| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

C’est fait, les communes de la Communauté de communes du Pays de Loiron (CCPL) et celles de la Communauté d’Agglomération de Laval (Laval-Agglo) se sont exprimées pour la fusion des deux entités. La commission départementale de coopération intercommunale (CDCI) se réunie ce vendredi 9 février 2018. Le préfet de la Mayenne n’a plus maintenant qu’à prendre un arrêté qui ordonnera cette fusion en 2019. Les opposants à ce « mariage forcé ou de raison », c’est selon, ne peuvent que respecter le résultat des votes. Mais il n’en demeure pas moins qu’un certain nombre de questions restent sans réponse et qu’elles continuent de se colporter parmi la population sur place. Témoin ce lecteur qui nous écrit.

Par Denis Collec*

Au cours d’une vie, on peut évoluer, et certainement que des élus ont trouvé les premières informations suffisamment rassurantes pour modifier leur vote. C’est tout à leur honneur.

Mais, toutefois une première question simple se pose : Comment de 87 % de communes opposées à la fusion, on a pu passer à une majorité en faveur de la fusion ?

Question première. Elle en entraîne une multitude d’autres. En voici quelques-unes. Des prises de position constantes de la presse locale en faveur du rapprochement ont-elles influencé les votes ? Et celles du Préfet de la Mayenne en faveur de la fusion auraient-elles aussi eu une influence ? Et puisque l’on évoque le rôle du représentant de l’État, est-ce dans ses attributions de Préfet de prendre position pour ou contre la fusion ?

Fusionner deux communautés ne doit-il pas se faire qu’à l’aide d’un beau projet commun et unificateur ? Ici, il n’y a rien que des arrangements sur le point A, le point B, le point C, etc. Et c’est navrant. Mais aussi et parfois des informations qui ressemblent plus à des promesses.

Ainsi le quotidien, localement, a indiqué plusieurs fois que les TUL [Les transports en commun lavallois, NDLR] viendront à Loiron. S’agit-il là d’une information secrète ou bien d’une information réservée à la presse ? À ma connaissance, cela n’a jamais été abordé dans aucune des quelconques commissions point A, point B, point C. Alors d’où vient cette information ? S’agit-il d’une rumeur ? D’un désir ? A-t-elle été simplement lancée pour influencer ?

Et puisqu’on parle de rumeur, il en est une, persistante dans la CCPL, et qui mérite qu’elle soit relayée. Elle fait état d’une promesse d’un poste de vice-présidence au sein de la future agglo élargie à un maire d’une commune importante de la CCPL. Si c’est vrai, est-ce vraiment possible que l’on puisse agir comme ça ?

Cette autre question également à laquelle je ne vois pas de réponse pour l’instant. Que fait M. Zocchetto, maire de Laval, président de Laval agglo, à Loiron-Ruillé lors de l’inauguration d’une route ? Ou bien à la cérémonie des vœux 2017 ? Se sent-il déjà chez lui en tant que Président de la future communauté d’agglomérations ?

Prenons le cas inverse de la fusion à présent. Si le regroupement ne se faisait pas, perdrions-nous toute chance d’obtenir des subventions européennes dans une si petite structure ? Parions que nous n’en aurons pas plus de la nouvelle communauté !

Cette fusion qui aurait du être le résultat d’un souhait fortement affirmé et commun ne sera finalement que l’application d’un vote étriqué. Cela n’augure rien de bon pour sa mise en œuvre. Et les élections municipales de 2020 ne vont pas arranger les choses. Imaginons une alternance. Il faudra mettre en place la fusion, que les futures équipes municipales en aient envie ou pas !

Quant à la représentation de la CCPL dans la future communauté d’agglomérations, elle ne lui permettra pas de se faire entendre. Elle sera représentée par 14 conseillers communautaires sur 75 au total.

Les hommes et femmes politiques "forts" du département estiment que l’avenir appartient aux « grosses structures ». Les citoyens, eux, veulent majoritairement vivre dans de petites communautés à taille humaine. Ce n’est pas la première fois que les politiques passent outre l’envie de leurs électeurs. Et c’est encore une fois bien regrettable.

*Denis Collec est un habitant de la CPCL


Réagir

La fusion Laval-Loiron actée, mais des questions restent en suspens

Publié le: 8 février 2018
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-mayenne
Laval Elections Fusion
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
A lire également sur votre Journal en ligne
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2018 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS