale menée depuis 20 ans, par la "droite bleue" des Républicains comme par la "droite rose du PS, ne cesse de creuser les inégalités et n’a de cesse d’abandonner une majorité du peuple qui se sent glisser inexorablement vers la pauvreté.

Ensuite les reniements de François Hollande, par rapport à ses promesses mais surtout en raison de sa proposition sur la « déchéance de nationalité », ont contribué à banaliser les thèmes du FN et ont révulsé les militants de gauche.

Enfin l’invitation par M.Hollande de Mme Le Pen aux obsèques du policier assassiné par un terroriste [sur les Champs Elysées, NDLR] n’est-elle pas la plus grande des banalisations, la présentant comme une Présidente possible ? Rien ne l’obligeait à inviter les candidats en lice pour le 2e tour : c’est donc bien encore une de ces manœuvres à trois bandes dont M. Hollande est coutumier et qui vise à faire peur pour arracher un vote en faveur de son protégé. D’ailleurs l’acharnement du même François Hollande contre Jean-Luc Mélenchon dans les quinze jours qui ont précédé le 1er tour montre que pour lui La France insoumise était plus inquiétante que Le FN : il fallait, en effet, que Macron soit face à Le Pen au 2e tour, et pas face à Mélenchon !

« Faute morale » de La France insoumise ?

Que ces gens-là qui ont instrumentalisé le vote FN pour leurs intérêts électoraux et qui n’ont même pas respecté leurs engagements contractés lors de la fameuse Primaire de soutenir le vainqueur ne viennent pas maintenant donner des leçons de morale politique ; surtout pas à nous qui combattons sans relâche l’extrême-droite !

On va continuer à faire campagne sur le thème « pas une voix pour Le Pen ! » jusqu’au second tour et après on sera dans l’opposition à Emmanuel Macron. Nous ne sommes pas propriétaires des voix qui se sont portées au premier tour sur Jean-Luc Mélenchon : nos électeurs sont capables de mesurer le danger et d’agir en toute conscience.

* Ancien secrétaire départemental du PS de 1983 à 1990, puis co-secrétaire départemental du Parti de Gauche de 2010 à 2015, Claude Piou est à présent un des responsables en Mayenne du mouvement de Jean-Luc Mélenchon, La France Insoumise.


Réagir

La France Insoumise en Mayenne : « pas une voix pour Le Pen ! » - Par Claude Piou

Publié le: 3 mai 2017
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-société
Politique Gauche Elections Front national Présidentielles2017
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
A lire également sur votre Journal en ligne
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2017 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS