| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne


Exit « l’ancien Régime » et Nicolas Sarkozy ! Il aura été un président d’un seul mandat. A qui la faute ? Aux électeurs, mais à lui surtout, car il aura beaucoup fait pour donner pendant 5 ans une image hyperdégradée de son mandat.

Son pire ennemi ? Cela aura été lui, sans conteste. L’hyperprésident et l’homme politique à la double personnalité. Tiraillé entre le docteur Jekyll et le mister Hyde, cette histoire écrite par Robert-Louis Stevenson.

Car il y a eu du « normal » dans le président-sortant, celui qui a testé et essayé froidement et de façon totalement décomplexée des mots dont le sens lui ont échappé. Il y a eu du Jekyll, du normal donc mais aussi du pire également.


Le challenger du président sortant ? Ce fut finalement Nicolas Sarkozy lui-même. Et son ennemi l’autre facette de cette bête politique qu’il a incarné, éminemment intelligente et efficace par moment, comme des flashs, incarnant le « coup d’éclat permanent » ; une bête politique capable de se remettre en selle et finalement repoussante pour les électeurs.

Dérives droitières

Une image médiatique qui s'estompe ?

Repoussante, quand il a dragué ouvertement et sans le moindre état d’âme, les électeurs de l’extrême droite ; ceux qui attirés par leur leader charismatique souhaitent un retour de la « bascule à charlots », appellent de leurs voix le rejet des immigrés et la fin du remboursement de l’IVG.

Repoussante, quand la bête politique a stigmatisé les roms parce que coupables de tous les maux.

Vrai travail

Repoussante, quand il a épinglé le travail, avant de se raviser s’apercevant de son erreur, en mettant en avant le « vrai travail » comme s’il en existait un faux ; Quand il a fustigé les syndicats, les corps intermédiaires, tous ceux qui cherchent à faire la Démocratie et empêchent le pouvoir absolu.

Malsaine

Affichage sauvage

Repoussante, quand cette bête politique a fait allégeance à la religion catholique, alors qu’il est à la tête d’un état laïc et républicain en estimant que « l’instituteur ne pourra jamais remplacer le curé […] ».

Repoussante, quand il a préféré le Fouquet’s pour fêter sa victoire au soir du second tour de 2007 plutôt que d’aller à la rencontre du peuple français.

Il y a de l’idéologie, c’est à n’en pas douter, dans la pensée politique de Nicolas Sarkozy. De l’idéologie qu’il est possible de qualifier de malsaine. Malsaine pour la France, les valeurs de la République, la liberté, l’égalité et la fraternité qui doit prévaloir entre les individus. Pendant les 5 ans de son mandat le président-sortant aura essentiellement diviser, pointer les différences, stigmatiser et dresser les Français les uns contre les autres.

Rejet

Trop souvent, même s’il nous a dit benoitement « j’ai changé » le naturel est revenu au galop. C’est trop souvent le mister Hyde que nous avons vu et du coup c’est ce personnage globalement que les français ont appris jour près jour à rejeter.

Il y avait une bête politique qui sommeillait et les électeurs de 2007 étaient passés à coté de la réalité. Elle s’est révélée progressivement l’espace d’un quinquennat. Le peuple de France n’a plus été dupe. Et il a simplement dit qu’il fallait changer vraiment !


Réagir

Le président sort !

Publié le: 6 mai 2012
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-mayenne
Droite PS LR Gauche Elections
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2018 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS