| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

Échanges soutenus au conseil municipal de Laval du 20 mars 2017 à propos du Budget primitif 2017 et des subventions accordées aux associations qui auraient baissées selon le calcul opéré par l’opposition de «  7 % en trois ans  ». La majorité emmenée par François Zocchetto se défend en arguant «  une mauvaise lecture ».

- Par Thomas H.

« Les nombreux bénévoles lavallois qui se décarcassent chaque jour apprécieront votre désengagement progressif envers le monde associatif  » conclue, en séance publique, l’élu de l’opposition qui vient de faire le catalogue des subventions accordées.

Dans cette énumération à la Prévert, « détaillée mais pas pour autant précise » rétorque Alex Lanoé l’adjoint en charge du lien social, lutte contre les précarités, vie associative et sports, « le summum » affirme Georges Poirier l’élu de l’opposition Laval au cœur, « c’est le social ! »

« Votre soutien aux associations de santé, handicap, seniors (…) baisse de 15,5 % ! (…) (Advip : moins 28 %, La Gom 53 : moins 50 %, le CIDFF : moins 12,5 %...) énumère Georges Poirier. Il ajoute « c’est par exemple de la mesquinerie de réduire la subvention de Voir Ensemble de 500 à 350 euros soit moins 30 % . Enfin vous n’avez pas augmenté d’un euro depuis 2014 les quatre grandes associations humanitaires lavalloises (Banque alimentaire, Restos du Cœur, Secours catholique, Secours populaire). Ce n’est plus de la mesquinerie, mais un déficit de solidarité !  »

Alex Lanoé, recadre en expliquant que « la vie associative est faite de besoins qui sont évolutifs. La question des subventions ne représentent pas un droit de tirage automatique ». Il ajoute à propos de Familles rurales, un organisme qui a vocation à agir sur tout le département de la Mayenne en direction de la formation des jeunes adultes, « est-ce normal que les lavallois payent ? Non ! Et en ce qui concerne la baisse de la subvention à La Gom 53, le local qui les hébergent est mis à disposition par la municipalité !  ».

Georges Poirier avait mis en avant aussi ce qu’il a appelé « les coupes sombres pour la Jeunesse. » Des baisses allant de « 50 à 75 % » pour Action catholique des enfants, Scout de France, Jeunesse Ouvrière chrétienne, Juniors Associations. Les Francas, par exemple, ont vu leur subvention passée de « 2 000 € en 2016 à 1000 € en 2017  ». « Oui, explique Alex Lanoé, c’est vrai mais « ils sont hébergés par la ville de Laval », et pour ce qui concernent les Sports, il ajoute « nous veillons à subventionner en raison de critères objectifs, comme le nombre de licenciés, par exemple ».

En matière de subventions culturelles cette fois, Georges Poirier a fait les comptes. Il égrène : «  Une enveloppe de 556 300 € en 2017 contre 583 650 en 2016 (…) et 702 550 en 2014. En trois ans vous avez diminué les subventions aux associations culturelles de 20 %. cela touche à peu près tous les domaines, musique, lecture, festivals...un simple exemple, la revue historique L’Oribus dont la subvention est passée de 1600 € en 2014 à 1000 € cette année, soit moins 37 %.  »

Didier Pillon, l’adjoint à la culture de François Zocchetto prend la parole que lui donne le maire, le rouge du micro s’allume ; on sent bien qu’il est un peu comment dire, exaspéré. « Dans la quasi-totalité des cas les subventions sont reconduites d’année en année et d’ailleurs des conventions sont signées (…) je récuse formellement la baisse des subventions des association culturelles. J’affirme que deux seulement ont vu leurs subventions diminuer, le Festival des 3 éléphants et le Chaînon manquant. Ce fut douloureux mais cela a été expliqué aux deux festivals. »

«  Nous savons que votre politique crée des dégâts dans les associations » analyse Jean-Christophe Boyer, le chef de fil de l’opposition municipale en s’adressant au sénateur-maire de Laval qui rétorque simplement : « nous entrons dans un cercle vertueux (…) » François Zocchetto met en avant le retrait des aides de l’État en trois ans, la fameuse Dotation globale de fonctionnement qui a « baissé d’un tiers. Nous n’avons pas voulu créer un effet dépressif, nous aurions pu baisser les subventions et les investissements d’un tiers comme l’ont fait d’autres collectivités, mais nous ne l’avons pas fait. »

Le sénateur-maire poursuit : « sur les 60 millions de dépenses de fonctionnement, un tiers va à la Jeunesse, aux écoles et à l’adolescence. Je m’en félicite ! C’est l’avenir de notre ville. La culture, a elle seule par exemple, représente 12% des dépenses de fonctionnement soit environ 7 millions d’€ ! » Et de conclure : « est-ce qu’on peut tout faire, certainement pas ! Il faut faire des choix ! »

Plus globalement sur le budget primitif 2017, l’opposition, logiquement, à voté contre « un budget avec une présentation opaque à la limite de la légalité ». Jean-Christophe Boyer a déclaré au nom du groupe d’opposition « réfléchir à transmettre dans les meilleurs délais une plainte au tribunal administratif pour faire valoir les droits d’information des conseillers municipaux  ».

Car selon l’opposition, « le rapport de présentation du budget que vous avez joint à la délibération budgétaire n’est pas conforme à l’obligation des conseillers municipaux. Alors que ce rapport envoyé aux élus et à la presse - cela a toute son importance - mentionne des dépenses pour un montant de 59,4 M€, le document comptable joint à la délibération mais dont la lecture est beaucoup plus aride , mentionne lui un montant de dépenses de 71,5 M€. » écrit l’ancien maire socialiste de Laval au nom de son groupe

Par ailleurs « le budget 2017 est le budget d’une Ville qui se défausse sur l’agglomération pour équilibrer ses comptes mais qui, malgré cela n’a plus les moyens financiers d’être entretenu ; les Lavallois le constatent chaque jour dans les quartiers.  » a-t-il asséné.

« Nous sommes entrés dans un cercle vertueux » avait dit le sénateur-maire de Laval pour justifier le budget voyant « la sortie du dernier emprunt toxique, épée de Damoclès et poison handicapant l’avenir de notre collectivité. » L’opposition avec à sa tête Jean-Christophe Boyer pense, pour sa part, qu’il s’agirait plutôt, si on les comprend bien, d’une spirale dangereuse.


Réagir

Ville de Laval : un soupçon de baisse des subventions aux associations

Publié le: 21 mars 2017
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-mayenne
Laval Politique Droite Gauche
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
A lire également sur votre Journal en ligne
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2017 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS