| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

"Sortir de l’incertitude", pour les sénateurs UMP, c’est une certitude !

Et pour les présidents de Région de gauche, il faut "renoncer". Ils ont d’ailleurs appelé le gouvernement à la raison sur le projet de loi tendant à réformer les collectivités territoriales.

Et si l’on s’amuse à regarder en arrière, ce qui est parfois très utile, en reprenant dans Horizon Mayenne le Journal du Conseil général de la Mayenne, un éditorial de Novembre 2009 de Jean Arthuis, on s’aperçoit qu’il est toujours d’actualité.

Car le président du Conseil général Jean Arthuis y évoquait avec quelques réserves, l’examen annoncé à l’époque pour décembre 2009 par le parlement du Projet de réforme, bien au point mort depuis il faut bien le dire.

Loin de ce contexte actuel, le sénateur UDF de la Mayenne écrivait tout en rendant hommage aux lois de Décentralisation : " En ces temps de crise économique et sociale, on évoque souvent la nécessité de coordonner les politiques des États tant à l’échelle de l’Europe que du monde. N’est-il pas temps de coordonner ce qui s’accomplit localement ?

Pour autant je ne suis pas complètement certain qu’en habillant les Conseillers généraux et les Conseillers régionaux du même uniforme de « Conseillers territoriaux », nous proposions à nos concitoyens d’avantage de lisibilité et puissions continuer de leur apporter des réponses concrètes et de proximité à leurs besoins.

Je pense plutôt que c’est par le tarissement des largesses de l’État providence que le tissu des collectivités locale va devoir bouger.

Le déficit abyssal de nos finances publiques est tel qu’il devient collectivement urgent d’y porter remède. "

Voilà qui, émanant d’un homme politique de premier plan qui fut ministre des finances, mérite sans nul doute une tentative de décryptage à laquelle leglob-journal veut bien essayer de se prêter.

Sur le choix du mot « uniforme  » : le gouvernement, écrit de façon implicite Jean Arthuis, nous impose un rapprochement qui va dans les sens de l’uniformité, lequel Président du Conseil général de la Mayenne et donc impliqué au premier chef, semble renâcler. Au nom des libertés ? Au nom du statu quo en fait nécessaire selon lui ? Parce qu’il est concerné ?

Il se prononcerait plutôt pour une coordination des politiques des États à l’échelon européen ou même planétaire, mais aussi localement tout en émettant on le sent bien des bémols.

« Tissu des collectivités locales » : là Jean Arthuis, peut être, continue la métaphore poétique du textile, en passant de l’uniforme à la matière elle-même !

Pour ce qui est du « tarissement des largesses de l’État providence » : ici le concept semble plus clair et la politique reprendre ses droits. La mise côte à côte de ces mots « tarissement » «  État providence  » et « largesses » est symptomatique d’une façon de pensée. Alors renvoie-t-elle aux besoins de ne plus avoir localement de démarches de solidarité du tout ? Ou bien à celles effectuées au début du mandat du chef de l’État au nom de l’abaissement du bouclier fiscal ?

Ou encore à celles effectuées par les Conseils généraux eux-mêmes qui « donneraient trop » dans la solidarité ? Toutes les hypothèses et les lectures sont admises.

Rappelons simplement que l’État a le devoir de subvenir aux besoins des plus démunis.

De ce point arrêtons-nous un instant sur cette photographie instantanée de l’état de la Mayenne.

En 2009 le nombre de demandeurs d’emploi de moins de 25 ans a augmenté de près de 43% ! Sans parler du nombre de bénéficiaires du RSA (ex-RMI), qui a fait un bond significatif de 18, 7 % et dont le Conseil général à justement la charge.

La mission essentielle du Département issue des lois de décentralisation du socialiste Gaston Defferre, c’est bien la gestion des actions sociales de solidarité envers ceux qui, sur un territoire comme la Mayenne par exemple, en ont le plus besoin.

La droite républicaine française présente notamment cette particularité. Celle d’avoir sans conteste une identité nationale qui s’est toujours acharnée à vouloir moins d’État sacrifié sur l’autel de la prétendue modernité, de la rentabilité et de la fonctionnalité, sans parler de la « bonne gouvernance ».

Quitte à se compromettre dans des démarches qui vont permettre d’amoindrir à terme le fonctionnement des services publics, pourtant si nécessaires pour assurer l’égalité des citoyens, en ne remplacent pas par exemple un fonctionnaire sur deux partant à la retraite.

Et le positionnement de Jean Arthuis, ici et là, emprunterait donc cette ligne droite, tout en restant bien évidemment et prudemment sur la démarcation centrale.


Réagir

La certitude et le renoncement

Publié le: 28 avril 2010
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: Editorial
Réforme Politique LR Commentaires
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2017 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS