| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

VIDÉO - Pas un jour sans Lactalis. Des agriculteurs de la Confédération Paysanne de la Mayenne, une cinquantaine ont manifesté Jeudi 22 Février 2018 devant le Tribunal de grande instance de Laval pour « réclamer que la justice ne soit pas à deux vitesses et s’empare de la question du revenu des paysans face à l’impunité de Lactalis qui ne publie pas ses comptes ». Le Sénat Mercredi 21 février qui poursuit ses auditions, pour comprendre, a entendu des associations de consommateurs. Et avant, le 15, dans 28’, le rendez-vous sur l’actualité présenté avec peps par Élisabeth Quin sur la chaine culturelle franco-allemande ARTE, l’affaire du lait contaminé à la salmonelle était l’épicentre d’un débat sur la sécurité alimentaire. Ce jour-là, une vidéo de deux minutes signée Thibault Nolte dressait le portrait du PDG de Lactalis, le qualifiant notamment de « grand mamamouchi de la caséine ». Voici comment sur le site d’ARTE, l’émission 28’ est annoncée.

SCANDALE LACTALIS : NOTRE SÉCURITÉ ALIMENTAIRE EST-ELLE MENACÉE ?

« Le danger est-il dans notre assiette ? En portant plainte contre X, l’association Foodwatch alerte en tout cas sur l’existence de dysfonctionnements dans l’ensemble de la chaîne de vérification alimentaire en France. Dans son viseur, l’ONG cible notamment le géant de l’agroalimentaire Lactalis.

Elle l’accuse d’avoir invisibilisé des rapports attestant de la présence de salmonelle dans son usine de Craon en Mayenne. Plus inattendu : la plainte vise aussi les pouvoirs publics. L’obligation de contrôle sanitaire en vigueur en France n’aurait pas été respectée ou suffisamment appliquée.

Notre sécurité alimentaire est-elle menacée ? Les entreprises de l’agroalimentaire sont-elles au dessus des lois ? Faut-il appliquer des sanctions plus lourdes en cas de manquement ? On en débat avec l’ingénieur et économiste Bruno Parmentier, la directrice générale de Foodwatch Karine Jacquemart, et la journaliste et documentariste Isabelle Saporta. »

Un bon questionnement avec une problématique claire. Logiquement, s’en est donc suivi des échanges très éclairants au cours de ce débat sur la situation de la sécurité alimentaire en France que révèle cette affaire de lait contaminé à la salmonelle ; un débat programmé sur ARTE juste avant l’audition par le Sénat, le mercredi 21 février 2018, de quatre associations de consommateurs dont deux ont déposé plainte. Des associations qui ont réclamé « des auto-contrôles dignes de ce nom » avec une instance de régulation indépendante et une information sur les rappels produits plus rigoureuse et centralisée sur un seul site internet.

Enfin, dans la rubrique quotidienne qui a suivi le débat et intitulée Kiss Kiss Bang Bang, 28’ a diffusé un portrait d’Emmanuel Besnier concocté par Thibault Nolte.

Le journaliste tire toujours dans cet espace de liberté d’expression « avec une touche d’humour et un zeste de mauvaise foi, le portrait d’un "méchant" ou d’un "gentil" qui fait l’actualité. et c’est toujours pertinent. Pour l’occasion, [le] journaliste s’est demandé s’il fallait démasquer Emmanuel Besnier, patron de Lactalis. » À voir...

En Une, photo-capture d’écran vidéo 28’


Réagir

Lactalis est « au centre de l’histoire, et mérite bien quelques déboires »

Publié le: 23 février 2018
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-mayenne
Industries Agroalimentaire LactalisDossier
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
A lire également sur votre Journal en ligne
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2018 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS