| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

Michel Neveu est le président du PRG, le Parti Radical de Gauche en Mayenne. Il est sur leglob-journal. A propos des récents attentats de Paris, il parle « d’attaques militaro-terroristes, un acte de guerre diligenté par l’État Islamique. La France se trouve désormais dans une situation de légitime défense. ». Tenant de la laïcité “invention” du PRG comme il le dit, le n°1 du Parti Radical de Gauche en Mayenne se veut malgré tout résolument optimisme et souhaite que la France qui s’est soudée au lendemain des attentats du 13 Novembre demeure solidaire : il en appelle également aux 27 pays membres de l’Europe qui doivent « constituer une union cohérente, capable d’assurer la sécurité des européens ».

-  Entretien

leglob-journal - Après les attentats de Janvier vous écriviez sur le blog du PRG 53, « Nous sommes laïques, nous sommes Charlie ». Aujourd’hui que dites-vous des attaques terroristes qui ont ensanglantées Paris et quelle analyse en faites-vous ?

Michel Neveu - Ce vendredi 13 novembre nous avons connu l’horreur lors de ces attentats à Paris et à St Denis. Une barbarie sans précédent dans notre pays qui a payé un lourd tribut. La France a fait l’objet d’une agression terroriste ignoble qui plonge le pays dans la douleur et la souffrance. Il s’agissait d’attaques militaro-terroristes, un acte de guerre diligenté par l’État Islamique. La France se trouve désormais dans une situation de légitime défense.

Quand les valeurs de la République sont attaquées de la sorte, nous devons rester unis pour les défendre et les français ont parfaitement su le faire. Toutes les lois en vigueur permettant de faire taire et punir les ennemis de la liberté doivent être appliquées avec sévérité. Il ne doit pas y avoir de liberté pour les ennemis de la liberté. Fidèles à notre tradition laïque, nous apportons notre soutien à toutes les mesures destinées à lutter contre les phénomènes de radicalisation.

- Comment faire selon vous pour apprendre à vivre avec ce qui s’est passé ?

Au lendemain de l’attentat dans les locaux de Charlie Hebdo en janvier dernier, à l’unanimité nous disions "plus jamais ça"et l’histoire vient pourtant de se renouveler. Ces attentats d’une ampleur sans précédent dans notre pays ont plongé les français dans un profond désarroi et une infinie tristesse.

Nous ne pourrons jamais oublier. Mais les français ont déjà relevé la tête par une parfaite unité en se rassemblant pour défendre les valeurs de la République, de liberté, d’égalité, de fraternité,de laïcité. Nos valeurs comme notre mode vie ont été attaqués. Des hommes et des femmes ont perdu la vie parce qu’ils étaient épris de liberté. Nous devrons plus que jamais affirmer nos valeurs, défendre notre liberté, notre culture, si souvent décriées par ces terroristes barbares. C’est la meilleure des façons à mon sens de rendre hommage aux personnes malheureusement disparues ou blessées lors de ces attentats.

- Il y aura-t-il un 13 novembre comme il y a un 11 septembre ?

A mon sens oui, il y aura un 13 novembre comme nous avons malheureusement un 11 septembre. Il nous sera impossible d’oublier par respect pour toutes ces personnes disparues trop tôt, et blessées lors de cette horrible soirée. Nous sommes tous choqués par cette folie meurtrière, d’une telle ignominie, d’une telle violence. De nombreuses familles sont touchées, des enfants ont perdu un papa ou une maman. Certaines personnes resteront handicapées et traumatisées à vie.

Ce drame laissera forcément des traces et marquera à coup sûr l’histoire. Cette formidable unité démontrée par les français pendant la semaine qui a suivi ces attentats ne restera pas sans lendemain. Nous devrons bien sur continuer d’aller de l’avant, d’avancer sans jamais oublier pour autant.

- La modification de la Constitution française appelée par le président de la République est-elle opportune selon vous ?

Unis derrière le Président de la République, les radicaux de gauche soutiendront les lois et les révisions constitutionnelles annoncées et soutiendront toutes les mesures permettant de défendre la République. François Hollande a fait preuve de clairvoyance et préconisé les bonnes mesures tant en politique intérieure que sur la scène internationale.

Mais les attaques de Paris, leurs causes comme leurs conséquences, posent obligatoirement la question du fonctionnement européen. Outre la solidarité active des 27 autres États dans la riposte militaire menée par la France, il s’agit désormais de constituer une union cohérente, capable d’assurer la sécurité des européens. Surveillance des frontières extérieures, coopération policière, judiciaire, militaire et du renseignement sont autant d’exigences immédiates.

Il faut sans plus tarder entendre les doutes des citoyens face à une Europe jugée trop lointaine et inopérante. Il faut appeler les États à construire un espace de paix et de sécurité. A défaut ils porteront la lourde responsabilité du délitement européen.

- Pourquoi la laïcité que vous défendez est-elle pour vous le seul moyen de contribuer au « vivre ensemble » dans notre société ?

On n’a sans doute jamais autant parlé de la laïcité et pour cause. La laïcité est le principe vertébral de la République et les radicaux de gauche ne transigeront jamais là-dessus ; ils ont à l’égard de la laïcité des devoirs particuliers pour l’avoir inventée.

De tous temps, la laïcité a toujours été bafouée. Et pourtant elle est synonyme de liberté et tient en une règle simple : la loi doit respecter la foi mais la foi ne doit pas dicter la loi. La laïcité n’est pas une pensée de combat anti-religieux comme je l’entends encore trop souvent ; c’est au contraire la garantie de la neutralité publique pour tous les choix de conscience.

Être laïc, c’est rappeler qu’il existe une séparation catégorique entre ce qui relève de la sphère publique et de la sphère privée. La laïcité ce n’est pas la négation de la religion et des cultes, c’est l’acceptation de croire ou de ne pas croire. La laïcité, c’est un facteur d’apaisement et un facteur d’émancipation des individus qui doivent décider librement de leur chemin. C’est par définition, le refus des carcans, de l’enfermement, du prosélytisme, de l’intégrisme. La laïcité, c’est ce principe si simple, si fort si moderne qui nous protège tous et qui contribue au bien "vivre ensemble" dans notre société.

- Des « migrants » sont arrivés en Mayenne au VVF de Sainte-Suzanne, qu’en pensez-vous ?

La commune de Sainte Suzanne va accueillir 17 migrants, ils seront logés temporairement dans un Village vacances. Il s’agit selon mes informations de personnes isolées, en situation difficile à Calais, en situation bloquée et qui veulent demander l’asile en France. Il reviendra toutefois aux autorités de vérifier que leur situation leur permette d’y prétendre.

Le PRG a toujours réclamé des mesures immédiates et d’ampleur pour accueillir ces réfugiés. Il est désormais indispensable de faire preuve de plus d’humanité et d’ouvrir nos portes aux réfugiés. Pour cela l’Europe doit redevenir un espace d’affirmation de valeurs et de droits humains dont le droit d’asile fait pleinement partie.

C’est un défi qui dépasse le cadre national et doit être relevé au niveau européen, solidairement grâce à une politique migratoire commune, supranationale qui puisse avoir les moyens d’organiser l’accueil de ces réfugiés de façon digne et efficace sur l’ensemble du continent. Il est de notre devoir de garantir la possibilité à tous de demander et surtout d’obtenir sous strictes conditions, le droit d’asile sans avoir à risquer sa vie.

- Vous prônez la possibilité d’avoir le droit de mourir dans la dignité avec l’association ADMD que vous présidez en Mayenne, quel regard portez-vous sur les freins et les blocages sociétaux que vous rencontrez ?

Je milite pour le droit de mourir dans la dignité avec l’ADMD et le PRG. Nous souhaitons ouvrir un droit qui permette à chacun de pouvoir décider en toute conscience de sa propre fin de vie lorsque le moment sera venu. Un droit qui ne s’imposera à personne et chacun sera libre d’en user ou pas.

C’était l’engagement 21 du candidat Hollande en 2012, promesse non tenue à ce jour. La loi actuelle ne fonctionne pas, c’est une évidence. Aujourd’hui plus de 90% des français sont favorables à une légalisation d’une aide active à mourir, mais nos parlementaires sont réticents à une forte majorité. Le problème, ils ne tiennent pas compte des volontés de leurs électeurs qu’ils sont censés représenter. D’ailleurs nous devons remarquer qu’un bon nombre de parlementaires socialistes ont bizarrement changé d’avis depuis la campagne présidentielle de 2012.

Dans une République démocratique et laïque comme la notre, nous devons rendre au citoyen sa liberté, du début de sa vie à sa mort, malgré le lobbying outrancier d’ultra-catholiques qui pensent que la vie des hommes appartient à leur Dieu et non pas au citoyen. En face de nous, toujours des voleurs de liberté qui refusent de lâcher leur pouvoir et des idolâtres qui considèrent que notre vie ne nous appartient pas. Alors jusqu’à quand nos élus vont-ils rester sourds à la demande légitime de plus de 90% des français ?

- Est-il possible selon vous d’envisager l’avenir avec optimisme ?

Je veux rester optimiste malgré toutes les difficultés que rencontre notre pays, malgré des craintes d’autant plus vives qu’elles sont nourries par tous les discours populistes, malgré la tentation toujours présente du repli identitaire et égoïste, parce que les français se sont encore largement mobilisés tout récemment dans un grand élan fraternel, solidaire et humaniste.

On se dit qu’elle est belle cette France-là ! Celle qui rejette tout à la fois Daesh ou Boko Haram, mais aussi l’islamophobie, la xénophobie et toutes les formes de haine de l’autre. Disons-le clairement, le monde est plus inquiétant que jamais.

La globalisation de l’économie mondiale nous a en quelque sorte pris par surprise. L’inquiétude que génèrent les bouleversements climatiques va bien au-delà des seules préoccupations écologiques : biodiversité, ressources en eau, inégalités d’accès à l’énergie. Les enjeux vont beaucoup plus loin que la question souvent posée, à savoir quelle planète allons-nous laisser à nos enfants ?

Alors lorsque la France, l’Europe le monde traverse des heures sombres, il convient à mon sens de faire preuve plus que jamais de solidarité, de fraternité, d’humanisme, de tolérance comme nous avons su le faire ces derniers temps afin d’avancer tous ensemble.

Propos recueillis par Thomas H.


Réagir

Michel Neveu (PRG 53) : « il faut une Europe cohérente, capable d’assurer la sécurité des européens »

Publié le: 23 novembre 2015
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-mayenne
Actuel Politique Gauche Libertés
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
A lire également sur votre Journal en ligne
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2018 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS