| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

Verbaliser un consensus militant autour de la candidature de Benoit Hamon, cela s’est passé la semaine dernière ( le 9 Février 2017) à huis clos, dans une salle de Centre Multi Activités du quartier Saint Nicolas à Laval où était réuni autour des ténors socialistes une soixantaine d’adhérents du PS. Prises de paroles, positionnements, et ajustements autour de celui qui peut se retrouver au second tour et celui avec lequel il faudrait pouvoir compter si la gauche veut gagner.

- Par Thomas H.

Au final, « l’assemblée a été très légitimiste, les militants ont donné le sentiment qu’ils étaient tous derrière Benoit Hamon  » résume une jeune militante qui est encartée au PS depuis un trio d’années. Dans la salle du Palindrome et pendant deux bonnes heures les aficionados du Parti Socialiste ont dit en substance qu’ils avaient envie de « faire battre le cœur de la France  » avec Hamon. Mais pas si simple.

Pour ce faire, ils ont levé la main. Une bonne douzaine de personnes se sont exprimés librement. « On a senti qu’il y avait quelques réticences » mais globalement, « c’est le ticket Hamon qui est privilégié » même si le « je ne veux voir qu’une seule tête » ne plaît pas à tout le monde.

Difficile en effet pour un candidat de « faire consensus  » tant le clivage est encore présent. Des militants de la mouvance Valls ont encore un peu de mal à digérer un positionnement sur un candidat qui a renié en fait - en devenant « frondeur » - une politique que le PS a mené pendant 5 ans. Casser du sucre et devenir finaliste de la primaire en quelque sorte, pas simple malgré tout pour certains anciens, des militants à la parole plutôt mesurée au PS et qui ne plaident pas, loin s’en faut, pour « le grand soir  ». Surtout que ceux qui n’étaient pas d’accord avec la politique menée par François Hollande et son Premier ministre, « trop libéral  », « pas assez à gauche » sont partis du PS en rendant leurs cartes.

En 2012, la Mayenne a voté à seulement 46,93 % pour François Hollande. Alors bien évidemment s’embarquer comme un seul homme autour de Benoit Hamon qui décoiffe le PS, c’est beaucoup demander à des militants, surtout de longue date. Ils ont dit à mots couverts et rappelé en substance qu’il fallait être réaliste car la Mayenne, politiquement, est une terre plutôt centriste et de droite, qui de temps en temps montre qu’elle a envie de se décentrer un peu sur la gauche.

Mais le résultat du vote au second tour de la Primaire doit tout de même être respecté et légitimé. En Mayenne, Benoit Hamon a obtenu 55,71%, Manuel Valls 44,29%. Cela suppose une adhésion par loyauté à Benoit Hamon, même si le mouvement En Marche ! qui se situe en dehors des partis bouleverse un peu la donne. « Je veux dire qu’il n’y a pas mort d’homme à soutenir Macron » a dit en conclusion de son intervention par exemple une voix qui s’est élevée dans le concert militant, allant jusqu’à provoquer des applaudissements. L’unanimité de circonstance pourra-t-elle néanmoins tenir le choc de la campagne sur la longueur ?

Lire aussi : Benoît Hamon où la vie politique française sous la Ve République

Benoit Hamon remonte dans les sondages sous l’effet d’une baisse du candidat de la droite empêtré dans les affaires et d’un léger tassement de Macron selon le baromètre politique Odoxa (sondage internet Presse régionale, l’Express et France Inter - 8 et 9 février 2017). Au delà des scores présumés, c’est surtout un positionnement fin et individualisé qui pourrait mener au soutien et au vote Macron.

Prenons Guillaume Garot par exemple – mû par un appareil de parti qui doit statuer de façon globale - il hésite à révéler qu’il pourrait selon plusieurs sources franchir le Rubicon. Il semble qu’il ait envie pour le moment d’attendre encore un peu, pourquoi pas la fin mars pour se prononcer. Il pourrait ainsi s’adosser à Ségolène Royal qui pourrait elle aussi se macroniser un peu plus encore.

Le choix est somme toute assez cornélien. Surtout quand l’intéressé doit penser à sa réélection lors des Législatives qui suivront. Aussi faut-il être en mesure de choisir le bon cheval, même si En Marche ! ne procède pas au « recyclage des élus en disgrâce  » selon la terminologie vacharde de Jean Arthuis.

Le député européen a très vite soutenu Macron et a raillé en fustigeant les migrations de déception ou de refuge vers En Marche !. La tendance Valls pourrait conduire notamment l’ancien ministre de Jean Marc Ayrault à se macroniser, au contraire de Jean-Christophe Boyer selon une militante.

Miser sur un cheval, Jean Arthuis sait faire, n’est-il pas membre de la Société d’encouragement du cheval français, et éleveur de chevaux avec le statut d’agriculteur ? Et pour Guillaume Garot choisir celui qui est donné favori dans les sondages pour le second tour, cela équivaudrait à réduire l’élection présidentielle à un course de petits chevaux, ce qui serait contreproductif.

Enfin, Jean Arthuis et Guillaume Garot qui se sont opposés politiquement en Mayenne, et qui seraient côte à côte dans le même mouvement autour de l’iconique Macron, voilà qui pourrait paraître déconcertant à plus d’un titre et affadirait le positionnement à gauche du député sortant. Même si En Marche ! aime à se définir par le slogan « et gauche, et droite  », l’image de l’un et/ou de l’autre pourrait quelque peu en pâtir.


1 commentaire
  • UN ADHÉRENT NON PRÉSENT CETTE RÉUNION.

    Que dire de ce vote des primaires de gauche déjà c’est un vote de sympathisants(es) et non de militants(es) . Je pense qu’un vote interne au parti aurait été différent voila pourquoi la pilule est dur avalé.

    Il y a déjà plusieurs mois voir depuis le dernier congrès que cela ne continuer entre ces deux gauches aussi extrême et que la synthèse n’est plus possible. et que la scission aurait été bénéfique pour le parti. Pour moi cela me pose aucun problème j’ai mis dos à dos les deux candidats. Tous en gardant ma carte du ps je vais rejoindre le groupe en marche de la Mayenne pour mener campagne en faveur de Mr Macron. Pourquoi c’est un homme neuf jeune qui peut rassembler tous ces clivages ces corporatismes qui nous pourrissent la vie et la société française voila pourquoi la France n’avance pas. Je voterais donc utile des le premier tour.

    Répondre

Réagir

Le PS en Mayenne : loyauté à Hamon matinée d’un petit peu de Macron

Publié le: 19 février 2017
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-mayenne
Politique PS Présidentielles2017
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
A lire également sur votre Journal en ligne
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2017 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS