| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

J’aime la musique. Je la pratique aussi. J’en écoute beaucoup. 

Dans cette nouvelle rubrique, je parlerai de la musique que j’écoute. Et en toute simplicité, je n’ai pas la prétention d’être une spécialiste qui connaît l’histoire de la musique ou des groupes sur le bout des doigts. Et les goûts et les couleurs, cela reste très subjectif.

- Par Julie Vandard

S’il y a beaucoup de CDs dans ma discothèque, il y a aussi beaucoup -voire plus - de vinyles, et cette rubrique leur est consacrée. Ici on parlera platines, vieilleries indémodables et nouveautés réjouissantes, pochettes et crépitements sous le saphir. 

La première question à laquelle je dois répondre c’est pourquoi le vinyle ? Parce que c’est « tendance » ? Non. Tout simplement parce que quand j’étais jeune (dans les années quatre-vingt à quatre-vingt-dix), on achetait les singles en 45 tours, on hésitait entre un album en vinyles ou en cassette et le CD commençait à faire son apparition. Puis les vinyles ont peu à peu disparu du paysage. Mais j’ai continué à en acheter. 

De plus, j’affectionne, entre autres, des groupes qui ont eu leur apogée dans les sixties ou les seventies, et qu’à cette époque, le streaming n’existait pas. 

’aime les vinyles pour plusieurs raisons : pour la musique évidemment, pour l’objet, pour la pochette, pour la durée de vie dans le temps. Mais surtout parce que l’objet a une âme, une histoire. Le CD est protégé dans sa boîte, le vinyle, lui, n’a pas toujours eu une pochette plastique pour le protéger. Les coins sont usés, quelques morceaux peuvent être un peu déchirés, la pochette décollée dans le pire des cas, mais ces traces laissées sur le carton de la pochette sont le témoin de son histoire. 

Certains disques ont le nom de leur ancien propriétaire écrit sur la pochette. Mon père faisait cela aussi sur ses 45 T.

Je pense que c’était tout simplement pour « marquer » ses affaires, mais ce nom gravé à l’encre bleue dans un coin sur le carton témoigne aussi d’une époque. Ces écrits laissent une trace dans l’histoire du disque, qui sera passé de mains en mains et de générations en générations, sans pour autant rester dans la famille. Je remercie même les propriétaires d’avoir un jour acheté tel ou tel album, et aussi de s’en être séparé parce que je peux l’acquérir aujourd’hui.

Dans cette rubrique, il y aura du rock, du groove, des souvenirs, des pochettes, des nouveautés, des vieilleries musicales et une constante : l’amour de la musique.


Réagir

Nouvelle rubrique : 33 tours de plaisir

Publié le: 22 mars 2017
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-cultures/idées
Actuel Cultures Musique(s)
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
A lire également sur votre Journal en ligne
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2017 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS