La « mission » secrète la plus médiatisée : le voyage de Zocchetto, Maire de Laval à Damas

F. Zocchetto à droite - Capture d'écran images vidéo Reuters sur Le Monde.fr

« Toxique » la visite! Qu’est-il passé par la tête du Sénateur-maire centriste de Laval François Zocchetto? Et comment a-t-il pu croire que la «mission» allait rester secrète! Et pourquoi participer à un «voyage préparé de longue date et en toute discrétion» pour mener manifestement «une diplomatie parallèle » alors que la France ne parle plus avec Bachar Al-Assad? Qu’est-ce qui l’a poussé à aller – avec 3 autres de ses collègues – parler, serrer des mains et être reçu par le chef d’État syrien?

Par Thomas H.


Une visite « toxique ». Sourires, et représentations officielles, quand les apparences sont immortalisées par des objectifs et des caméras, elles sont dévastatrices. Et la poignée de mains et la « visite » même si elles étaient comme ils le disent pavées de bonnes intentions n’en restent pas moins en substance “borderline”. Les parlementaires qui ont agit en solo – leur statut leur offre la liberté d’agir – étaient en apparence mandatés par personne, surtout pas par le ministère des affaires étrangères qui a rompu tout dialogue diplomatique officiel avec Damas depuis 2012.

F. Zocchetto à droite - Capture d'écran images vidéo Reuters sur Le Monde.fr
F. Zocchetto à droite – Capture d’écran images vidéo Reuters sur Le Monde.fr

Les élus de la Nation, députés et sénateurs, appartenant au groupe d’amitié Franco-Syrien, dont François Zocchetto membre de la Commission des lois au Sénat fait parti, ont fait en quelque sorte allégeance à Bachar Al-Assad, le chef de l’État syrien.

Pour Manuel Valls et François Hollande d’ailleurs, ils ont « commis une faute morale » en allant rencontrer un « dictateur » et un « boucher » à l’origine selon le Chef de l’État d’une « guerre civile qui a fait 200 000 morts » depuis 2011. L’ex-maire de Laval et ancien ministre Guillaume Garot avait parlé lui d’ « irresponsabilité », trop content de jeter un peu du discrédit sur l’attitude de son successeur à l’hôtel de ville.

F.Zochetto ici à gauche sur la capture d'écran - images vidéo Reuters sur Le Monde.fr
F.Zochetto ici à gauche sur la capture d’écran – images vidéo Reuters sur Le Monde.fr

Selon le chef de l’exécutif français, le groupe des 4 a commis une « faute qui ne les honore pas ». Nicolas Sarkozy lui a ironisé sur ces « quatre gugusses » et a assuré que lui même, il n’y serait « pas allé  »! Quant à François Fillon et au Vice Président du FN, ils ont tous les deux approuvé la démarche.

« Vous n’imaginez pas que nous ayons lancé cette mission sans avoir pris quelques contacts » a affirmé sans pavoiser le sénateur UDI François Zocchetto interrogé par la chaine Public Sénat, à son retour de Syrie. Sur le fond, dans l’interview qu’il a accordé à la chaine de télé, il se dit «convaincu qu’on ne peut pas trouver de solution à la lutte contre le terrorisme sans mettre la Syrie dans le coup ».

Soit. Mais pour François Zocchetto qui nous avait habitué jusque là, à de la « sage retenue  », voilà une “séquence” qui surgit dans sa vie politique et par ricochet celle de l’élu local, qui en terme d’image sera bien difficile à estomper.

Laisser un commentaire