| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

Jusqu’à la fin du mois d’octobre 2016, l’Espace Scomam à Laval accueille une exposition de peinture qui ne laisse pas indifférent. Des œuvres signées de l’artiste Michel Maurice, professeur de dessin à l’école d’Art de la Perrine à Laval. Le thème des peintures exposées évoque le flux migratoire forcé qui est devenu éminemment d’actualité et ce que Michel Maurice appelle Les exils.

- Par Marrie de Laval

es œuvres exposées ce sont à la fois des dessins, et ce qu’on pourrait appeler de prime abord des toiles. Pour ces dernières, elle sont visibles en fait sous la forme d’épaisses couches de peinture travaillées au couteau sur contreplaqué et châssis. Elles ont vu le jour sur une courte période, 2008-2011 selon Michel Maurice l’auteur de ce « cycle d’œuvres » qui présentent une palette froide et constante de blanc, d’ocre, de rouge, de verts, de bleus, de gris, et de noir avec des incrustations d’herbe. Le sombre semble dominer, sans doute volontairement.

Ces peintures représentent à l’envie des barques, des esquifs. Trop souvent vides, parfois échoués, parfois tirés sur une plage. C’était, à l’époque, une façon pour Michel Maurice d’essayer de comprendre le drame des réfugiés appelés « migrants » traversant la méditerranée dans une parfaite indifférence.

L’absence de chaleur dans la palette chromatique renvoie à la tragédie de l’exil, le manque de personnages pourrait suggérer les pertes humaines tout au long du périple ou l’indifférence au sort des migrants.

Ce « cycle d’œuvres » comme l’appelle l’artiste, mérite d’être visité, accompagné par l’un des comédiens de la troupe du Théâtre du Tiroir dont certains sont des migrants justement. Le discours devient ainsi plus fort avec ceux qui interprètent, avec un certain succès, la pièce de théâtre d’Eschyle, Les suppliantes, ces filles de Danaos fuyant le mariage forcé.

l’occasion du vernissage de cette exposition, Didier Pillon l’adjoint au maire de Laval en charge de la culture a reconnu que ces drames ne pouvaient pas laisser indifférent, qu’il était bon de savoir s’émouvoir, bref, un discours consensuel.

Il s’est ensuite agi pour lui de rappeler la politique culturelle de la ville. Dans son discours on a appris que la municipalité veut soutenir les artistes en couvrant la ville de salles d’expositions et de lieux pour les associations artistiques. C’est ainsi que, si le plan de financement parvient à être bouclé, la Scomam devrait se transformer en 2017 en lieu d’exposition et abriter aussi des ateliers de l’école de dessin et des associations, telles que celles enseignant le tissage et l’atelier de sculpture en résidence temporaire sur Saint-Berthevin.

Parce que, selon Didier Pillon, « pour avoir une offre culturelle, encore faut-il avoir des artistes  », ajoutant que cette exposition en «  association artistique » entre les peintures et les comédiens du Théâtre du Tiroir est une formidable occasion de rappeler que «  la culture et la justice sont les deux piliers de la Démocratie  ».

Il est vrai qu’en termes de « justice », la municipalité s’y connaît, car depuis septembre 2015, les professeurs d’arts appliqués (tissage, émaux) ne sont plus reconduits dans leurs CDD successifs. La municipalité les a enjoint d’exercer sous forme associative contre promesses d’obtention d’une salle et la perception de subvention ; cela avait suffisamment défrayé la chronique à l’époque et se règle justement devant le Tribunal administratif.

Alors, reste à savoir s’il est pertinent d’offrir des salles d’exposition à des artistes, s’il n’est plus possible de former un public pour les fréquenter et d’apprécier ainsi le travail présenté. La tragédie des uns éclaire le malheur des autres, parfois aussi beaucoup plus proche de nous mais tout autant invisible.

Photos (c) Marrie de Laval - leglob-journal


Réagir

Par Marrie de Laval - Exils et Suppliantes à Laval

Publié le: 15 octobre 2016
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-cultures/idées
Laval Politique Etrangers Peinture Critique
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
A lire également sur votre Journal en ligne
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2017 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS