Le no-limit nauséabond et haineux d’un candidat FN en Mayenne aux Départementales, vrai visage du FN!

Voici l’exemple flagrant d’une intolérable et condamnable escalade! Cette “histoire” remonte à juillet 2012! Permise au nom de la « liberté d’expression » diront ceux qui “likent”. Hélas ce n’est pas la première fois bien-sûr ! Et ce ne sera pas non plus certainement la dernière manifestation de la non-observation de la loi pour des candidats du FN ; car ce parti, décidément infréquentable, ne connait vraiment pas les valeurs en vigueur sous la République. Celles qui ont été réactivées le 11 janvier après les attentats de Paris. Cela nous encourage à être très attentifs, d’autant plus encore, que se profilent les Élections départementales du 22 et 29 mars prochain.

Par leglob-journal


Certes l’article 19 de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme stipule que « Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit. »

En revanche rappelons simplement que des Lois existent afin d’être respecter et de protéger chacun contre ce genre de dérives inacceptables qui ne sont pas loin de ressembler à des « actions terroristes », car cette fois, elle touche le sommet de l’État, c’est-à-dire au Président de la République.

Voici, ci-dessous le « message » en question poster ce dimanche sur le site de micro-blogging par un internaute.

candidfnholl.jpg

Des candidats – sans toutefois faire d’amalgame – qui semblent “boostés” par des sondages qui les rendent importants et qui se sentent pousser des ailes. En allant jusqu’à ignorer les règles et les lois en matière de diffusion de ce qu’ils considèrent comme une “information”, une information qu’ils souhaitent en tous cas – et vite – “partager” avec d’autres par le biais des réseaux dits «sociaux ».

Damien Hameau-Brielles puisque c’est de lui dont il s’agit, facilement reconnaissable, n’est pas un inconnu sur la « blogosphère ». Il fut déjà candidat pour le parti de Marine Le Pen en 2010, posté en troisième position sur une liste du FN pour les Élections européennes. Le nom de ce « technicien » – c’est comme cela qu’il a été enregistré en préfecture – apparaît également comme candidat aux dernières cantonales et régionales.

Damien Hameau-Brielles s’était déjà illustré en postant sur son compte Facebook :

damien-hameau-brielles.png

Mais Damien Hameau-Brielles avait également écrit : « la police qui appel pour demander pourquoi j’ai envoyer un africain a la pharmacie avec une carte vitale déclarée perdu ?????? lol. »

On le voit les mots sont rapidement écrits et l’orthographe est plus qu’approximative, ce qui ne présage rien de bon sur les futurs dossiers que le “candidat”, s’il est élu, aura à lire et surtout à rédiger.

Cette fois, c’est crescendo! C’est le chef de l’État en personne qui est la cible de son “humour” à deux balles. Le post date de juillet 2012 mais L’Entente, le site qui “observe” les candidats FN a pu faire une copie avant que le candidat n’ait “nettoyé” son compte facebook. Remarquez qu’il s’agit de la marionnette des guignols qui représente François Hollande. Elle a été utilisée pour ce photo-montage qui relève manifestement de « l’incitation à la haine » et de « l’appel au meurtre ». C’est du moins le message qu’il a manifestement produit.

D’après un récent sondage, c’est malheureusement chez les 25-34 ans que le FN obtient son meilleur score avec près de 50% des intentions de vote! Sans doute parce que les candidats du Front National sont majoritairement jeunes.

Intéressant certes, si l’on considère le simple renouvellement démocratique que cela implique en matière électorale. Mais surtout très inquiétant en terme de haine raciale, de xénophobie, et de non respect des institutions et des lois. Autant de maux qui animent – ou plutôt bouleversent le mental – des candidats qui se présentent pourtant sous la bannière de la République.

Lire aussi : FN : la tentation du passé

Laisser un commentaire