Penser la guerre : panser la paix

7 milliards contre 31,5. Le projet de budget de la Défense 2012 a été voté par les députés. C’est le 3ème poste budgétaire français, d’un montant de 31,5 milliards d’euros pensions comprises. A titre de comparaison, même si cela ne vaut pas franchement raison, la Justice fait figure de poids plume avec un peu plus de 7 milliards seulement consacrés à ce ministère pourtant lui aussi régalien.

Par leglob-journal


Le projet de budget, globalement stable, mais légèrement amputé de 167 millions d’euros, a été voté par la majorité gouvernementale et selon le Mouvement de la Paix qui parle de « détournement de fonds », il « prépare les guerres de demain et alourdit la dette publique ».

« Maudite soit la guerre! » peut-on lire sur le monument aux Morts dans cette commune du centre de la France

Alors que le gouvernement français est à la recherche de 8 milliards d’économie, le budget de la Défense est beaucoup moins marqué par les restrictions que dans d’autres pays comparables en Europe, comme l’Allemagne et la Grande-Bretagne.

Il est vrai que le secteur de la Défense concerne la bagatelle de 5.000 entreprises en France et génère directement 250.000 emplois. Indirectement environ un million.

Les réductions de crédits annoncées portent notamment sur le programme appelé « équipement de forces » pour 102,3 millions d’euros. Pour le ministre de la Défense, il s’agit d’un
« ajustement » du budget, qui ne constitue « pas une rupture avec la loi de préparation militaire ».

 

Le coût total des Opérations extérieures des armées, baptisées Opex, sur le terrain de l’Afghanistan, en Libye, en Côte d’Ivoire, etc. s’élève pour 2011 à environ 1,2 milliard d’euros.
330 à 350 millions, de « coût direct » pour les opérations en Libye ; 630 millions seulement avaient été inscrits dans la loi de finances initiale.

Dispendieux, dépensif

Pendant l’offensive de l’Otan, et sous sa bannière, de Mars à fin octobre, 4.200 militaires français ont participé aux opérations en Libye. Plus de 40 avions, une vingtaine d’hélicoptères et une dizaine de bâtiments de combats ont également été mobilisés.

Les avions français selon ce premier bilan ont procédé à 5.600 sorties, dont 3.100 dites « offensives », soit au total 27.000 heures de vol, et un millier d’objectifs militaires des forces du colonel Kadhafi détruits selon l’état-major des Armées françaises.

2012, le retrait

Cette année devrait en outre être marquée par les « premiers allègements de charges », c’est comme cela qu’il faut sans doute dire, liés au début de retrait des forces françaises d’Afghanistan. Les soldats engagés devraient passer de 3.800 actuellement à 3.000 en fin d’années. Avec un passif de 24 soldats morts en l’espace d’un an.

Un député socialiste a regretté « le trop lent retrait de nos troupes. Les coûts financiers, un demi milliard d’euros en moyenne par an, sont aujourd’hui des coûts en pure perte » a-t-il souligné, alors qu’un député communiste a réclamé un « retour immédiat » des soldats français d’Afghanistan.

Laisser un commentaire