| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

Par Maël Rannou - Bien que responsable d’un parti politique en Mayenne et sachant encore à peu près quoi voter, je ne peux que comprendre que de plus en plus dégoûté du spectacle d’un petit monde politique que rien n’effraie plus que le renouvellement, il y a quelques jours Gildas Charlès expliquait sur leglob-journal son désarroi politique, admettant être perdu.

Mon « vote utile »

Par Maël Rannou

Car en cette époque où un ex-président français - multi-mis en examen (réussissant à réclamer la préemption d’innocence tout en voulant « coffrer  » tous les fichés S) fait une tournée médiatique en virant climato-sceptique après avoir fait le Grenelle de l’environnement ; en cette époque où le président soi-disant socialiste n’en finit plus de faire l’inverse de ses promesses en semblant n’avoir comme priorité que de réaliser des livres-confessions avec des journalistes tandis que quatre de ses ex-ministres (écolos, aile-gauche et aile-libérale) le défient ; bref en cette époque, on a de quoi être un peu sonné.

Un des événements fondateurs de ma conscience politique date de 2002 ; j’étais encore collégien mais le souvenir reste vif. L’accès, avec 17%, du FN au second tour de la Présidentielle avait été un coup de tonnerre. Aujourd’hui, la qualification du parti d’extrême-droite est certaine ; en dessous de 25%, elle serait considérée comme un faible score. La « gauche » est disqualifiée d’office et l’on se demande si François Hollande se représentera pour finir quatrième ou cinquième.

Pour être franc, je m’en fiche un peu ! La candidature Hollande, celle du PS, tout ça ne me concerne plus puisque j’ai un projet à porter au premier tour et que, quelque soit le score écologiste, le représentant de la majorité gouvernementale n’y accédera pas.

On peut hurler, lancer des slogans, des appels à la responsabilité, rien n’indique que voter François Hollande - et consort - seraient productif : non seulement ils n’ont quasi aucune chance de se qualifier, mais en plus les rares sondages qui teste un duel PS/FN indique que c’est le seul cas de figure où la « sinistre fille de son père » peut gagner. Il y a donc un risque absolu à conforter les premiers responsables de cette lourde crise démocratique.

Les écologistes auront un-e candidat-e, et j’espère beaucoup voir Yannick Jadot remporter nos primaires*, et d’ailleurs je vous invite à y participer. Mais sauf révolution relativement inattendue, il ne devrait pas non plus accéder au second tour. Comme aucun des candidats rattachés à l’axe plus-ou-moins gauche de l’échiquier, ce qui indique que le seul vote «  utile  » de premier tour pour quelqu’un s’y situant est de soutenir celui qui portera au plus près ses valeurs pour enclencher le combat d’après.

L’avantage est que toute stratégie de premier tour, en se bouchant le nez pour éviter le pire, est évité ; le désavantage est que le pire est quasi certain. Et que cela est ancré dans la plupart des esprits, on ne s’en offusque même plus, alors que faire ?

Le « vrai premier tour »

Militer, toujours, pour ses convictions, surtout localement, bien sûr. Mais pour la Présidentielle - une escroquerie bien française dont il faudra se débarrasser un jour mais qui est là pour le moment - il faut penser au premier tour. Pas celui de Mai, le vrai, celui qui décidera tout et qui, là, devra enclencher le « vote utile » : celui de la primaire de droite de novembre. Comme beaucoup de gens de gauche ou d’écolos, je me dirige de plus en plus vers une participation.

Oh, je ne militerai pas pour ; je comprends très bien ceux que cela répugne de « filer 4€ pour payer le faste d’escrocs comme Balkany ou Sarkozy  ». Mais je vous avoue qu’en tant que citoyen, je me sens de fait concerné par cette histoire, et que je le veuille ou non.

Je refuse d’être coincé dans un vote Sarkozy/Le Pen, quand le premier tente de doubler la première sur la droite ! Je risque donc d’aller voter, de donner mon obole, de signer une bêtise sur de quelconques valeurs et de faire là mon « vote utile », celui qui élimine, puis de voter pour mes convictions ensuite, au seul moment où je pourrai le faire.

Je n’ai aucune foi en Alain Juppé, l’homme des grèves de 1995 et des emplois fictifs, mais il a purgé sa peine, ne secoue pas le chiffon identitaire et ne remet pas en cause les causes humaines du dérèglement climatique. Désolant que l’on doive s’en réjouir, mais on en est là. Plus que jamais Dutronc pourrait remonter sur scène et entonner « Les gens sont fous, les temps sont flous... ».

*J’explique pourquoi ici, et vous pouvez vous inscrire même sans être adhérent à cette adresse .

Lire aussi :

« les territoires ruraux ne rejettent pas les écologistes ! »


8 commentaires
  • Mon « vote utile », celui qui élimine 4 octobre 2016 14:10, par Julien Dampierre

    Vous vous dites "dégouté du petit monde politique", mais à qui la faute ? Vous ne pensez la politique qu’en terme de postes et d’avantages à préserver ou à obtenir pour les formations que vous soutenez !

    Plutôt qu’évoquer les modèles politiques, il serait plus rationnel de parler tout simplement de la démocratie et de la manière dont elle s’exprime en France, dans le cadre de règles institutionnelles obsolètes. Toutefois cette obsolescence satisfait tout le monde, à commencer par les partis qui ne représentent rien sur le plan électoral, comme les Verts ou DBR, mais qui par des jeux d’alliances opportunes, donnent une image tronquée de la scène politique française, rappelant singulièrement la IV eme République, et au passage s’assurent postes et prébendes aux frais de la république !

    Sinon comment comprendre que EELV qui compte 5000 adhérents et pèse 2,12 % aux Présidentielles de 2012 et 3,83 % aux régionales de 2015 ait eu des ministres même si tous ne sont pas restés au gouvernement et puisse avoir 10 députés ?

    Dans le même temps, le FN qui pèse 27,73 % aux régionales de 2015 et est donné en tête avec 28 à 30 % aux prochaines Présidentielles n’a que 2 députés. Par ailleurs que penser en terme de démocratie du spectacle donné par les représentants du PS et LR dans le jeu de report de voix des dernières régionales ? Alors bien sûr, pour des raisons partisanes on peut trouver cela parfait, mais dans ce cas, de grâce, arrêtez de donner des leçons de morale, de pontifier sur la démocratie et d’invoquer en permanence les "valeurs républicaines " !

    Les états d’âme que vous exprimez m’attristent car j’ai vraiment la sensation que vous ne voyez pas les problèmes auxquels notre pays va devoir faire face très bientôt et qui seront la conséquence de votre dogmatisme !

    Répondre

    • Mon « vote utile », celui qui élimine 4 octobre 2016 18:49, par leglob-journal.fr

      Attention aux amalgames, et aux raccourcis rhétoriques.

      Les scores auxquels vous faites allusion - obtenus aux élections présidentielles et régionales et qui n’ont rien à voir avec les législatives - ne se traduisent pas arithmétiquement par l’obtention de sièges à l’Assemblée Nationale.

      Répondre

      • Mon « vote utile », celui qui élimine 26 octobre 2016 16:22, par de passage

        oui, les amalgames et raccourcis permettent tout...Comme l’auteur du commentaire, je suis opposé au système électoral en vigueur, mais cela ne permet pas de dire n’importe quoi. Revenons sur quelques chiffres réels :

        Il y a 577 députés en France. Une élection à la proportionnelle permettrait donc à un courant politique qui ferait 2 % d’avoir plus de 10 députés, Concrètement, les actuels élus écolos ne représentent ainsi même pas le score obtenu par EELV aux législatives en 2012 (5,46 %)...

        Quant aux régionales, en 2015, les écologistes en Pays de la Loire ont obtenu 7,82% des voix au 1er tour, après un accord avec les socialistes (qui, au passage, prévoyait une étude indépendante sur la possibilité, ou non, de l’optimisation de l’aéroport de Nantes-Atlantique), ils ont 6 sièges. Le Front National a obtenu,lui, 19,74 % et 13 sièges. C’est assez cohérent, non ?

        Répondre

  • Mon « vote utile », celui qui élimine 21 septembre 2016 15:02, par marrie de Laval

    "la Présidentielle - une escroquerie bien française dont il faudra se débarrasser un jour" C’est un peu court ! Pourriez-vous développer s’il vous plait ? Merci.

    Répondre

    • Mon « vote utile », celui qui élimine 21 septembre 2016 16:50, par Mael R

      C’est un peu court car ce n’était pas le sujet de l’article mais en gros l’hyperprésidentialisation, spécialité française, est à mes yeux ce qui pourrie profondément la vie politique. Notamment en donnant les quasi tout pouvoir à une personne (quand ce n’est pas une cohabitation, chose quasi impossible avec le quinquennat) avec un Parlement atone et sans utilité réelle. Je défends un régime profondément parlementaire, dans lequel le président serait déconnecté des affaires courante, le système Allemand, à ce titre, me plaît beaucoup. En France tout tourne autour d’une figure, d’un rôle, d’une personne, le monarque électif, irrévocable et au dessus des lois, avec par ailleurs un système électoral poussant aux postures et refusant toute idée de coalition.

      Mais en mieux dit et plus clair https://reporterre.net/La-peste-soi...

      Répondre

      • Mon « vote utile », celui qui élimine 3 octobre 2016 22:00, par marcori

        Juste pour être bien d’accord, en France, le pouvoir exécutif est bien bicéphale : Il est partagé entre le président de la république et le gouvernement, accessoirement représenté par le premier ministre. C’est donc le même modèle que bon nombre d’états Européens.

        Pourquoi indiquer alors que seul le président a tout le pouvoir ?

        Déjà, en France, il y a trois pouvoirs bien distincts :

        * Le pouvoir législatif

        * Le pouvoir exécutif

        * Le pouvoir judiciaire

        Notre république fonctionnerait correctement si on appliquait ce pour quoi elle est prévue. Les présidents français qui ont le rêve américain ne peuvent pas appliquer leur régime démocratique. Là bas, c’est le président qui détient à lui seul le pouvoir exécutif. Pas chez nous (dieu merci !).

        C’est à nos élus et nos hauts fonctionnaires de veiller à ce que le fonctionnement de notre régime républicain soit bien respecté.

        Dans un autre contexte, avec une plus petite échelle que celle de la nation, on entendrait "C’est le préfet qui décide" :)

        Répondre

      • Mon « vote utile », celui qui élimine 25 septembre 2016 17:56, par marrie de Laval

        Ah ! Le parlementarisme !

        Parlez-en aux aînés, ils auront moultes anecdotes sur la IIIe et la IVé République qui pourraient vous faire dresser les cheveux sur la tête ! A leurs yeux, le sauveur s’est appelé "Le Général" par ce que pour eux, il faut avant tout un "chef" avec une vision ...

        Et c’est là que le noeud du problème apparait :
        - faut-il avoir un parlement qui négocie en hémicycle des propositions de lois (oui, parce qu’arrivé à ce point, pourquoi encore s’encombrer d’un gouvernement et de projets de lois ...) au point de tout bloquer faute de consensus ou de compromis ?
        - a moins qu’il soit préférable d’avoir un groupe qui tiennent les ministères, l’hémicycle (vote sans proportionnelle) mais dispose d’un temps court pour mettre en place des dispositions élaborées en "cabinet fantôme" durant un temps où il est dans l’opposition ?
        - à moins de porter des élus en hémicycle et à la présidence issus de la diversité socio-économique, dans un renouvellement des têtes assez rafraichissant ?

        Et cessez de glorifier le modèle Allemand ! Créer donc celui qui est vraiment adapté au pays, son histoire et ses populations ! Les Allemands sont vieux, recroquevillé sur un schéma social inégalitaire et pourrissent la vie à de trop nombreux européens (pensez aux grecs qui ont beaucoup de défauts mais qui ont été encouragés par des banques US indélicates et des prêteurs germaniques peu regardant) ...

        Germanophobisme assumé mais présenté de façon caricaturale pour mieux se faire comprendre !

        Répondre

        • Mon « vote utile », celui qui élimine 27 septembre 2016 13:39, par Mael R.

          Méfions nous des idées reçues,

          1/ Je ne défends pas le "modèle allemand", notamment en terme économique, mais clairement en terme démocratique et également tout ce qui touche à l’éthique et corruption. Mais le modèle scandinave est bien aussi, ce qui est certain est que le système non-proportionnel est une violence démocratique et que le "sauveur suprême" est une absurdité toute française qui ne fait pas de bien. Je suis décentralisateur et pro-parlementariste en effet. Le contexte du général est un contexte post-guerre mondiale très particulier, il avait cette aura, on est loin de ça désormais. La plupart des pays du monde ont une présidence bien moins puissante et s’en sortent bien, et je ne vois ps bien le problème au blocage institutionnel sans majorité : quand le peuple de donne pas de majorité il est logique qu’il n’y en ai pas, aux politiques d’avoir une offre attrayante ou de faire des compromis.

          2/ Quand aux aînés oui ils diront sur la IVe et la IIIe, cette République si instable qu’elle a durée plus longtemps que l’actuelle, c’est le plus long temps de République connu par la France et il a survécu à deux grandes guerres avant de s’effondrer en 40. On peut dire des choses, et je suis loin d’être un admirateur de la IIIe (parlementaire, mais non proportionnelle), mais elle était tout sauf instable et je n’y vois rien de particulièrement moins enviable que la post-démocratie actuelle ou toute représentation est dévitalisée.

          Répondre

Réagir

Mon « vote utile », celui qui élimine

Publié le: 19 septembre 2016
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-cultures/idées
Politique Gauche Droite Elections Front national
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
Vous aimerez lire aussi sur leglob-journal
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2018 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS