| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

Il y a 8 mois, au Canada Justin Trudeau (à prononcer à la française, contrairement à son compatriote Justin Bieber), a remporté les élections fédérales. Depuis, ses interventions les plus remarquées à l’international se résument à des photos avec des pandas ou bien des accolades avec Barack Obama. Il faut dire que cet ancien professeur de français, boxeur amateur et surtout fils de Pierre-Éliot Trudeau, plusieurs fois Premier ministre, surfe sur une vague médiatique qui le propulse comme la personnalité politique préférée des Canadiens. Au delà de la communication abondante, Justin Trudeau a-t-il apporté un « réel changement » dans le pays, comme le mentionnait son slogan de campagne ? Retour sur ses premiers mois de mandat.

- Par Fabien Blanchard

Obama et Trudeau Cookies - Byward Market à Ottawa

Fort de sa majorité absolue à la chambre des communes (l’assemblée nationale du Canada), le Parti Libéral mène les débats d’une main de fer, face à une opposition qui est en pleine réorganisation. Stephen Harper, Premier ministre pendant dix ans a démissionné de la tête du parti conservateur et Thomas Muclair, du Nouveau Parti Démocrate (NPD) a été évincé par ses propres militants lors d’un congrès extraordinaire.

L’épisode du « Coudegate » (Elbowgate en anglais) est révélateur des relations « musclées  » entre les différents partis dans la Chambre. Lors d’un vote parlementaire, Justin Trudeau, qui trouvait que l’opposition mettait trop de temps à regagner ses rangs, s’est levé brusquement et a été cherché par la manche un député conservateur. Dans la bousculade une députée du NPD a reçu un coup de coude du Premier ministre, qui a du s’excuser publiquement pour son comportement.

Pragmatisme géo-politique

Sur le plan international, la place du Canada au sein des grandes puissances évolue. Le pays est candidat à un siège permanent au sein du conseil de sécurité de l’ONU en 2021 et vise, dès 2017, un siège à la commission de la condition des femmes, thème cher au premier ministre qui se déclare féministe.

Justin Trudeau a retiré ses avions de la lutte contre le terrorisme en interrompant les bombardements des positions de l’État Islamique et il a engagé plus de militaires sur le terrain pour intensifier les missions humanitaires. En revanche, il lui est plus compliqué de proposer une ligne différente de ses alliés. Un avion de renseignement et un autre de ravitaillement sont restés sur place pour aider la force de coalition et les bombardements qui vont avec.

Dans le domaine militaire encore, le gouvernement canadien défend en ce moment au parlement un contrat controversé de vente de véhicules blindés à l’Arabie Saoudite, soupçonnée d’utiliser ce type d’armes contre sa propre population.

Avancées sociétales

C’est au niveau sociétal que les changements sont les plus prégnants. Le Canada a accueilli plus de 25 000 réfugiés sur son territoire depuis octobre ; un projet de loi sur la fin de vie est en cours d’élaboration à Ottawa ; les droits des LBGT sont renforcés, et Justin Trudeau est le premier chef d’État du pays a participé à la Gay Pride de Toronto et Ottawa qui promeut l’égalité femme-homme avec pour la première fois un gouvernement paritaire. Quant à la légalisation du cannabis elle devrait être actée au cours de l’année 2017.

Ottawa a également lancé un grand chantier pour le renforcement des conditions de vie des autochtones victimes d’une grande misère sociale, économique et environnementale.

Le Parlement du Canada - Ottawa

Justin Trudeau propose également des réformes institutionnelles afin de renouveler certaines pratiques politiques. Le premier ministre souhaite modifier les règles de nomination au Sénat et un comité parlementaire va plancher sur le mode scrutin contesté du pays. Actuellement lors des élections fédérales, les députés sont élus si ils sont arrivés en tête à l’issue d’un seul tour de scrutin. Un nombre important de députés sont élus sans la majorité des voix, ce qui crée une distorsion et une disparité par rapport à la représentation parlementaire.

e domaine où les réformes se font le plus attendre reste l’économie. Le premier budget fédéral accentue le déficit du Canada pour accroitre les investissements dans les infrastructures du pays, comme dans les transports. Cependant, Justin Trudeau fait face à ses contradictions en matière de lutte contre le réchauffement climatique. Son discours de réduction des émissions de méthane se heurte aux velléités des industries extractrices de matières premières dans le grand-nord (pétrole, gaz de schiste) qui créent de nombreux emplois et rapportent d’importantes sommes d’argent.

Justin Trudeau s’est même prononcé pour la construction d’un oléoduc qui traverserait le pays d’Ouest en Est, alors même que les conséquences environnementales et sociales du projet sont sous-évaluées selon des associations de défense de l’environnement et des collectifs de citoyen. Le projet qui traversera des forêts, des zones humides et le fleuve Saint-Laurent menace la consommation d’eau potable et l’écosystème tout entier en cas d’incident ; c’est pourquoi, au Québec, la plupart des maires et députés de tous partis s’opposent au pipeline.

Comme bon nombre de personnalités politiques qui proposent du changement lors de leur campagne électorale, une fois aux responsabilités, les modifications sociétales sont les plus faciles à mettre en place. Les réformes plus profondes demandent du temps et une volonté politique de rompre avec les anciennes pratiques, quitte à se fâcher avec ses alliés ou les grandes firmes du pays.

En attendant, Justin Trudeau s’affiche partout, à l’aide de grand coup médiatique, jusque sur des cookies. Pour occulter ses déboires, Justin Trudeau semble emprunter le même chemin médiatique que son voisin Barack Obama. Reste à savoir si il ne va pas se faire croquer à son propre jeu.

Photos Fabien Blanchard (c) leglob-journal

Fabien Blanchard rentre du Canada où il a étudié. Produit du terroir comme il se définit lui même, il entre cette année à Sciences Po Toulouse - responsable du Mouvement des Jeunes socialistes 53


Réagir

Par Fabien Blanchard - leglob-journal autour du monde : un people à la tête de l’État ?

Publié le: 1er juillet 2016
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-société
Actuel Regard International
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
A lire également sur votre Journal en ligne
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2017 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS