| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

Extrait d'un dessin de Pessin Des allures d’« audience solennelle de rentrée » au tribunal correctionnel de Laval, ce vendredi 2 septembre, avec presque tout les représentants du monde politico-judiciaire de la Mayenne. L’occasion d’introniser officiellement 3 nouveaux magistrats fraîchement arrivés dans le département. C’est assez rare. C’est aussi le moment où le représentant du parquet et celui du siège font des “confidences” officielles. Relecture des discours de chacun.

- Par Thomas H.

Installer par exemple un magistrat qui aura la charge notamment du service de l’exécution des peines, c’est bien-sûr l’occasion pour Guirec Le Bras, le procureur de la République de parler de «  la maison d’arrêt [qui] héberge plus de 100 détenus pour 58 places, cet élément démontre la nécessité de bénéficier localement d’un tel établissement, mais il témoigne aussi de son dimensionnement peu adapté au regard des contraintes locales (...) » Pas plus de commentaire de la part de Guirec le Bras qui profite du temps de parole qui lui est confié pour attirer tout de même l’attention sur la surpopulation carcérale.

Cette audience d’installation, c’est aussi le moyen pour le procureur de la République de pointer un déséquilibre et de le regretter. Celui des effectifs des magistrats du siège qualifié d’« au complet  » quand ceux du parquet ne le sont pas. Le Président du tribunal, pour sa part devait remarquer dans son discours - sous la forme d’une boutade - que le « parquet en un instant partant de un va tripler son effectif  ». Entre les deux corps de magistrats, ceux qui requièrent et sont debout (le parquet) et ceux qui donnent la peine et sont assis (le siège), il y a toujours eu comme une distance de bon aloi.

Le magistrat en chef du parquet a aussi soulevé «  l’absence de perspective certaine » concernant son service malgré les demandes de comblement de postes effectuées par le parquet général auprès de la Chancellerie - il a d’ailleurs remercié la magistrate présente. Pour Guirec Le Bras « agir à 3 dans une équipe resserrée au cours des mois à venir et malgré le soutien ponctuels de magistrats placés  » des magistrats venus donner un coup de main, c’est « faire face à 3 ce qui doit l’être à quatre et c’est difficile (...) » a plaidé le procureur de la République.

Des remarques qui comptent et qui glissent dans l’univers feutré de la magistrature qui a pour habitude de dire les choses à mots couverts ; des remarques qui interviennent aussi dans un contexte particulier. Avec la « menace terroriste (...) réelle et ses répercussions au niveau local, le parquet doit faire face à ce surcroît de vigilance et d’activité que la gravité de la situation appelle  (…) souligne le magistrat et le traitement d’affaires récentes, en lien avec des phénomènes de radicalisation plus ou moins inquiétants, ont du être traitées avec célérité.  »

Même si « permanences et audiences (...) peuvent revenir à notre goût trop souvent  », juge-t-il, il convient toutefois de positiver selon le procureur Le Bras qui a cité le philosophe Alain : « le pessimisme est d’humeur et l’optimisme de volonté  » et reprenant cet autre philosophe Karl Popper, d’ajouter « qu’être optimiste est un devoir moral  ».

es trois magistrats installés sont issus de parcours différents, analyse Philippe Mury le président du tribunal qui parle pour ce faire de « diversité  », même si aucun n’est issu de ce qu’on appelle les "minorités visibles". Il s’agit d’un ancien notaire, d’un juriste, et d’un ex-inspecteur des douanes.

«  La magistrature n’est donc pas ce corps monolithique, ajoute-t-il composé de jeunes magistrats qui après un parcours scolaire d’excellence entrent sur concours à l’école nationale de la magistrature et auxquels on reproche de façon très excessive une méconnaissance de la vie, ce qui les conduirait à l’isolement et même parfois à l’arrogance, en rendant des décisions abstraites et donc déconnectées de la réalité, cette réalité que l’on dénomme la “vraie vie”  ». Qu’on se le dise !

Rejoignant le parquet, l’un des magistrats par exemple a mené une carrière depuis 1994 dans le privé. « Passant de la grande distribution (Les Comptoirs Modernes – groupe Carrefour), par la direction juridique d’Europcar France, avant d’être à la tête du service juridique du groupe Beaumanoir qui se consacre à la distribution du prêt à porter » détaille le premier magistrat du siège. « Vous savez ce qu’est l’activité économique et le souci de rentabilité d’une entreprise  » et donc la nouvelle affectation pourra sans doute en profiter, souhaite-t-il.

Des magistrats arrivant à Laval qui, à en croire Philippe Mury le président du tribunal, vont exercer «  le plus beau métier du monde  ». Ajoutant comme « vous aimez la théorie juridique vous serez comblé (…) prévient-il et en même temps contrairement à l’universitaire nous ne dissertons pas dans l’abstrait ; le raisonnement juridique doit conduire à une solution logique, limpide, cohérente, équilibrée en d’autres termes rassurante (…)

Lyrique, il a ajouté : là où règne la confusion » il faudra faire « éclater l’évidence qui doit si possible, entraîner l’adhésion. » En attendant la séance est levée ; et comme des verres avaient été dressés sur une table dans la salle des pas perdus, ils étaient accompagnés d’« amuse-gueules ».

Lire aussi d’autres articles en cliquant sur le mot Justice


Réagir

Parquet et siège : la Justice fait ses comptes en public

Publié le: 3 septembre 2016
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-mayenne
Disparités Juges Justice Politique
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
A lire également sur votre Journal en ligne
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2017 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS