| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

Quelques semaines environ après la découverte de traces de Pyralènes dans du lait, c’est à présent au tour de la viande d’être contaminée. Des traces ont été détectées dans de la matière grasse sur des veaux dans 2 élevages situés à proximité de l’usine de Grez-en-Bouère. Des traces en Mayenne de polychlorobiphényles (PCB) décelées dans des échantillons de lait et de viande.

- Par leglob-journal

Du lait issu d’exploitations agricoles situées pas très loin de la société spécialisée dans le traitement et l’élimination de ces déchets dangereux. Aprochim, c’est son nom, est une filiale du groupe Chimirec qui est implantée dans le département et qui s’est fait une spécialisée dans la collecte et le retraitement de déchets industriels contenant des PCB.

« Cancérogènes probables » - Le PCB c’est un produit qui a été longtemps utilisé comme isolant dans les transformateurs électriques. Il est à présent interdit.

Selon l’information de l’Association Santé Environnement France, les services de l’Etat ont identifié des traces de PCB après examens dans tous les échantillons de lait issu du voisinage, confirmant les résultats précédents.

Parmi ces échantillons, un présentait un taux supérieur (6,41 picogrmmes par gramme de Matière Grasse) à la valeur limite fixée par l’Union Européenne (6 pg/g MG) a indiqué l’ASEP officiellement. La livraison du lait a bien-sur été suspendue par précaution.

L’ASEP rappelle que les PCB sont des substances toxiques persistantes et bio-acumulables. Elles sont classées cancérogènes probables pour l’Homme par le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC).

Representations symboliques des effets à long terme des PCB plantées devant le siège de l'usine incriminée

Dans un rayon de 3 kms - Les PCB sont plus connus sous le nom de Pyralènes et sont suspectés d’être des perturbateurs du système endocrinien responsables de troubles du développement et de la reproduction. Ingérés de façon régulière disent les spécialistes et sur une longue durée, ils peuvent provoquer des problèmes de fertilité, de croissance ou des cancers.

Onze autres exploitations, situées dans un rayon de trois kilomètres autour de l’établissement de Grez-en-Bouère, avaient également fait l’objet de contrôles, après la communication aux services de l’État en début d’année d’une étude sur l’impact environnemental de l’usine Aprochim.

Trois d’entre elles ont affiché des taux « légèrement supérieurs » aux normes autorisées, mais elles n’ont pas fait l’objet de restrictions.

Une pollution insidieuse - Interdits, les PCB ne cessent pourtant de contaminer les cours d’eau en France, et désormais « tous les bassins sont plus ou moins touchés » par des arrêtés réglementant la consommation de poissons, selon l’association écologiste Robin des Bois.

Le Rhône, fleuve majestueux est pollué et ses eaux se déversent en Camargue avec des alluvions dangereux pour tout l’éco-système.

« On va vers une catastrophe sanitaire lente et la réponse des autorités à cet empoisonnement n’est pas à la hauteur, » estime l’association qui a publié la 5e édition de son atlas des sites pollués aux polychlorobiphényles (PCB).

C’est une pollution « insidieuse . Cette molécule est particulièrement résistante et le dommage n’a pas l’impact psychologique d’une catastrophe soudaine comme le déversement massif de boue rouge ou la rupture d’un barrage », explique Robin des Bois.

Disent des agriculteurs et des associations de défense...

Dans les nappes phréatiques - Bien que complètement interdits à la vente depuis 1987, les PCB continuent d’être « dispersés ». Un phénomène en partie attribuable aux inondations, mais aussi au « mauvais repérage des transformateurs électriques contenant des PCB et qui continuent à fuir  ».

De fait comme beaucoup d’usines qui ferment sont abandonnées avec des transformateurs électriques au PCB à l’intérieur, ces sites sont très souvent vandalisés et le liquide est alors répandu et pénètre les sols.

Aprochim intervient justement pour dépolluer et décontaminer les anciennes installations vétustes comme les transformateurs. Son usine moderne en Mayenne, s’est récemment doté de structures aux normes qui ont été inaugurées en grande pompe. Même si ce n’est pas sans danger pour ceux qui y travaillent.

De manière générale, « il faut un traitement beaucoup plus énergique pour dépolluer les sites terrestres et ainsi freiner le transfert des PCB vers les cours d’eau  » préconise l’association Robin des Bois.

L’année prochaine, le ministères de la Santé et de l’Écologie devraient lancer conjointement une étude sur un échantillon de 5.000 personnes entre 6 et 75 ans pour évaluer justement leur taux d’imprégnation aux métaux lourds, aux dioxines, aux pesticides notamment, mais aussi aux PCB.


Retour à la Une du Journal



1 commentaire
  • Pollution "soft" 3 avril 2011 16:05

    Selon un dernier rapport 8 exploitations sont concernées autour de l’usine. il est recommandé de ne pas consommer œufs, viandes et toutes productions sur place. Simple mesures au nom du principe de précautions ?

    Répondre

Réagir

Pollution "soft"

Publié le: 12 mars 2011
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-mayenne
Agriculteurs Travail Médecine Mayenne Industries
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2017 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS