| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

Condor de Caryl Férey -

Des gamins tombent comme des mouches à Santiago, pourquoi ? Une enquête officielle bâclée laisse dans la bouche un goût d’inachevé, alors débute une enquête officieuse qui déterre d’autres cadavres...

- Critique par Molière M.

« Les gamins de la décharge étaient sans armes, mais une lueur étrange perçait entre leurs paupières cernées de noir. Regarde leurs yeux, Daddy, regarde comment ils ont faim. L’ogre recula mais il était encerclé. Il ne voulait pas comprendre, pas encore. » Condor, commence par une immersion brutale dans les bas-fonds de Santiago, monde crapoteux, ivre de pauvreté, de drogue et de désespoir.

L’action menée tambour battant, nous entraîne jusque dans le désert d’Atacama avec en arrière-plan l’exploitation minière illégale des espaces protégés. On trempe salement dans l’histoire du Chili, où l’ombre de Pinochet persiste comme une larve rêvant, encore et toujours, de dictature, de torture et de meurtres en série. La démocratie naissante a beau se secouer les puces, elle est lestée par ses vieux démons, qui n’envisagent pas de quitter la scène.

Condor, c’est aussi l’histoire d’un amour chaotique et parfois même spirituel entre Gabriela, une jeune vidéaste mapuche porteuse de l’héritage chamanique de son peuple, et Esteban, un avocat issu d’une grande famille à la fortune douteuse, spécialiste des causes indéfendables. Désillusionné par le système politique et ses abus en tout genre, il piétine son statut social avec une rancœur acharnée qui ne manque pas d’humour.

Condor, nous embringue dans une course poursuite à la poésie lugubre, pavoisée de sentiments contradictoires : amour, amitié sans concession et vengeances implacables. Des personnages, forts et dérangeants, surgissent comme Victoria, Stefano, Edwards, Patricio… autant d’histoires individuelles que la grande Histoire télescope et fait pirouetter dans une trame sulfureuse.

Sensibles aux échos du passé, les protagonistes prisonniers de la folie du sol gesticulent, fourbissent leurs armes et livrent au final leur lot de souffrance et de victimes.

Avec ce nouveau thriller, Caryl Férey nous fait voyager, frissonner et un tant soit peu réfléchir. Il cultive une certaine ambiguïté : où finit le documentaire, où commence la fiction ? Cependant, que les amateurs de sensations fortes se rassurent, le suspens cru explose à chaque page par la magie d’un polar habilement mené. A lire sans retenue.

Condor de Caryl Férey


Réagir

Molière a lu pour vous...

Publié le: 23 mars 2016
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-cultures/idées
Justice Libertés Histoire Littérature
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
A lire également sur votre Journal en ligne
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2017 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS