| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

Six mois après l’élection du Président Macron, leglob-journal a repris contact avec Farid, cet ouvrier lavallois qui préférait, lui, le terme de « salarié ». Farid avait bien voulu au plus profond de la campagne électorale dire ce qu’il attendait de ce grand moment démocratique que constitue l’élection présidentielle. Avec le recul, voici son analyse sur leglob-journal.

Par Farid

Saoulés par une campagne médiatico/politique d’une rare indécence au printemps et une période estivale agitée, le réveil est difficile pour beaucoup. Salariés avec ou sans emploi, retraité, profession libérale ou pas, fonctionnaire ou pas, tous se rappellent qu’ils avaient oublié de lire attentivement les programmes automnales des candidats.

La rentrée de septembre sur fond de division syndicale a fait disparaître les derniers espoirs, et là, la « gueule de bois  » est bien réelle. Moi, de « gueule de bois », je n’en ai pas. Certes comme une majorité de citoyen, j’ai voté en mon « âme et conscience » pour, au second tour, éviter le pire de l’extrémisme. Je ne regrette rien, car je vis bien dans la réalité du monde qui m’entoure et je tente à mon niveau d’effacer les inégalités qui me semblent les plus grandes.

Aujourd’hui, ma crainte de l’époque est confirmée : la publication du 1er étage des réformes sociales macronistes par des « ordonnances sur le code du travail » sont, belles et bien déséquilibrées au profit des plus forts, voir des nantis. Et encore, cela aurait pu être pire ! C’est la stratégie du gouvernement qui l’a emporté, « diviser pour imposer ».

Je n’ose imaginer ce qu’aurait été le texte d’une réforme du code du travail, vu par des libéraux à la solde du Medef, si certains partenaires sociaux n’avaient pas « joué à fond » le jeu de la concertation, contrairement à d’autres qui sont restés dans le syndicalisme d’hier, celui de la contestation idéologique et stérile en croyant encore au pouvoir de la rue, lorsque alors que nous sommes divisés.

Non, je ne suis pas « Macron compatible » avec la ligne politique qu’il mène et ne le serais sans doute pas sur les dossiers à venir (assurance chômage, retraite, logement, formation). Et si le gouvernement persiste dans ce choix, j’y vois même un risque de radicalisation qui serait néfaste pour nos entreprises.

Le gouvernement nous a réveillé

Le gouvernement vient de « rater » le 1er tournant dans l’ensemble des réformes dont notre pays a besoin, pour que celui-ci soit enfin celui des relations sociales matures, des actes politiques responsables et d’un engagement démocratique respecté.

Cependant, à défaut de soutenir cette réforme, j’y vois comme un espoir, comme une étincelle, comme un vivier d’un nouvel élan de solidarité, voire d’unité, entre ceux qui souffrent et ceux qui se croyaient protégés par le code du travail. Nous voilà maintenant logés à la même enseigne de la précarité ! Ce réveil est difficile mais, ô combien salutaire !

Saurons-nous éteindre nos égos pour faire entendre que l’entreprise comme la collectivité est un bien commun, un lieu de création collectif qui implique un partage des pouvoirs et des richesses ; certes parfois dans la confrontation mais surtout et toujours dans la recherche du compromis pour le bien de chacun.

Serons-nous conjuguer le verbe « être solidaires » au présent et au futur, pour protéger les plus faibles et par conséquence nous protéger ? Si rapidement ce n’est pas le cas, nous finirons comme certains, éclatés, sans ressource, et sans avenir commun. Et dans ce cas, le plus dur, pour les plus fragiles, est à venir. 


Réagir

Par Farid - « Il y a un risque de radicalisation néfaste pour nos entreprises »

Publié le: 17 octobre 2017
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-société
Disparités Politique Tribune Libre
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
A lire également sur votre Journal en ligne
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2017 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS