Les migrants : entre Humanité, phantasme et intendance #0

 

lettrelnew-4.jpg

Leglob-journal ouvre une série d’articles-enquête, pour effectuer une véritable traversée exploratrice parmi des acteurs de la migration qui touche toute l’Europe et la France en particulier. Afin de bien comprendre les enjeux de ce phénomène qui n’est pas totalement nouveau, leglob-journal s’emploie à dresser une sorte de radioscopie de la migration dans notre département.

Avec comme rédactrice de ce dossier sur l’immigration, Marrie de Laval.

 

 

Les migrants : entre Humanité, phantasme et intendance #0

calais-grande-synthe.jpeg-icarus.jpg
La côte au Nord de la France avec Calais et sa Jungle ; et la Manche, véritable frontière maritime avec la Grande-Bretagne

Des collectivités territoriales inquiètent pour leurs finances, accusent l’État de ne pas assumer les conséquences d’une surveillance jugée insuffisante de nos frontières. Avec ou sans arrières pensées électoralistes. De son coté, l’État, par la voix de son ministre de l’Intérieur, instaure toujours plus de mesures de contrôle, toujours plus de comptage et de contrainte envers les étrangers ralliant l’Europe par tous moyens. La réponse est clairement policière et répressive et le ministère des affaires étrangères apparaît curieusement en retrait du débat.

Parallèlement, la circulaire Collomb Ministre de l’Intérieur, NDLR] fait débat et une proposition de [ loi, initiée par le député Jean-Luc Warsmann, sous prétexte d’une meilleure application du droit d’asile européen, systématise la rétention des migrants selon le Règlement Européen Dublin III. Et le calendrier parlementaire annonce pour avril une nouvelle loi sur le sujet. (Lire sur leglob-journal cet article ici)

« Crise migratoire sans précédent », ou bien « [des migrants au nombre d’] un peu plus de 25 000 en 2016 et déjà 21 000 au premier semestre 2017, soit une augmentation de 176 % par rapport au premier semestre de l’année précédente.» c’est en ces termes anxiogènes et froidement statistiques que sont présentés les mouvements de populations en proie à la guerre ou à la crise économique dans le rapport du député Warsmann du 29 novembre 2017. Alors que la France recense en 2016 presque 67 millions d’habitants, 25000 personnes migrantes représentent environ 0,0373 % de la population totale en France.

migrantsnumerozerocitation.jpgFace à ces prises de positions, des anonymes s’inquiètent de la santé et de la sécurité de centaines de milliers d’autres, prêts à tout pour une vie digne, au risque de la perdre au cours d’un périple dont ils n’imaginaient pas les obstacles. Profitant du passage du maire de Grande-Synthe, Damien Carême, à Laval en janvier dernier comme a bien insisté l’artiste mayennais Kaar Kaas Sonn [Noël Flavien Kobdigué, de son vrai nom, NDLR] a bien insisté, se faisant ainsi le porte-voix des migrants « comment pouvez-vous croire que c’est de gaîté de cœur que nous nous arrachons à notre pays bénis des Dieux, nous qui sommes baignés par le soleil toute l’année, et entourés de nos familles ?! Nous voulons tous rentrer un jour.» Car avant toute classification statistique migratoire, il y a des êtres humains.

À travers une série de quatre articles, leglob-journal abordera notamment l’état d’esprit dans lequel s’envisage et s’organise l’accueil des migrants au sein des collectivités locales. Comment, par exemple, le conseil départemental de la Mayenne organise la vie des mineurs non accompagnés, avec le témoignage de la sénatrice Élisabeth Doineau en charge de l’action social dans la collectivité départementale.

Aussi, nous ferons un pas de coté pour essayer de comprendre à travers l’exemple spécifique du maire de Grande Synthe, dans le Calaisis, et à la suite de sa tournée de conférences relatives aux migrants, comment l’élu, à sa manière, aborde concrètement la question de la migration.

L’Etat et ses modalités d’accueil mises en place par ses services, au travers l’examen du schéma régional d’accueil des demandeurs d’asile, seront également passés en revue ; car sans la force étatique dans un pays, point d’actions individualisées possibles, mais la réciproque est aussi valable.

Puisqu’ils sont le centre de l’Histoire, bien évidemment, la parole sera donnée aux migrants eux-même. Comment vivre, simplement ? Témoignages et vécus avant d’entreprendre un débat plus large sur les causes de la migration et les mécanismes sur lesquels il est possible d’agir à titre individuel ou collectif. Bonne lecture présente, et à venir, sur leglob-journal.

Bientôt sur leglob-journal: Migrants, la Bourse ou la Vie ! #1

Laisser un commentaire