Le second tour en Mayenne, écrémage à gauche et presque grand chelem à droite

Le second tour des Départementales a « rebattu les cartes » a estimé la Présidente du FN. En Mayenne le parti bleu marine est absent après le second tour, mais il faudra bien en tenir compte. Dans le département où le baron Jean Arthuis a régné pendant des décennies, la gauche n’en sort pas grandi à l’issue de ce scrutin cantonal. L’alliance du centre et de la droite remporte 15 cantons sur les 17 à pourvoir. C’est un nouveau grand schelem.

Par Thomas H.

La gauche régresse dans la nouvelle assemblée qui sera installée avec à sa tête selon toute vraisemblance Olivier Richefou. Le président sortant qui devrait être réélu 2 avril prochain et adoubé par Jean Arthuis, sort de ce scrutin avec une « autorité renforcée ». La gauche perd des cantons et des sièges, et enregistre la défaite de trois poids lourds de la politique socialiste et écolo.

Jean-Christophe Boyer pas assez présent sur le terrain, distant, trop dans la communication et « papillonnant » dans les hautes sphères ministérielles enregistre « la queue de se défaite » aux dernières municipales à Laval. Comme un retour de boomerang.

Claude Gourvil l’enseignant écolo et amoureux de la nature : sorti! La « socialiste » ex-modem transfuge de l’équipe de François d’Aubert, Gisèle Chauveau aussi. A eux deux ils n’ont pas réussi à faire le coup double qu’ils espéraient sur Laval.

Enfin et surtout le vieux routier de la politique et proche du Parti Socialiste, mais sans étiquette, le « laboureur du Nord Mayenne » se fait éliminé au second tour. Michel Angot le maire de Mayenne n’aurait plus semble-t-il la « baraka » depuis quelques temps. Il s’était déjà fait sortir de la course à la sénatoriale malgré un très bon ressenti autour de son nom sur ses terres nordistes.

C’est donc le renouvellement qui a prévalu. Des visages anciens qui laissent la place à d’autres moins connus. C’est peut-être ça les « cartes rebattues  ». Le brassage politique localement avec des noms qui sortent du grand loto politique. Et renouvelle la « classe politique ».

Des femmes font leur entrée, et elles sont ce qu’on appelle des nouvelles venues ; Fabienne Germerie « la femme de l’ombre » jusqu-là, siègera dans l’opposition pour le canton de Laval 3 et Christine Dubois, la maire de Louvigné qui n’a pas froid aux yeux. Résolument également dans l’opposition aux conseillers départementaux de la majorité Richefou. Même si elle s’est faite élire «sans étiquette» dans le canton de l’Huisserie.

Christian Briand, retraité depuis peu et ancien de la Coopérative des Agriculteurs de la Mayenne, il est le nouvel entré dans l’assemblée départementale dans l’opposition à Olivier Richefou sur le canton de L’huisserie ; le président aurait de quoi se « faire des cheveux » car il le connait bien et le redouterait. Il a pu ferraillé à plusieurs reprises sur des dossiers pointus avec Christian Briand qui se targue de bien connaître la chose économique Il estime qu’«on ne pose pas les vrais problématiques» en la matière.

Là, dans ce cas de figure, c’est la politique du terrain et de l’ancrage qui a prévalue ; au détriment de celle du « parachutage » incarné » comme ce fut le cas pour le lavallois Alain Guinoiseau (encarté Debout la France) et qui se présentait dans ce même canton de l’Huisserie où pourtant il n’habite pas. En allant jusqu’à se tromper sur la profession de foi, en mettant en avant le canton de Saint Berthevin celui de Richefou, plutôt que le sien. Erreur de typographie ou bien lapsus politique?

Guillaume Garot le député PS, ancien ministre de l’Agroalimentaire et qui va aussi s’occuper du Domaine de Chambord sauve la mise socialiste. Il pourra compter sur les compétences de Christian Briand. Comme sur celles de Christine Dubois cette employée de banque qui souhaite particulièrement s’intéresser à la politique solidaire. Et avec seulement quatre sièges, toutes les forces de débat compteront dans l’hémicycle départemental pour tenter de faire vivre la démocratie pluraliste.

Laisser un commentaire