| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

24 millions de citoyens français sur près de 47 millions en âge de voter se sont abstenus, au premier tour des élections législatives. Cette vague d’abstentionnistes représentent 51.39% des inscrits. C’est énorme, « historique » a-t-on entendu dire. Qu’est-ce que cela signifie ? et comment faire pour tenter de remédier au phénomène ?

- Par Henri Marteau

Que peut-on dire du profil des abstentionnistes si on s’intéresse à l’âge ? Ce qui ressort, c’est que plus on est jeune, moins on a voté.

Et quid du profil de ces abstentionnistes selon la profession ? Et bien plus on est exposé à la mondialisation et ses effets, moins on a voté.

Mais, cela dit, une élection dans de telles conditions a-t-elle encore du sens lorsque les abstentionnistes dépassent en nombre les votants ?

Une assemblée illégitime

Désormais, la majorité des citoyens considère donc que le système électif ne les représente plus.

Il produit des assemblées d’élus majoritairement issus de secteurs professionnels protégés de la mondialisation qui représentent le « pays légitime », mais plus le « pays réel  ».

Plus on est exposé à la mondialisation, moins on a voté

Presque tous les partis politiques qui sollicitent nos suffrages proposent de renouveler et moraliser la vie politique.

Cependant aucun ne mettent en avant la tenue de conférences de citoyens à l’image des pays du nord de l’Europe qui sont en pointe sur l’innovation démocratique.

Réinventons donc des possibles qui séduisent et redonnent l’envie du chemin de vote.

Abstention : plus on est jeune, moins on a voté

Rénover le pouvoir

C’est donc une question à débattre entre citoyens. Le plus largement possible. De façon horizontale et non plus verticale.

Un peu à la manière de Nuit Debout. Essayons de mettre en place des ateliers de la citoyenneté, par exemple ou des conférences comme le font les pays nordiques.

Avec des citoyens, des électeurs, des hommes et des femmes au centre de la préoccupation et qui n’aspirent pas au pouvoir.

Des individus à qui on s’adresse réellement et qui n’ont pas forcément envie de porter le pouvoir mais qui souhaitent revitaliser une démocratie dans laquelle ils se reconnaissent.

Lire aussi : voter ou boycotter les urnes - par Henri Marteau


Réagir

Législatives sans électeurs, loin du « pays réel »

Publié le: 13 juin 2017
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-société
Actuel Politique Idées Législatives2017
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
A lire également sur votre Journal en ligne
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2017 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS