| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

Au festival de Cannes qui va se dérouler du 13 au 24 mai, le réalisateur de Z et de L’Aveu Costa Gavras, 82 ans, sera l’invité d’honneur de Cannes Classics, qui célèbrera aussi cette année le centenaire de la naissance d’Orson Welles et d’Ingrid Bergman. Cannes Classics où une projection d’un montage de films Lumière sera également organisée, à l’occasion des 120 ans du cinématographe Lumière.

- Par #leglob-journal

Cannes Classics, section du festival qui présente des films anciens restaurés et des documentaires sur des œuvres et personnalités du cinéma, « poursuit son travail de visite à l’histoire du cinéma, chefs-d’œuvre reconnus ou raretés précieuses, qui retrouveront le chemin des salles, du DVD, du Blu-ray ou de la VOD  », souligne le Festival dans un communiqué.

Le cinéaste franco-grec Costa Gavras, prix du Jury à Cannes en 1969 pour Z, prix de la mise en scène en 1975 pour Section spéciale et Palme d’or en 1982 pour Missing, assistera à la projection de Z en copie restaurée.

Un sacré talent, et un sacré courage, que Costa Gavras. Et une figure du cinéma mondiale né dans une famille modeste. Une mère grecque, un père russe qui s’illustre dans la Résistance. Puis c’est l’exode pour le jeune lycéens qui quittera sa Grèce natale après le lycée pour s’installer en France à Paris. Le jeune Konstantinos obtiendra la nationalité française en 1968.

Entre temps, il est étudiant en lettres et son univers c’est la Sorbonne. Lorsqu’il n’y est pas c’est un spectateur assidu de la Cinémathèque. Logiquement il intègre l’IDHEC en 1956. Les plateaux de cinéma deviendront ensuite son "lieu" de prédilection en temps qu’assistant, d’abord auprès de Jean Giono (Crésus en 1960), puis de Verneuil, de Jacque Demy et de René Clément.

C’est sur un tournage qu’il fait la connaissance du couple mythique Simone Signoret-Yves Montand, avec qui va se nouer une longue complicité intellectuelle et artistique. Il engage les deux comédiens sur son premier long métrage, ce sera Compartiment tueurs, un polar qui récolte un franc succès en 1965.

Le “penchant” de Costa-Gavras pour la mise en perspectives de faits politiques et historiques, pour toucher de prêt une vérité qu’il ne faut pas cacher, apparaît dès son deuxième film. Dans un Un homme de trop, consacré à la Résistance (son père fut résistant ), une période qu’il ré-explorera dans Section spéciale en 1975.

Mais c’est sans doute avec Z en 1969, qu’il se isse au sommet et que sa renommée de grand cinéaste engagé se fait jour. Il dénonce la Dictature des Colonels en Grèce son pays natal - même si dans le film le pays n’est pas nommé -, et obtient 2 prix à Cannes dont l’un pour la composition de juge opiniâtre incarné par Jean-Louis Trintignant. Z obtiendra également 2 Oscars.

Puis c’est L’ Aveu en 1971, qui revient sur les procès staliniens, le film sort alors que l’URSS est encore “protégé” par le mur de Berlin. L’ Aveu offre à Yves Montand, un homme traqué et torturé, un de ses rôles les plus marquants.

Enfin dernier volet de cette trilogie politique, c’est le célèbre État de siège qui a obtenu le Prix Louis Delluc 1972 et qui évoque les agissements de la CIA, la centrale de renseignements états-unienne en Amérique latine.

Après une pause, si on peut dire avec des films plus “sentimentaux”, l’investigation et la mise en perspective revient dans l’œuvre de Gavras. Comme un besoin, comme une constante nécessité. Ce sera notamment Mad city, où comment le journalisme perd la tête avec le scoop à tout crain, mais aussi les dérives du catholicisme complaisant et protecteur de criminels de guerre avec le très controversé Amen qui fera polémique notamment en France ou Drôles d’espions en 1985. Enfin Le capital, qui sera proposé sur les écrans en 2012 relate « l’ascension d’un valet de banque dans le monde féroce du Capital «  » et de la finance .

Au programme de Cannes Classis signalons également une version restaurée d’Ascenseur pour l’échafaud de Louis Malle, présentée par Gaumont, et celle de Marius d’Alexandre Korda, avec un scénario s’il vous plait écrit par Marcel Pagnol, pour le 120e anniversaire de la naissance de l’écrivain provençal.

- Avec AFP


Réagir

Le film d’investigation, "reconnu d’utilité publique", à l’honneur du Festival de Cannes

Publié le: 7 mai 2015
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-cultures/idées
Regard Idées Libertés Histoire
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
A lire également sur votre Journal en ligne
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2017 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS