| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

Olivier Faure tiendra un meeting* à Laval. L’occasion pour le premier secrétaire du Parti Socialiste, assez peu présent sur la scène médiatique, il faut bien l’admettre, de faire un peu de communication politique autour du parti dit de gouvernement qui, par obligation, est tenu de se "refonder". En Mayenne, terre centriste et à droite, le PS qui dispose de deux femmes à sa tête, va profiter du passage de son numéro un pour remobiliser ce qu’il reste de socialistes dans le département. Et peut-être créer des envies.

Par Thomas H.

« Nous en Mayenne, nous avons choisi le meeting avec la venue du N°1 du PS, Olivier Faure ; d’autres fédérations ont opté pour la Fête de la Rose ou la Fête de la gauche...  » commente Marie-Noëlle Tribondeau l’une des deux co-secrétaires fédérales du Parti socialiste en Mayenne avec Caroline Garnier, la quarantaine, professeure dans l’établissement scolaire l’Immaculée conception à Laval.

« La venue d’Olivier Faure, c’est un choix que nous avons fait toutes les deux en cohérence  » ajoute la maire de Bierné qui fut candidate notamment aux législatives de 2012. « Faure en Mayenne, c’est le moyen de montrer que nous existons. On a fait la demande auprès du national, et voilà, il sera là vendredi 5 octobre. » Et comme le disait Antoine Caplan, il y a quelques temps sur leglob-journal quand Olivier Faure fut élu à la tête du PS : « si on veut un écrire un nouveau chapitre pour le PS, il faut un nouvel auteur pour écrire de nouvelles pages... »

Caroline Garnier et Marie-Noëlle Tribondeau, les deux co-secrétaires fédérales du PS au cours d’une manifestation en Mai 2018 à Laval - © leglob-journal

Il faut donc montrer que le parti de gouvernement qui fut « en responsabilités » avant l’arrivée au pouvoir d’Emmanuel Macron est encore présent dans le paysage politique national et mayennais. C’est l’un des objectifs. «  Ce n’est pas parce qu’on ne fait pas de bruit qu’on ne travaille pas !  » lance Marie-Noëlle Tribondeau.

Certes mais pour ce militant, il faut que « le PS se mette vraiment à bosser sur des sujets complexes comme les migrations, le pouvoir d’achat, ou bien la transition énergétique... » Il est vrai que tétanisé par la dernière élection présidentielle qui l’a laminé en rebattant toutes les cartes, le Parti Socialiste est particulièrement peu présent au national sur ces dossiers, quand d’autres occupent le devant la scène, comme la France Insoumise (FI) par exemple. « Mais il ne faut pas qu’on apporte de réponses simples comme le font certains... » ajoute ce militant, d’où peut-être la difficulté de la communication à mettre en œuvre. Et le message qui s’en trouve un peu brouillé.

Le tandem à la tête de la Fédération en Mayenne ? « J’ai l’impression que pour ouvrir la porte de derrière, à la Fédé, il leur faut demander l’autorisation à Guillaume Garot » souligne en souriant cet autre militant qui faisait cette remarque peu amène au glob-journal, avant les vacances. Pas du tout, lance cet autre : « Guillaume Garot [ Député et ex-Premier secrétaire fédéral en Mayenne] ne tire pas les ficelles de la Fédé, il a envie surtout que cette dernière vive et qu’elle soit active  ». Marie-Noëlle Tribondeau éclate de rire à cette remarque : « cela voudrait dire que nous sommes sous la tutelle de Guillaume Garot ? (Rires) Mais c’est faux ! D’ailleurs je ne suis sous tutelle de personne et ne met personne sous tutelle !...  » lance-t-elle avec fermeté.

Olivier Faure, en Janvier 2018 lors de la visite de la Maison communale de Santé à L'Huisserie qui salarie des médecins - (c) leglob-journalMême si s’immerger dans la machine socialiste en Mayenne demande un peu de temps, «  relancer le PS localement, lance un ancien militant de toujours, ce n’est pas si simple, d’autant que le parti a connu une très grosse défection  ». Il y a eu en effet les démissions en nombre, ce que le PS appelle en utilisant le politiquement correct des « départs » et le non-renouvellement de cartes. Et puis, dans le même temps, peu d’arrivées. Mais « les gens regardent, écoutent, observent, commente Marie-Noëlle Tribondeau. D’ailleurs, c’est par le travail et le projet qu’on arrivera à retrouver des militants. On ne peut aller devant les électeurs qu’avec un projet construit ! »

Au dernier scrutin, celui organisé en Mayenne pour choisir le « chef d’orchestre », il y avait 214 inscrits mayennais pour désigner Olivier Faure qui a fait 45% des voix quand Emmanuel Maurel incarnant l’aile gauche du PS, proche de la FI, a obtenu près de 35 % des suffrages. Mais sur les 214 inscrits, seuls 107 adhérents s’étaient déplacés. La moitié seulement de ceux qui étaient en droit de voter, c’est dire. C’est un indicateur important de la motivation et de la confiance dans un PS qui a déçu, et une illustration du chemin qui est à parcourir.

Les deux femmes travaillent à la refondation du PS local « avec les moyens dont elle disposent  » dit cet adhérent qui souhaite rester anonyme. « Il faut trouver une façon de fonctionner avec des moyens réduits » estime pour sa part Marie-Noëlle Tribondeau ; quand on lui pose la question, elle est consciente de la situation mais veut positiver.

Pourtant avec la chute des adhérents, les mauvais scores aux élections et les subventions qui ont diminué, « c’est le temps des vaches maigres au PS en Mayenne ». Et du coup, le licenciement de la personne qui était employée comme secrétaire permanente à la Fédération à Laval, « décidé sous l’équipe précédente » a laissé des traces dans les esprits. « Mais nous n’avions plus la possibilité de garder un emploi à temps complet... c’est une décision qui nous a tous travaillé...  » ajoute la responsable de la Fédération départementale du PS en Mayenne.

Au fait, ceux qu’on appelle les « Fauristes » et les tenants d’Emmanuel Maurel, cohabitant sous le même toit en Mayenne : comment cela se passe-t-il dans les débats quand les divergences de point de vues sont aussi fortes ? Réponse : « on ne fait pas d’histoire là où il n’y en a pas...Nous nous sommes tous entendus pour travailler ensemble...  » explique la co-secrétaire fédérale qui souhaite couper court, ne pas s’étendre sur la question. A l’actif peut-être de ce consensus affiché officiellement, le sentiment qui se développe de plus en plus depuis quelques mois au niveau national « le clivage Gauche-Droite réapparaît ; c’est sans doute un des échecs d’Emmanuel Macron, qui a fait sonner la fin de la "giscardisation" du pouvoir qu’il avait entamée... » analyse un membre du bureau du PS mayennais. Il ajoute « mais sur l’écologie, il faudrait surtout qu’on puisse trouver une sorte d’union nationale ! il y a urgence »

*Olivier Faure, Premier secrétaire du PS, sera au CREF à Laval - 18 H 30


1 commentaire
  • "Et du coup, le licenciement de la personne qui était employée comme secrétaire permanente à la Fédération à Laval, « décidé sous l’équipe précédente » a laissé des traces dans les esprits."

    Il me semble que l’on pourrait préciser que cette personne est conseillère départementale de Laval 2, élue avec M. Garot elle a ainsi un siège à 1900€ brut durant 6 ans. Certes ça ne compense pas forcément son salaire, mais bien qu’opposant du PS je constate que ce parti a été très correct avec elle, en lui offrant sur un plateau un des rares postes "surs" et rémunérés que le parti avait en réserve.

    Répondre

Réagir

La rentrée à petits pas du PS en Mayenne, pour reprendre des couleurs

Publié le: 16 septembre 2018
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-mayenne
Politique PS Gauche
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
Vous aimerez lire aussi sur leglob-journal
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2018 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS